bannecrete.jpg

Les grecs de l'Anatolie - Les Micrasiates

Dès l’Antiquité, sur les côtes de la mer Noire, au nord-est de la Turquie actuelle, les Grecs s'y installèrent. La région fut appelée le "Royaume du Pont". Ce grand pays qu'est la Turquie, ils préfèrent l’appeler “’Anatolie”, ce qui signifie “Est”, dans la langue grecque.

Une image montrant la région du Ponto, au borsd de la mer Noire Les Ottomans après avoir conquis Constantinople en 1453, poursuivirent leur progression vers l’ouest, c’est ainsi que les populations grecques se replièrent vers les côtes de la mer Noire, qu’ils qualifièrent "d'Euxinos" c’est-à-dire, “accueillante”.

Création des colonies grecques

Citons Smyrne et ses environs, celles de la Lycie, de la Bithynie et bien s’autres encore. Ces Grecs dits “Pontiques”, seront nombreux à se convertir à la religion musulmane. En réalité, beaucoup resteront fidèles à l’Orthodoxie.

Ces cryptos chrétiens du Pontos vont commencer à révéler leur véritable identité en 1857, car le sultan vient de promettre la liberté politique et religieuse à tous les sujets de son Empire. Un court répit, car en 1914, la guerre embrase l’Europe, l’Empire Russe inquiète et ces Grecs Pontiques sont perçus peu à peu, par Ankara, comme une minorité dérangeante, voire menaçante !

Le pogrom turc

En 1916 puis en 1922, la population grecque est pourchassée, victime de massacres, Plus de 300.000 victimes, selon les statistiques. Elle fuit, une exode massive vers les territoires de l'ancien empire russe et vers la Grèce débute. Près de 400.000 Pontiques, seront dirigés vers la Macédoine et la Thrace, deux régions récupérées par la Grèce.

Les Pontiques réfugiés en Russie, devront affronter un nouvel exil, quand, en 1937-38 puis en 1944-49, le gouvernement de l'URSS décidera de transférer les Grecs de Russie vers les Kolkhozes d'Asie centrale ou les goulags de la Sibérie. D’autres plus chanceux, partiront entre 1950 et 1975 vers l'Amérique, l'Australie, les pays industriels de la vieille Europe.

Les Pontiques, font la fête

Les Pontiques ont longtemps vécu dans un environnement polyglotte. Leur langue, aujourd’hui dialectisée, on la découvre encore aujourd’hui en Russie, en Géorgie, ainsi qu’en Turquie. La chanson populaire, le folklore, la danse, la musique et le théâtre ont contribué à sa préservation et ce depuis des siècles. Les coutumes se sont modifiées, régionalisées, exportées même, durant les mouvances de ces déracinés.

La fête du Lundi gras à Gergaris

C’est ainsi qu’en Crète, chaque année, au pied du Psiloriti, dans le petit village crétois de Gergeris, le Lundi gras accueille une célébration appelée “Apokrigiomata” . Encore aujourd’hui, en Roumanie, en Bulgarie, Croatie, Serbie et ailleurs, une fête quasi similaire se déroule à la veille de la Noël et de l’Epiphanie. Elle est d'origine pontique.

On la fête en Crète !

Pourquoi s'en étonner, lorsqu'on sait que pas moins de 1.500.000 grecs de l'Asie Mineure (Les Micrasiates), mais également des Grecs de Bulgarie et de l'URSS furent contraints, suite au Traité de Lausanne, de s'exiler en Grèce, le pays de leurs aîeux ?

Les hommes, vêtus de peaux d’animaux, déguisés en chèvre, en loup déambulent, chantent et dansent dans les rues, vont de maison en maison présenter bons vœux et autres bons souhaits pour la nouvelle année qui s’annonce.

Le mot Momogeros vient de la combinaison de Momus et de “geros”, qui veut dire “vieux”. Momus, dans l’Antiquité était le Dieu du rire et de la satire, ses critiques malicieuses et ses bons mots lassèrent. il fut prié d’aller voir ailleurs et il s’installa chez le seul dieu capable d’apprécier ses railleries : Dionysos !

Une fête authentique

Momus en Crète est associé à la fertilité, la fécondité, au renouveau, au printemps, aux ….. mariages et aux forces contraires qui créent l’harmonie!

Tout d’abord la Mort du “geros” et celle du carnaval. Parodie de la tristesse, puis de la résurrection du défunt, dans la Joie et le Rire. Le sacrement du mariage y est parodié, tourné en dérision. Dans les rues du village, attachés l’un à l’autre sautent et dansent sur un rythme effréné, les “arkoudiarides”, les jeunes gens du village grimés, vêtus de peaux de mouton, garnis de dizaines de clochettes. Précédés de la lyre, ils vont de maison en maison, raki, tsikoudia et vin leur sont offert. Le soir, le village est réuni autour de la lyre et de “l’askomendoura”, cette cornemuse crétoise, qui se raréfie d’année en année, presque en voie d'extinction. Les danses originaires du Pontos ont survécues au fil des siècles, car enseignées de génération en génération.
Subsiste cette tradition que les Pontiques ont su préserver et amener avec eux, même en Crète! Une fête du milieu rural, authentique, non commercialisée, une vraie possédant des racines profondes. Halloween et ses citrouilles, font piètre figure. Cette fête vénale doit pâlir de jalousie !

Melidoni possède également sa satire

L'Association culturelle de Melidoni en collaboration avec la communauté locale, a relancé ce Lundi gras, une satire, qui évoque la période difficile de l’occupation ottomane. Une époque, où selon elle, toute future mariée se devait de prouver sa virginité au Juge de son district.

L'enlèvement de la Mariée

En cortège, les six frères de la future mariée, vêtus du costume traditionnel, l’escortent vers le centre du village, accompagnés par le son de la lyre et de la luth. Arrivés sur la petite place du village, ils dansent, encourageant chacun à y participer.

La promise est enceinte !

Plusieurs tentatives de voler la mariée échouent, mais finalement deux villageois parviennent à leur fin. La promise va réapparaître, les signes sont évidents, elle est enceinte! Elle donnera naissance à son enfant, sous le regard apeuré du Turc à qui elle devait se donner.

Ils se retrouvent !

Le Juge turc, chevauchant un mulet, fait son apparition, saluant la foule, jetant confettis et bonbons. La promise au mariage se lamente, le supplie de croire qu’il est le vrai père de l’enfant. Finalement convaincu, il enlèvera son déguisement et apparaît un beau grec ! Le fiancé, s'était déguisé! Embrassades et liesse populaire saluent l'événement et les retrouvailles heureuses, la fête peut commencer !


Retour à la page d'Accueil

Retour à "Histoire"