bannecrete.jpg

Les palmiers en Crète, se meurent

Si l'humanité ne s'indigne pas outre mesure pour défendre les phoques qui se meurent, l'ours polaire menacé d'extinction et ces glaces lointaines des pôles qui fondent, qui peut s'intéresser aux tomates de serre et aux palmiers de la Crète ?

un palmier contaminé en mauvais état Après la Tuta absoluta, qui attaque les tomates de serre en Crète, y détruisant des récoltes entières, un nouveau et dangereux prédateur est arrivé, y faisant de terribles ravages.

Un insecte ravageur

Il est arrivé en Europe via l'importation de palmiers venant de l'Afrique du Nord. Il fut localisé sur le continent européen pour la première fois en Espagne en 1994, il s'installera en Grèce douze années plus tard.

Son nom ?

Non pas, le chaperon mais le charançon rouge. Ce petit insecte de deux centimètres de long, dévaste aujourd'hui des centaines de palmiers en Crète. Tout le pourtour méditerranéen en est aujourd'hui envahi. Evoluant à l'intérieur de la stipe, il est difficilement détectable.
(Le palmier n'est pas un arbre, il ne possède donc pas un tronc mais une tige qui s'appelle "stipe")
Insidieusement, il peut poursuivre sa macabre mission et le palmier est condamné à mort s'il n'est pas soigné à temps.

Comment savoir si un palmier est atteint?

Dès que les feuilles semblent grignotées, que les palmes s'affaissent et que de la sciure est visible au pied du palmier, c'est une certitude, le palmier est contaminé.

Prés de 5.000 unités sont déjà infectés en Crète !

D'après certains scientifiques, la seule façon radicale de lutter contre ce fléau consiste à brûler les palmiers infectés, de les incinérer sur place. Les responsables politiques crétois en auraient pourtant décidé autrement. Après l'abattage et la coupe, les palmiers seraient enfouis profondément dans le sol. Ce choix, les responsables le justifient par la dureté du bois et sur l'impossibilité de brûler toutes ses fibres.
Au vu des traitements employés ailleurs, on pourrait d'ailleurs douter de l'efficacité de ce moyen proposé. Un programme globale est prévu en Crète. Un bureau régional travaillera en coordination avec des scientifiques. L'expansion de la contamination devra être évitée en réduisant la population de ce tueur par un piégeage de masse. Le coût de cette campagne est estimée à 900.000 euros, elle est urgente selon les spécialistes.
La Commission européenne, depuis des années a réagi, elle applique des mesures de contrôle et sécuritaires très sévères. L'importation peut-être carrément refusée, parfois elle est interdite. Permise, l'envoi est mis en quarantaine pour une période de contrôle de trois mois mais aujourd'hui, les dégâts écologiques sont déjà énormes


Retour à "Environnement"


Retour à la page d'Accueil