bannecrete.jpg

Le mécanisme d'Anticythère

Le mécanisme d'Anticythère, le premier calculateur de l’Humanité, fut exposé durant l'été 2010 en Crète, au Musée d'Histoire Naturelle d'Héraklion. qui date du IIème siècle av. J.C !

Incroyable, surprenant !

Incroyable, surprenant !Les chercheurs internationaux sont tous d’accord sur ces adjectifs. La saga débuta en 1900, lorsqu’un groupe de pêcheurs d’éponges, descendant à 60 mètres de profondeur découvre au large de l’île d’Anticythère, (située entre le Péloponnèse et la Crète) les débris de ce qui fut une galère romaine qui rentrait de Pergame. L’épave gît dans les profondeurs de la mer depuis presque 2.000 ans !

Un butin précieux et étonnant

Un bronze représentant Pâris offrant la pomme à Aphrodite Les premières recherches sous-marines importantes sur notre planète, vont débuter ici. Les archéologues vont rapidement se réjouir de cette trouvaille, ils remonteront à la surface des objets quasi intacts, des bronzes, des statues et choses diverses. Cette cargaison devait être partie d’Asie Mineure, de Pergame, suggéreront certains et qu’elle fut convoitée et attaquée par les pirates de la ville antique d’Aigilia toute proche. La photo montre un bronze qui date probablement du quatrième siècle avant notre ère. Récupéré en mer et provenant d'un naufrage, ce bronze fut confisqué en Allemagne et retourna en Grèce en 2002. D’autres menus objets calcifiés seront également remontés à la surface, ils passionneront moins les chercheurs, certains seront remisés, quasi oubliés. Parmi ceux-ci, sous les sédiments et un dépôt de calcaire, dissimulés des regards, des rouages en bronze, des roues finement dentées, des cadrans, des écritures corinthiennes y gravées, des aiguilles. Un siècle plus tard, trois équipes de chercheurs, vont se pencher sur ces derniers et découvrir ahuris, le premier calculateur, le premier ordinateur, diront certains, de l’Humanité !

Les Scientifiques dénouent le mystère

Bronze recupéré d'un naufrage En 1976, le commandement Cousteau, son équipe, explorent les lieux, des pièces de monnaie seront découvertes et c'est grâce à elles que l'on a pu situer l'époque du naufrage. En 2000, une tomographie est réalisée et grâce à l’informatique, des images en trois plans d’une très grande précision permettront de créer un modèle virtuel. Une reconstitution d’un assemblage complexe, qui va permettre de comprendre ce que calculait ce mécanisme mystérieux.

Les chercheurs étonnés, vont découvrir ahuris, une horloge astronomique, dotée d’une puissance de calcul surprenante. Ce mécanisme calculait les mouvements de la Lune et du Soleil, il reproduisait le cycle de 223 lunaisons qui a lieu tous les 19 ans, en corrigeant l’erreur: un décalage de huit heures, qui modifie la position de l’éclipse en longitude dans le ciel. Les astronomes grecs, deux siècles avant notre ère le savaient déjà !  

L’appareil avait également une autre fonction, il calculait avec précision, la date des jeux Olympiques qui avaient lieu tous les quatre ans et ce, dès le VIIIème siècle avant J.C. La période des Jeux olympiques était importante, dans la culture grecque, elle était un moment de paix. Les cités cessaient de guerroyer, les athlètes se préparaient, s’entrainaient ferme.

Au IVème siècle de notre ère, les Jeux furent interdits par l'Eglise chrétienne, qui les accusait d'exalter le corps au détriment de l'âme. Pourtant, ce moment grandiose était une fête qui privilégiait la Paix, pour un court instant, les joutes n’étaient plus sanglantes. Les vainqueurs étaient couronnés de rameaux d’oliviers tressés et s’en retournaient chez eux, auréolés de gloire. Il faudra attendre l’initiative de Pierre de Coubertin en 1896, pour les voir réapparaître.

Les bronzes d’Anticythère, sont exposés aujourd’hui au Musée Archéologique d’Athènes, l’Éphèbe d’Anticythère, date du 4ème avant J.C. Il représente Pâris offrant une pomme à la belle Aphrodite (Première image). La tête du philosophe et d'autres bronzes se trouvent également au musée, ils font partie du butin d’Anticythère.


Retour à "Culture"


Retour à la page d'Accueil