bannecrete.jpg

L'époque moderne de l'après-guerre

En 1951 la Grèce entre dans l'O.T.A.N. La crise politique va grandissante. Georges Papandréou au pouvoir depuis 1963 propose des réformes démocratiques; mais certains craignent le retour en force de l'idéologie communiste. La crise politique verra Papandréou perdre sa majorité parlementaire, il sera acculé à démissionner.

Le roi Constantin II et le retour de la junte

Le roi Constantin II accède au trône en 1965. L'instabilité politique provoquera le coup d'Etat du 21 avril 1967 et le début du régime des colonels. Yeorgos Papadopoulos est nommé premier ministre.
La junte mène une politique autoritaire et répressive. Des centaines d’opposants, des communistes, des intellectuels de gauche, des artistes, des écrivains sont déportés vers les îles de Gyaros, de Makronissos et de Leros. La liberté de la presse est suspendue. Au mois de décembre 1967, un attentat tenté par des officiers de la marine échoue. Le roi Constantin quitte le pays Le général Zoitakis est nommé régent.

La Grèce s'isole

La Grèce s’isole, elle est exclue du Conseil européen le 31 janvier 1968. Le premier novembre 1968 Georges Papandréou décède. Les Etats Unis qui soutiennent le régime dictatorial, reçoivent la permission d’installer des bases militaires dans le pays. Au mois de septembre 1968 une Constitution remodelée est ratifiée. Elle donne plus de pouvoir à l’exécutif. Le 24 février 1975 un putsch militaire échoue. Une grande partie de la hiérarchie militaire est arrêtée. Papadopoulos fait proclamer la république. Le roi Constantin en exil à Rome est destitué.

La révolte estudiantine

La junte abolit la monarchie, la république est désormais instaurée. Au mois de novembre 1973, les étudiants de la Polytechnique se révoltent contre la junte.
Les étudiants vont se barricader à l’intérieur de l’université. Pour les déloger la junte décide de faire appel aux chars, la loi martiale entre en vigueur. Les ouvriers se mobilisent à leur tour et les rues d’Athènes se transforment en champs de bataille.

La crise chypriote

Le 25 novembre 1973 Papadopoulos est renversé, le général Ghizikis prend la relève. Elle sera de courte durée. Le 15 juillet 1974 une tentative d’assassinat du président Makarios de Chypre échoue. En réaction à ce coup d’état manqué de la junte grecque les turcs y envoient des troupes aéroportées qui vont occuper la côte nord de l’île. Ils veulent protéger leurs nationaux. Des milliers de personnes vont être déplacées. Des centaines portées disparues.

Constantin Caramanlis rentre en Grèce

La Grèce mobilise ses troupes mais finira par renoncer à intervenir. Ces événements sonnent le glas du régime militaire. Constantin Caramanlis ex-premier, appelé par Gizikis, revient d’exil. Le 24 juillet. Il est accueilli par une foule en liesse à l’aéroport d’Athènes.Il reprend ses anciennes fonctions, avec comme tâche de former le nouveau gouvernement. Il va rétablir la constitution, libérer les prisonniers politiques, restituer les nationalités.

La Grèce quitte l'OTAN

Le 12 août 1974 un referendum se prononce pour un régime républicain et quelques jours plus tard la Grèce quitte l’O.T.A.N. Le 17 novembre 1974 les premières élections démocratiques sont remportées par la droite. La Grèce réintègrera l’O.T.A.N. en 1980 et l’Union européenne l’année suivante. Elle est le pays le pauvre de l’Europe et le taux de chômage y est catastrophique mais la lente marche vers un mieux-être est désormais entamée.

Les temps modernes

Le premier janvier 2001 le pays entre dans l'Union monétaire européenne. L'année 2004 fut l'année des jeux olympiques d'Athènes et l'année des élections remportées par le parti conservateur de Caramanlis après 12 années d'hégémonie socialiste.
Caramanlis va fermer le Parlement le 8 mai 2009, affaibli par des multiples scandales dans lesquels sont impliqués plusieurs de ses ministres. Par exemple : l’affaire Siemens, en passant par les obligations détournées, la privatisation contestée des télécoms grecs, les affaires immobilières avec les monastères d'Athos et de Vatopedi Caramanlis qui a provoqué des élections anticipées essuiera une cuisante défaite. Le PASOK retrouve le pouvoir et de quelle manière ! Les socialistes ont désormais la majorité absolue. L'euphorie de la victoire sera de courte durée. Car les finances de l'Etat sont au plus bas. La dette nationale est énorme, le pays est tout simplement au bord de la faillite !

Fait inquiétant, en Grèce, la loi empêche toute enquête parlementaire sur des affaires vieilles de plus de deux sessions. Avec la fermeture anticipée de l’Assemblée nationale, la plupart des dossiers épineux pour le gouvernement deviennent prescriptibles. Une manœuvre autorisée par la Constitution qui promet encore de bons jours a la corruption et aux scandales.


Retour à "Histoire"


Retour à la page d'Accueil