bannecrete.jpg

Les brèves de la semaine du 4 août 2010

Une fraude démasquée

La brigade de l’inspection spéciale qui lutte contre les délits financiers a répertorié 6.000 contribuables qui déclarent 10.000 euros de revenus annuels et qui possèdent des véhicules de prestige, très luxueux dont seuls la maintenance, l’assurance, la taxe routière et le carburant nécessitent un budget de plus de 8.000 euros par an.

Abonné absent ?

Les propriétaires de GSM qui ont des cartes prépayées et qui ne se sont pas identifiés en enregistrant leurs coordonnées (carte d'identité, passeport, etc.) avant la date limite du 30 juillet, ont été déconnectés, la carte étant définitivement désactivée.

Des faux à Héraklion

Depuis le début de la saison, la police à l'aéroport d'Héraklion "Nikos Kazantzakis" ont arrêté plus de 120 immigrants clandestins qui ont tenté de rejoindre l’Angleterre ou la Belgique avec de faux documents. Neuf passeurs ont également été arrêtés.

Des accords importants

George Papandreou et Mouammar Kadhafi ont signé un Mémorandum d'accord qui confirme la collaboration totale entre les deux pays pour immerger une fibre optique dans la Méditerranée, ce qui facilitera les télécommunications. Un lien énergétique entre la la Libye et la Grèce a été conclu, il permettra de transférer l'énergie solaire du Sahara vers l'Europe. Les gazoducs de la Libye seront également connectés à l'Europe via la Grèce

Le sujet de la semaine du 11 août 2010

Le sujet de cette semaine aborde la crise économique de la Grèce. Nous la côtoyons, la subissons, elle s'attaque à notre confort, à notre porte-monnaie. Nous en sommes les témoins. Pour la première fois depuis des décennies, la pays est gouverné par des Hommes responsables, déterminés à changer les mentalités et de sortir le pays du marasme économique. Trop d'argent provenant de l'Europe fut par le passé dilapidé de façon ténébreuse.

Les réformes, imposées par Bruxelles sont nombreuses

La Grèce est aujourd'hui directement administrée par Bruxelles et on ne compte plus les réformes mises en place pour redresser l’économie du pays et moderniser son infrastructure.

Début août, la comptabilité et les finances des hôpitaux publics vont être contrôlés, ils sont suspectés de mal gérer les deniers publics mis à leur disposition, Il semblerait que ceci ne soit que le début d’une vaste opération d’inspections et de nettoyage car l’Union européenne et le Fond Monétaire International font pression pour combattre la corruption dans le secteur public et améliorer le système.

Ils aident, informent, exigent et contrôlent. Et cela bouge, croyez-moi !

Le Ministère des Finances sort de sa torpeur

Le Ministère des Finances Papaconstantinou enquête et se penche sur le dossier de 25 de ses employés qui sont suspectés de falsifier certains enrôlements, d’accorder des licences qui ont permis l’importation illégale de textiles chinoises. D’autres sont accusés de négligence, de manquer à leur devoir, d’accepter des pots-de-vin. Une nouvelle loi votée il y à peine une quinzaine de jours oblige tous les organismes du secteur public de faire parvenir au gouvernement central mensuellement, une copie de leur comptabilité. La lourde bureaucratie actuelle et le manque d’ordinateurs font que le gouvernement ne contrôle absolument pas les justifications des dépenses dans le secteur public. La dernière situation comptable dont il dispose remonte à 2005 ! La municipalité d'Athènes, employant le logiciel gratuit Earth de Google à dénombré près de 17.000 piscines. L'ampleur de la fraude constatée laisse pantois. Seulement 2% de ces piscines étaient déclarées au fisc !

La brigade spéciale des impôts fonctionne !

La brigade spéciale des impôts sort de sa torpeur et ratisse large ! Pas moins de septante commerces viennent d’être fermés pour avoir fraudé massivement. De nombreux bars, restaurants, boîtes de nuit et tavernes sont pénalisés, subissent un redressement fiscal, accompagné d’amendes et vont devoir fermer pour une ou quatre semaines en septembre prochain. A Mykonos, un bar se voit obligé de payer en redressement fiscal et en amendes, la modeste somme de 3,9 millions d’euros !

Le secteur public sous haute surveillance

Un recensement effectué dernièrement chiffre à 768.000 le nombre d’employés travaillant dans le secteur public. Soit prés de 18% de la population dite active. Un secteur à la traîne qui coûte cher, où les dysfonctionnements, le laxisme, le manque de rentabilité sont évidents et connus de tous.

Exemple, sur un total de 1.034 municipalités en Grèce, seulement une trentaine ont soumis un rapport complet de leur budget en 2009 !

La crise, ses mesures d’austérité, l’humiliation d’être sous le contrôle de l’Union européenne et du FMI, heurtent les grecs. Ces derniers exigent des solutions rapides. Ils ont enfin appris que ceux qui les gouvernent, que ceux qui travaillent dans le secteur public doivent le faire correctement. Sinon, ils minent le système, mettent en péril les pensions de retraite, le système de santé, l’éducation et l’avenir de leurs enfants.

La réforme dite Kallikratis, va éloigner le pouvoir local du citoyen en agrandissant les municipalités, cela va supprimer les mauvaises habitudes qu’entraînent la proximité et le clientélisme.

Les grèves minent l'économie, la dernière en date fut jugulée

Une autre plaie qui affecte l’économie du pays est la fréquence des grèves et des mouvements sociaux. Pour la première fois depuis des décennies, le gouvernement a eu le courage de s’opposer à une grève et à l'étouffer. Les camionneurs mécontents du plan qui libéralise leur secteur, qui est limité actuellement à 35.000 personnes, du fait que les licences d'exploitation n'ont plus été émises depuis près de 25 ans, étaient descendus en grève le lundi 26 juillet dernier.

Le gouvernement sous la pression de l'Union européenne et du Fonds monétaire international doit mener à bien des réformes structurelles, jugées nécessaires. L’ouverture des professions fermées, c’est-à-dire le libre accès en fait partie.

Le gouvernement n’ayant pas d’autre choix, déclara dès le début, qu'il ne ferait pas marche arrière. Le mardi matin, la plupart des stations d’essence étaient déjà à sec. Le jeudi 29 juillet des échauffourées ont eurent lieu devant le ministère des Transports. Malgré l’'injonction de reprise du travail, les camionneurs décidaient de poursuivre la grève, au risque de voir leurs véhicules saisis.

Des mesures immédiates ont été prises. Les coordonnées de tous les contrevenants furent transmises aux procureurs compétents pour lancer des poursuites pénales. La réquisition fut appliquée à la lettre sans exception. Samedi 31 juillet au cinquième jour de la grève, les camions de l’armée commençaient à ravitailler les endroits prioritaires : hôpitaux, aéroports, etc, escortés par la police pour des raisons de sécurité. Face à l’inflexibilité du gouvernement, les transporteurs reprenaient le travail, certains dès le vendredi au matin.

Par le passé, il suffisait de faire grève pour obtenir de menus avantages.

Contrôles parmi les entreprises touristiques en Crète

Le Ministre du Travail Andreas Loverdos a annoncé le début d’inspections fouillées et nombreuses parmi les entreprises touristiques de la Crète. Il aurait soudainement appris que le nombre de travailleurs n’étant pas assurés, ni déclarés était très élevé ! En outre, de nombreux hôtels emploient en grand nombre des (faux ?) stagiaires venus des pays de l’Est, (Tchéquie, Slovaquie, Pologne, Moldavie, etc.) via des accords et des contrats avec des Instituts Techniques et Éducatifs de ces pays. Ce phénomène, depuis peu légiféré, subira des restrictions, les abus seront éradiqués.

Le contrôle technique sous la lorgnette

La Grèce partage avec la Roumanie le triste privilège d’occuper dans l’Union européenne la première place en ce qui concerne le nombre de personnes tuées dans des accidents de la circulation. Le contrôle technique grec, KTEO est placé sous haute surveillance. 9O% des véhicules qui y passent, en sortent munis du certificat, sans qu’aucun problème soit signalé, cela a éveillé les soupçons de fraude.

Le versement de la deuxième tranche du prêt de 9 milliards d'euros qui doit être versé le 13 septembre prochain semble acquis. Il faudra toutefois garantir le 3e versement fixé pour la fin décembre ! La troïka revenant en octobre pour un nouveau contrôle de l'économie grecque et superviser le budget 2011.


Retour en haut

Les brèves de la semaine du 11 août 2010

Une faillite de plus

L'agence «Mediterra» basée en Belgique qui envoyait chaque année en Crète environ 10.000 touristes, principalement belges et quelques Néerlandais, a déclaré faillite. Les touristes déjà sur la Crète, poursuivront leurs vacances normalement, ils seront répatriés via d'autres compagnies.

Carrefour investit dans les Balkans

La Commission européenne a annoncé mercredi, avoir entériné le consortium formé par les deux grandes chaînes d'alimentation "Carrefour" et "Marinopoulos", qui sont installées surtout en Grèce et à Chypre. Le nouveau consortium gèrera 4 supermarchés qui existent déjà en Bulgarie et ouvrira sous le label "Carrefour" d’autres points de vente en Bulgarie, Slovénie et dans d'autres pays des Balkans

L'huile d'olive crétoise

La Crète compte près de 30 millions d'arbres produits 100-120000 de tonnes d’huile. La Crète est un grand consommateur d’huile d’olive. En Crète, cette consommation atteint 25 kg par habitant. En Crète, la vente et la commercialisation de l’huile d’olive se présente en vrac et de façon anonyme, dans des récipients métalliques de 16 litres ou par tout autre moyen de fortune. Les petites quantités sont embouteillées dans des bouteilles de plastique recyclées. Cette vente sans label d’appartenance représente environ 25% de la demande totale dans le pays. L’huile d’olive crétoise est renommée pour sa qualité et pourtant elle s’exporte difficilement car les coûts de production sont élevés.

Les brèves de la semaine du 18 août 2010

Il n’en reste plus qu’un.

Le brigadier Ioannidis, qu’on appelait le dictateur invisible, celui qui était le chef de la police militaire, celui qui fut responsable de l'emprisonnement, de l’exil et de la torture de milliers de dissidents politiques a été transféré de sa cellule de la prison de Korydallos vers un hôpital d'Athènes après avoir connu des problèmes respiratoires. Il est décédé ce dimanche 15 août à l’âge de 87 ans. Lorsque la dictature est tombée durant l’été 1974, Ionnidis fut jugé pour haute trahison. De cette cruelle et lamentable période, seul le général Pattakos est encore en vie. Il fut libéré pour raisons de santé et coule aujourd’hui des jours paisibles dans une station balnéaire. Papadopoulos décéda en 1999, Makarezos l'an dernier.

L'exode du 15 août

Ce long week-end du 15 août, le mercure flirtait avec les 40°. Les ferrys ont fait le plein. Du 13 au 14 août, 95.000 personnes ont embarqué au port du Pirée. Les destinations les plus demandées furent les îles de Paros et de Tinos où l’on célèbre avec faste la fête du 15 août. Durant la seule journée du 14 août, près de 500 vols réguliers et une trentaine de charters ont quitté Athènes. Les destinations phares étaient Héraklion en Crète, Santorini et Rhodes. En ce qui concerne les arrivées à Chania, selon l'Administration portuaire, sont arrivés au port de Souda plus de 18.000 personnes, plus de 5.500 motos, voitures et camions. L’aéroport de Chania depuis le début de la semaine, a accueilli, outre les 128 vols charter, 60 vols réguliers totalisant à eux seuls 12.000 visiteurs.

Les cloches de l'orthodoxie ont sonné en Turquie après 88 années de silence

Un fait à signaler, pour la première fois depuis l’accord gréco-turc et l’échange massif des populations, la Dormition de la Vierge fut célébrée ce dimanche 15 août 2010 au monastère de Soumela, à Trébizonde, en Turquie. Des milliers de fidèles orthodoxes assistaient à l’événement. Des activistes avaient tenté de faire capoter l’événement en perpétrant un attentat contre un poste de police, jouxtant le consulat de Turquie le jeudi 12 août à Salonique Le ministre adjoint grec des Affaires étrangères, Dimitris Droutsas, s'est entretenu le même jour avec le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu pour le rassurer et lui présenter ses excuses.

Les brèves de la semaine du 25 août 2010

Des dauphins à Salonique

Le fait n’est pas rare mais pour profiter du phénomène, un brin de chance est nécessaire. Ce fut le cas, ce 12 août, pour ces promeneurs qui se promenaient au bord de l’eau dans la baie de Salonique. Une bande de charmants dauphins, proches de la côte étaient venus leur rendre visite. Les scientifiques disent que ceux qui ont été les témoins privilégiés de la hardiesse des dauphins, ne doivent pas en être surpris et ne pas oublier que la mer est leur domaine.

Accords bilatéraux signés avec Israël

Netanyahou et le Papandreou ont convenu de toute une série d’accords bilatéraux : Intensification d’échanges au niveau du renseignement, mais également ventes d’armes israéliennes sophistiquées aux forces armées grecques. Coopération stratégique, mais aussi développement des échanges dans les domaines de l’agriculture, du traitement des eaux usées, de la désalinisation, de l’énergie, du tourisme. Pourtant, Athènes passait pour être un des piliers de la cause palestinienne en Europe. Les Grecs sont ils en train de changer leur fusil d’épaule ? C’est en tout cas ce que veulent croire, ou font croire, les dirigeants israéliens. Plusieurs centaines de milliers de touristes israéliens, qui se rendaient chaque année en Turquie pour y passer leurs vacances, pourraient, l’été prochain, préférer les plages des îles grecques.

Retour à la page d'Accueil

Flèche de retour