bannecrete.jpg

L'occupation Ottomane

Byzance menacée

Nous sommes en pleine guerre de religion, elle a atteint son apogée. Les rivalités sont acerbes. Byzance est souvent attaquée par les Ottomans et les puissances occidentales qui se querellent entre elles ne sont vraiment pas disposées a entrer dans le conflit pour aider l'empire byzantin.
En 1453 les Turcs prennent Constantinople. Le dernier empereur byzantin, Constantin le Paléontologue est tué.
L'île de Malte à son tour est attaquée par les Turcs en 1526 mais sans succès.

L'Europe de Charles-Quint

Un homme domine l'Europe : Charles-Quint. En 1536, François I, roi de France depuis 1515 signe une alliance avec le sultan turc. Cette alliance, désapprouvée par les nations catholiques, a pour but de réduire l'influence et la puissance de l'empereur Charles-Quint.
Cela s'avère être bientôt un mauvais stratagème car Charles-Quint ne va pas tarder a réagir. Les campagnes militaires de la France ne seront que des échecs. François I sera contraint de signer sa reddition en 1544.

Venise entre en guerre

En 1570, Chypre tombe entre les mains des Turcs. Face à cette menace turque grandissante, Venise décidera d'anticiper et déclare une guerre sans merci à la Turquie. Ce conflit prendra bientôt une dimension européenne car l'Occident décide de s'unir. La Crète est le dernier bastion chrétien de l'Est.

Une coalisation se forme

Une ligue est formée entre Venise et l'Espagne, car le Pape Pie V qui vient de réaffirmer la supériorité du pape sur les souverains, est parvenu a unir ces deux puissances. A la tête de cette coalisation, on trouve Don Juan d'Autriche, demi-frère de Philippe II d'Espagne. La flotte turque d'Ali Pacha est détruite lors de la bataille de Lépante le 7 octobre 1571. Apres la bataille de Lépante qui se solda par une éclatante victoire de la coalisation chrétienne, la paix s'installera en Crète pour plus de 70 ans. Mais la victoire de Lépante n'a pas été suffisamment exploitée et soixante années plus tard les forces turques seront de retour.

Les Turcs envahissent la Crète

Le 23 juin 1645, les forces Turques débarquent dans la baie de Chania. La ville tombera aux mains des Turcs après deux mois de résistance. Les Turcs  se dirigent vers la ville de Réthymnon. Cette ville sera conquise à son tour le 13 novembre 1646. Deux années plus tard, à l'exception d'Héraklion, la Crète est aux mains des Turcs. Trois places fortes qui furent négligées par l'envahisseur, demeurent sous le contrôle des Vénitiens : Gramvoussa, Souda et Spinalonga.
L'ultime et grande bataille était désormais attendue a Héraklion, dont le fort était réputé à tort, comme imprenable. La première attaque importante aura lieu le 2 juillet 1648. Vingt années de siège seront nécessaires pour prendre le contrôle de la ville. Le 4 octobre 1669 les Turcs entrent dans les murs de la ville.

La Crète sous le joug ottoman

Les Crétois allaient beaucoup souffrir, ils sont désormais lourdement taxés par les nouveaux Maîtres. Les hommes valides sont faits prisonniers. Femmes et parfois des enfants sont vendus comme esclave. L'islamisation se propage. Des familles entières se convertissent à l'Islam en espérant connaitre des jours meilleurs.
Plus de 80.000 Crétois se tournent vers cette nouvelle religion. Le Coran fait désormais office de Loi. Les conversions à l'Islam sont massives, elles sont parfois apparentes car certains continueront à suivre les préceptes chrétiens. On les appellera les crypto chrétiens. Mosquées, hammams, bazars font désormais partie du paysage. Les églises byzantines sont transformées en mosquées.  La Crète entière est désormais, sous leur tutelle.

La Crète insoumise est abandonnée à son sort

La France de Napoléon en 1797, s'empare des iles Ioniennes. En 1821, les crétois se soulèvent de nouveau. Les grandes puissances, une fois encore, n'interviendront pas dans le conflit, ne voulant pas prendre le risque d'embraser toute l'Europe.

Un retour dans le temps

Les souvenirs d'un passé glorieux

La pierre érigée en souvenir des victimes de Milatos lors de l'occupation ottomane La bataille de Kritsas fut l'un des événements les plus importants de la révolution de 1821. La bataille de deux jours de Kritsas, en Janvier 1823 près de Lato, vit les Kritsotes payer un lourd tribut. Leur village fut incendié, rayé de la carte. Le 190e anniversaire de la sortie héroïque des civils de la Grotte de Milatos, la municipalité d'Agios Nikolaos, en a ravivé le souvenir. L’actuelle préfecture de Lassithi, paya un très lourd tribut, subissant la fureur des Ottomans. De Novembre 1822 à Février 1823, les combats firent rage sur le plateau de Lassithi et de Mirabello. Dans la grotte de Milato avaient trouvé refuge un millier de civils et quelques hommes armés. Pendant 15 jours, ces derniers repoussèrent les assauts ottomans de l'armée du général Turc Hasan, finalement, furent forcés de se rendre. Les Ottomans massacrèrent les derniers combattants et réduisirent en esclavage les femmes et les enfants survivants.


Retour à "Histoire"


Retour à la page d'Accueil