bannecrete.jpg

Le baptême orthodoxe

Un peu d'Histoire

Bébé est baptisé sous le regard inquiet de ses parents Le baptême, acte religieux et festif n’a pas toujours été ce qu’il est devenu aujourd’hui. Comme bien d’autres réjouissances et superstitions païennes, les lustrations et les bains des civilisations anciennes ont été récupérés et sont devenus un acte religieux de première importance pour tout croyant. Le baptême religieux était né !

Moïse, en fut l’instigateur. Les ablutions populaires, les bains des Romains, ceux des Egyptiens, qui purifiaient le corps vont désormais devenir promesses religieuses.

Byzance et Rome divergent

La religion chrétienne va progresser vers d’autres régions, vers d’autres continents, bains et ablutions vont se modifier et c’est ainsi qu’en Europe, où le climat est moins doux, que le baptême par aspersion va lentement s’imposer.
Ce changement notoire va déplaire au clergé de Byzance, d’autres modifications surviendront et les dissensions entre l’Eglise chrétienne de Rome et celle d’Orient iront grandissantes, elles aboutiront au grand schisme et à la séparation définitive des deux Eglises.
Dorénavant, l’Eglise catholique Latine, baptise par infusion, les Chrétiens orthodoxes d’Orient par immersion.

Bébé acquiert son prénom

Ce 29 juillet 2011, la petite Kristoulla, née il y a treize mois, est l’objet de tous les regards. C’est le jour de son baptême ! Enfant sans prénom, elle portera bientôt, celui de sa grand- mère, décédée l’automne dernier.
Oui, les petits enfants Grecs héritent du prénom de leurs aïeux, celui du grand-père pour le premier garçon de la famille, celui de la grand-mère, pour la première fille. Avant le baptême, ils n'ont pas de prénom, on les appelle "bébé", on les affuble de sobriquets affectueux.

Une église bondée

Cette après-midi, l’église de Stylos est bondée de sourires, de regards amusés et heureux. Les appareils photos s’agitent, les éclairs des flashs se font incessants. La Marraine, toute émotionnée, remet au pope l’huile et la myrrhe, destinées à être mélangées à l’eau baptismale. Bébé dort, il doit être réveillé en douceur.

Entre pleurs et sourires

Pleurs et cris de protestation, il fait entendre, lorsqu’il est mis à nu, débarrassé de ses vêtements. En pleurs, il rejoindra les bras du pope dont l’accoutrement et la longue barbe, ne doivent guère le rassurer. Le temps s’arrête, les cœurs se serrent, le moment est solennel

Kristoulla est née pour la seconde fois

Bébé va être plongé trois fois dans l’eau bénite. L’enfant est baptisé, le pope lui donne son prénom : Kristoulla. Frissonnante, elle rejoint les bras câlins de sa Marraine qui s’empresse de vêtir ce petit bout en pleurs. La petite Kristoulla réapparaît souriante, mignonne, tout de blanc vêtue. Un bonnet immaculé dissimulant ses rares cheveux. Le pope parviendra à lui couper une petite mèche naissante, présent offert à Dieu, selon la liturgie. Marraine à son tour présentera la croix en or et sa chaîne au pope, pour qu’ils soient bénis. La petite Kristoulla, qui a rejoint la grande communauté des Orthodoxes, pourra ensuite les porter autour de son cou.

La fête peut commencer !

On s’embrasse, on se congratule, les réjouissances pourront bientôt commencer ! Des centaines de convives vont converger vers la taverne, partager festin et vin. L’archet fera chanter la lyre et danser les cœurs, dans son berceau, Kristoulla s’endort.


Retour à "Festivités"


Retour à la page d'Accueil