bannecrete.jpg

Les espèces protégées en Crète

Les micros-réserves

Des micros-réserves destinées à protéger les plantes endémiques de l'île, ou celles devenues rares et donc en danger de disparition sont créées depuis peu en Crète et ce grâce a l'aide financière de l'Union européenne et à la collaboration active de l'Université Nationale d'Athènes, de la Direction Hellénique des Forêts de la région de Chania et de l'Institut Agronome Méditerranéen de Chania.

Une technique testée en Espagne

Un des nombreux chemins du parc botanique de Fournes sur la route d'Omalos Les micros-réserves consistent en parcelles protégées, d'une superficie de plus ou moins 20 hectares qui sont sélectionnées et choisies en fonction des plantes rares qu'elles abritent.
Cette technique fut testée à Valence, en Espagne, en 1990 et fonctionne en Crète depuis 1994. Son but: faciliter la reproduction des espèces menacées et déterminer les causes qui menacent leur survie. Ces dernières peuvent être multiples (Climat, environnement, sol, autres plantes, animaux, activités humaines, (etc.).

Les plantes endémiques

A ce jour, on a répertorié en Crète 1734 plantes différentes; 10% de celles-ci sont endémiques, c'est-à-dire qu'elles n'existent qu'en Crète. Ces dernières sont des espèces protégées par des directives européennes et par la convention de Berne.

A titre d'exemple: une plante bulbeuse qui fleurit de décembre à février fut identifiée en 1967 par le botaniste Suisse Werner Greuter. Cette plante endémique dénommée par les spécialistes Androcybium rechingeri, survit aujourd'hui sur les ilots d'Elafonissi et de Gramvoussa, ainsi qu'à Falassarna et nulle part ailleurs dans le monde.

Sa population est menacée de disparition car elle a été fortement affectée par l'activité humaine et le tourisme de masse. Cette plante aujourd'hui est protégée par divers décrets et conventions nationaux et internationaux. Une réserve de 2 hectares la protège sur l'ilot d'Elafonissi.

D'autres micros-réserves existent en Crète, comme par exemple, au sein des Montagnes Blanches (Lefka Ori) à Linoseli. Là, dans une micro-réserve d'un hectare, à cet endroit seulement de par le monde, pousse une plante que l'on tente de sauver la Bupleurum Kakiskalae.
Cette plante vit 12 ans et à l'exception de sa dernière année de vie, elle ne produit que des feuilles. Avant de mourir, elle fleurit durant ce qui sera son dernier été, en juillet et aout. Ses belles petites fleurs de couleur jaune produisent des fruits qui arriveront à maturité et puis germeront en décembre.

D'autres réserves botaniques existent en Crète. La plus vaste se trouve prés du village de  Koutsogerako, sur une superficie de 12 hectares, y pousse une magnifique orchidée qui fleurit à chaque printemps. Elle tente de survivre dans cette réserve à plus de 700m d'altitude, Elle n'existe nulle part d'autre dans le monde.

La région de Sfakia et des Lefka Ori abritent d'autres micros-réserves qui protègent les espèces rares et endémiques. Par exemple : à Fournoti, prés du village d'Agia Roumeli, là et nulle part ailleurs, en haute altitude à 2.300m, sur le flanc nord du Svourichti, sur un espace protégé de presque 5 hectares pousse une espèce rare, très fragilisée et sensible aux changement climatiques. Les savants l'ont nommée Nepeta sphaciotica. Elle fut découverte et étudiée par le botaniste Anglais Peter Davis dans les années 50.

Il est prévu de mener des campagnes de sensibilisation, surtout auprès des jeunes, pour leur apprendre la valeur de la flore crétoise et leur apprendre surtout à la respecter.

Un endroit qui mérite une visite

Le deuxième a ouvert, il est situé sur la route d'Omalos et distant de 17 kilomètres de la ville de Chania. On y découvre des arbres, des plantes médicinales, des fleurs, des herbes aromatiques de tous les continents. Le parc s'étend sur une superficie, aujourd'hui verdoyante, de plus de 150km2 qui fut ravagée par un terrible incendie en 2003. Un lieu à visiter mais mieux vaut éviter les mois caniculaires de juillet et août si possible. De toute façon, mieux vaut s'y rendre de grand matin en n'oubliant pas son couvre-chef pour se protéger du soleil car les zones d'ombre sont rarissimes.


Retour à la page "Connaître"


Retour à la page d'Accueil