bannecrete.jpg

Le sujet de la semaine du 4 juillet 2011

Les nouvelles mesures dictées par la Troïka sont acceptées

C'est voté. Les Grecs se sentent piégés par une démocratie qu’ils jugent en faillite. La loi, malgré la fronde populaire, sur les nouvelles mesures d’austérité est passée ce 29 juin au parlement et ce sous la pression accrue des syndicats et de la rue. Une grève nationale de 48 heures paralysait le pays. Tout comme le mercredi 11 mai dernier, employés et travailleurs manifestaient en masse.

Une capitale en guerre

Le centre d’Athènes durant deux jours fut transformé en champs de bataille. La jeunesse cagoulée, des casseurs, des membres des partis extrémistes, parfois munie de masques à gaz, armés de pierres et de bâtons y affrontaient les forces de l’ordre, Ces derniers repoussaient les assaillants à l’aide de gazs lacrymogènes. Les blessés dans les deux camps se comptaient par dizaines et les dommages causés, sont évalués à un million d’euros ! Ces scènes de bataille rangée, furent les images de la honte, ils ont fait le tour de la planète.

Ils sont trahis

La refonte du système social et fiscal est perçue comme injuste. Le programme des privatisations imposé par la Troïka est jugé humiliant, le pays semble dirigé de l’extérieur. Le peuple aux salaires diminués, face aux prix qui grimpent, se sent trahi. Environ 50 personnes ont envahi les bureaux du parti socialiste à Chania, en saccageant tout ce qu’ils trouvaient devant eux, puis ont occupé la mairie, y causant également quelques dépravations dans les bureaux. Cette descente punitive fut préparée et programmée car au même moment à Heraklion, des faits similaires s’y déroulèrent.
Il se dit qu’Allemands, Français, Chinois et consorts veulent acheter la Grèce à vil prix. La Grèce n’est pas à vendre !

Ils ont la solution

Par le passé, les Grecs ont tout fait pour conserver leur transporteur aérien national, Olympic Airways, fleuron national agonisant, écrasé sous les dettes. Durant dix années, palabres et d’hésitations stériles auront coûté, à l’Etat, 35 milliards d’euros ! Aujourd’hui, rien n’y est à vendre ! Surtout pas sa société des chemins de fer et ses trains aux wagons presque vides, entreprise florissante qui déclare plus ou moins chaque année, une perte équivalente à 150 millions d’euros ! Les médias s’agitent, les syndicats dénoncent les nouvelles mesures fiscales qui se profilent à l’horizon, ignorant que chaque facture se paie, ne voulant savoir que chaque bébé grec qui naît à une dette de 31.000 euros à rembourser ! Refusant de reconnaître l’ampleur du séisme et cette fraude fiscale massive à combattre, Près de 3.000 euros de taxes éludées par tête d’habitant chaque année ! Ils refusent de payer, la solution, pour eux, est ailleurs : « Comprimez les dépenses ».

Mais pas la manière

Comprimons donc les dépenses mais comment faire ? Ils refusent les privatisations, ils refusent la fermeture d’établissements scolaires qui n’ont pas atteint le quota minimum du nombre d’élèves, ils refusent la fusion des 24 universités que compte le pays. Ils s’érigent contre la fusion dans les villages d’écoles qui se trouvent à cinq kilomètres l’une de l’autre. « L’Education, c’est l’avenir », disent-ils mais 43% des moins de 24 ans sont sans emploi ! Faut-il augmenter les impôts pour payer tout cela ? « Pas question », confirment-t’ ils : « Réduisez les dépenses !
Le pays est aujourd’hui placé sous haute surveillance, Les experts de la troïka ont trouvé des écarts importants par rapport aux objectifs et des retards dans la mise en œuvre des réformes du Mémorandum. Les revenus ordinaires sont à la traîne : 1,9 milliards !

Les divergences qui font .... la différence !

L'investisseur et milliardaire George Soros a analysé la situation au niveau international et dénonce les failles de l’Euro. « Nous sommes sur le point d'un effondrement économique planétaire qui commence, disons, en Grèce, mais qui pourrait aisément se propager, car le système financier reste extrêmement vulnérable. L'Europe est en crise, elle est incapable de mettre en place une trésorerie centrale, incapable d’avoir une politique fiscale commune. Au lieu de créer des convergences, elle a accentué les divergences. Fin juin, Athènes s’embrasait, la police face au chaos, fit un usage sans précédent de produits chimiques Dans les villages crétois, à l’ombre des grands platanes, les Vassili, Petro et Niko, sirotaient paisiblement leur café. Dans mon village, ce samedi, ils ont dansé jusqu’à l’aube ! Qui donc parlait de divergences ?

Les brèves de la semaine du 4 juillet 2011

Un touriste heureux

Un touriste malgré sa mésaventure aura eu beaucoup de chance, lorsque dans les gorges de Samaria, une chute de pierres survint. Ce dernier reçut une pierre sur la tête sans le blesser sérieusement. Il fut conduit vers la sortie des gorges avec l’aide des gardes, conduit en bateau à Sfakia, puis par ambulance dans une clinique privée. Quelques mètres devant lui, tomba une pierre pesant 30 kilos ! Ces chutes de pierres sont rares mais peuvent survenir à tout moment. Le risque existe. C’est pourquoi qu’il est toujours demandé aux visiteurs de ne pas s’attarder près des parois et de ne pas crier. Actuellement, la présence d’un médecin, dans la gorge, n’est pas assurée et on apprend par l’intermédiaire de la télévision locale que le personnel n’a pas été payé depuis …… trois mois !

Les parents refusent

Les emplois d'été ne figurent pas très haut dans les plans de vacances des adolescents. La plupart des parents découragent leurs enfants qui désirent trouver un emploi d'étudiant. Ces jobs sont considérés comme humiliants pour les parents. Le fait que les enfants grecs ne sont guère encouragés à travailler durant les vacances d'été, avant l'obtention de leur diplôme d'études secondaires est un phénomène social national qu'il faut nuancer. Nombreux en effet, sont les caféinos et tavernes familiales où les enfants sont à la tâche, aident leurs parents.
Pas plus tard que ce dimanche, me promenant sur les hauteurs de Rethymnon, je fus servi par une gentille fillette. Elle avait ...onze ans.

Wilileaks dévoile un télégramme

Un télégramme confidentiel intitulé "La corruption en Grèce," a été divulgué par Wilileaks. Le télégramme émane de l'ambassade américaine à Athènes avec le code 09 1920 et fait spécifiquement référence aux trafics de marijuana existants en Crète et facilitée par l'implication de sa police, sous-payée, mal formée et donc, facilement corrompue et de ses politiciens bienveillants. La production annuelle, nationale était de 80 tonnes ! Des tonnes de marijuana provenant de la Crète ! Les faits se passèrent en 2007. Depuis lors, il y eu les arrestations et le démantèlement de la filière de Zoniana.

Des bateaux pêcheurs

C'est près d'un milliard d'euros que la Brigade de la criminalité financière va récupérer. Pas moins de 450 bateaux de plaisance appartenaient illégalement à des sociétés. Les propriétaires ont été invités à payer la TVA due car non déductible. Les frais de carburant frauduleusement inscrits en frais généraux seront supprimés des déclarations fiscales. Ceux qui paieront à date, les amendes, les frais juridiques et les sommes dues seront disculpés de toute responsabilité pénale.

Andros est nettoyé

Le commissaire européen pour l'environnement, s'est félicité de la fermeture de centaines de décharges illégales, constatant néanmoins que la Grèce est toujours en retard dans la gestion des déchets, du recyclage, et dans le traitement et l'élimination des déchets solides. Dans l’île d’Andros, la plus grande île des Cyclades, il y a quelques mois, un énorme glissement de terrain, à mis à jour des tonnes de déchets enfouies en sol dans une décharge illégale située en haut d’une colline, près de la mer. Les filets spéciaux, placés pour y confiner les déchets n'ont pu empêcher la pollution des plages environnantes et de la mer. Aujourd'hui, on nous annonce que tout est nettoyé

Des retours difficiles

Je suis illégale. Je veux retourner dans mon pays. Ces mots appartiennent à un albanais. Déclaration faite aux policiers d'Heraklion médusés. Le quinquagénaire a supplié qu'on l'arrête, qu'on l'expulse, parce qu'il était sans le sou et dans l'incapacité de payer son retour au pays. Arrivé il y a quelques mois, il a très vite désenchanté : pas d'avenir, pas de travail, pas de papiers et aujourd'hui, pas de pain. Il voulait retourner en Albanie, où il avait au moins un toit. Les policiers l'ont laissé partir vers la rue, ne pouvant rien pour lui.
Toujours à Héraklion, un algérien à l'aide d'un faux passeport français, avait réussi à voler en direction de Prague. Sa joie fut de courte durée. Identifié comme suspect par les autorités judiciaires de l'aéroport de Prague, incapable de parler deux mots de français, il fut arrêté et présenté à un procureur, qui le renvoya ..... à Heraklion !

Les premiers incendies de l'été

Pas loin de Phaistos un foyer d'incendie a mobilisé par précaution quatre véhicules de pompiers et deux camions-citernes privés. Les flammes n'ont pas eu le temps de s'approcher du site.

Les premières pertes d'eau

Un affaissement du sol a causé la rupture d'une citerne qui permet l'irrigation de la région d'Elafonnissi et de Chrisoskalitissa. 500 milles mètres cube d'eau ont été perdus. Le réservoir construit il y a 17 ans, souffrait d'un manque d'entretien. Les responsables vont. s'empresser de remédier à cette situation car pas moins de mille hectares de serres et de cultures sont concernés

Retour à la page d'Accueil

Le sujet de la semaine du 11 juillet 2011

Conduits vers le port de Souda

Il y a une quinzaine, un rafiot en bois, long de 30 mètres, qui tentait de rejoindre l’Italie avec à son bord 21 immigrants afghans, a été arraisonné, par les gardes maritimes grecs au nord de la Crète, près de Cythère. Le voyage s’est achevé au port de Souda, avec l’arrestation des trois passeurs de nationalité turque et la prise en charge des immigrants. Nourriture et eau furent distribuées. Hommes, femmes et enfants furent examinés par un médecin. Un enfant fut hospitalisé pour des raisons préventives. Comme le prévoit la loi, un dossier fut présenté au Procureur de la Canée qui statuera sur leur sort. L’Association des avocats des droits de Chania et Amnesty International, ont tenté de visiter les 21 réfugiés afghans qui sont détenus à Souda, tout en rappelant, qu’il était défendu de maintenir en détention des enfants en bas âge.
Ce dossier est brûlant, de 300 à 400 personnes entraient illégalement en Grèce chaque jour, avant que l'Europe ne se décide à collaborer et à installer des gardes-frontière aux portes de l'Orient, à Orestiada, dans le nord-est de la Grèce.

Aucune politique d'intégration durant vingt années

Les sources journalistiques rapportent que le week-end dernier, du vendredi au dimanche, que la police de l’aéroport d’Heraklion, aurait détecté environ 250 immigrants illégaux, voyageant à l’aide de faux documents. Une vingtaine seulement ont été arrêtés. Moins de 10% ! Les agents de la police de l’aéroport ne cachent pas leur inquiétude, confrontés à cette situation actuelle, dramatique et créée par la tolérance du leadership politique et dix années d'immobilisme.
Le sujet devenu explosif est tout simplement ingérable ! Impossible de les arrêter tous ! Les centres de détention sont surpeuplés, les conditions d'hygiène y sont indescriptibles. C’est un énorme problème social sans solution, une équation impossible à résoudre.
Les policiers font l’aveugle et laissent partir vers l’Europe : Afghans, Egyptiens, Somaliens et Pakistanais, source de revenus intarissables pour les filières mafieuses qui exploitent sans vergogne cette misère humaine. Le quartier d'Omonia, au centre d'Athènes est aujourd’hui, la "Mecque" du délit de la contrefaçon.

Les brèves de la semaine du 11 juillet 2011

Un ministère affairé

Le ministère de l'Intérieur vient d’envoyer une note aux dirigeants locaux des Cyclades afin d’apaiser leur préoccupation actuelle qui concerne la collecte des immondices durant l'été. Plus de 3.000 entrepreneurs auraient été contactés. Il devra certainement tenir compte également de l »appel de l’Association des enseignants de Chania, qui demande aux organisations environnementales de la Crète de faire pression pour régler le problème des déchets dans l’île. Ils s’opposent et dénoncent les méfaits de l’incinération, car cette méthode produit des dioxines. Ils appellent à la réduction des déchets par le recyclage et le compostage. Le tri à la source est à la traîne en Crète. Les bacs de recyclage sont inexistants dans les villages. Un seul container y accueille le tout-venant.

Kalives est bleu

La plage de Kalives, s’étire tout en longueur depuis le port, plage de Maistrali, comme l’appelle les habitants, jusqu’au lieu appelé Kianis Aktis. Sur ces trois kilomètres flottent depuis ce 4 juillet trois drapeaux bleus qui font la fierté de Kalives Apokoronou. Ce label de qualité européen, atteste de la qualité de l’eau, et des équipements de plage mis à la disposition des vacanciers.

Le poisson se raréfie

Certains s’étonnent du prix du poisson alors que la Crète flotte dans l’eau ! Ils ne connaissent pas les pratiques scandaleuses employées par certains bateaux qui pêchent à la dynamite. Ils ignorent les pratiques de ces pêcheurs amateurs, qui attirent le poisson la nuit à l’aide de puissants éclairages. Puis il y a ces gigantesques chalutiers qui jettent leurs filets dans des zones interdites, où les espèces sont protégées et où elles se reproduisent. L’autorité portuaire ne peut contrôler l’activité de tous ces pêcheurs et le système de surveillance par satellite est insuffisant. La quantité de rougets et de daurades présente en Méditerranée est au bord de l’effondrement et on estime sa perte à plus de 50% par rapport à l’an dernier.

Mimie, sort de son trou

Un fait divers cruel, hilarant pour d’autres vient d’être rapporté par un quotidien crétois. Cette histoire, ou plutôt mésaventure est arrivé à un retraité qui a chèrement payé ses craintes, dues aux rumeurs qui prévoyaient la faillite proche de la Grèce, de ses banques et le retour à l’ancienne monnaie, le drachme. Ce dernier pour éviter tout risque a retiré toutes ses économies de la banque, songeant qu’une planque à la maison serait plus sûre. Les liasses furent dissimulées dans la remise de la vieille maison dans une cavité, recouverte d’une pierre. Un endroit hautement sécurisé, pensait-il. Lorsque notre bonhomme voulut accéder à ses économies, il constata avec effroi que les souris avaient rongé ce papier qu’ils adorent ! Des billets désagrégés furent présentés à la banque. Des 50.000 euros, seuls 5.000 furent récupérés ! Mimie avait fait un festin de roi !

Voyager parmi les étoiles

L’Observatoire Skinakas du mont Psiloritis sera accessible au grand public le dimanche 24 juillet, les 7 et 21 du mois d’août et le 11 septembre. Durant ces journées porte ouverte, l'Observatoire sera ouvert de 17h00 à 23h00.

Deux valent mieux qu'un

S’aventurer dans les gorges ou les zones montagneuses en solitaire est fortement déconseillé. Deux randonneurs partis en excursion vers le mont Psiloritis peuvent en témoigner. L’un d’eux a effectué une chute spectaculaire sans gravité, mais qui l’empêcha de poursuivre son chemin. Par mobile, son ami informa les autorités. Des secours furent envoyés sur place et l’homme, blessé à la jambe fut transporté au centre médical le plus proche pour y recevoir les premiers soins. Un dénouement heureux qui me permet néanmoins de vous rappeler qu’il est souvent impossible de téléphoner dans les gorges avec son mobile car le signal y est inexistant. Prudence donc, et ne partez jamais seul !

Les feux dévastateurs

Les premiers feux dévastateurs de l’été ont exigé de grands moyens pour les circonscrire. Dans la région de Saint-Spyridona sur l’île de Chios, il aura fallu l’intervention de deux avions, d’un hélicoptère, de 21 pompiers. Le foyer était proche d'une zone résidentielle et le vent soufflait à plus de 5 Beaufort. Toute la Crète en cette fin de semaine est classée comme zone à haut risque. Pour cette raison, il est demandé d'éviter les activités extérieures qui peuvent provoquer des incendies par négligence, comme lancer une cigarette allumée brûler l'herbe sèche ou brindilles, d'utiliser une machine provoquant des étincelles comme des scies, machines à souder, etc. Si un incendie est détecté, avisez immédiatement le service des incendies. Le numéro de téléphone est le 199.

Les taxis protestent

Depuis le 2 juillet dernier, le métier de chauffeur de taxi est libéralisé. Plus besoin de payer une licence et les frais seront extrêmement faibles. Les grands perdants de cette réforme sont ceux qui ont, par le passé, déboursé des milliers d’euros pour obtenir une licence. Ainsi, la libération de la profession est un fait, tout le monde peut soumettre une demande à la Région. Interrogé sur la question, le ministre a répondu que l’on ne peut pas empêcher la libération complète de la profession. Le 5 juillet en Crète, il était impossible de trouver un taxi, ils étaient tous à l’arrêt.

Non déclarés, pas payés

Selon une étude récente, il y aurait en Grèce plus de 500.000 emplois non déclarés. En Crète, les responsables syndicaux dénoncent un autre fait : il existe trop d’hôtels qui n’ont pas payé les salaires du mois de mai ! L’Inspection du Travail reste le seul recours mais il régnerait selon les responsables syndicaux un système d’impunité. Tout le monde paie quand il veut. Il existe des hôtels qui n'ont pas honoré complètement les salaires de l'année dernière et lorsqu’il existe une décision judiciaire favorable au travailleur, ce dernier n’est pas exécuté.

Mal acquis profite

Plus de 800 suspects seraient impliqués dans le scandale des matches truqués qui a secoué le monde du football grec. Les profits illicites sur les jeux sont estimés à plusieurs millions d'euros. Environ 13 millions d'euros ont été déposés sur un seul match ! Les suspects, sont accusés de mettre en place un vaste réseau de matches truqués avec des liens dans sept pays, La liste de ceux qui sont traités comme des suspects comprendrait plus de 80 personnes ! Des joueurs, des présidents de club, des entrepreneurs, des arbitres anciens et des décideurs responsables de clubs, principalement en deuxième division du pays. Une grande partie de l'argent gagné dans les paris illégaux aurait été blanchie à Chypre. La Grèce a demandé aux autorités chypriotes d'aider et de collaborer aux enquêtes.

Les brèves de la semaine du 18 juillet 2011

Des dégâts écologiques et financiers énormes

Sept mille oliviers, trois milles ares sont partis en fumée après l'incendie qui a frappé Kato Sachtouria et Melampiani Gialia, au sud de Rethymnon, dans la municipalité d'Agia Varvara. Certains ont perdu en quelques secondes les acquis de nombreuses années de labeur à cause d'une folle imprudence humaine. En cette période de sécheresse et de hautes températures, la moindre étincelle peut déclencher une catastrophe. Les inconscients qui se permettent de brûler branchages et autres, ne sont rien d'autre que des criminels ! Le responsable de ce sinistre est connu, espérons qu'il soit lourdement puni.

Les gorges de Samaria ont la cote

Le nombre de visiteurs du parc national et des gorges de Samaria est en hausse de plus de 20% ! Durant le mois de juin 2011. Les visiteurs partis de Xiloskalo se chiffrent à 20.668 - Les visiteurs arrivant d’Agia Roumeli à 2.774 . Le nombre total étant de 23.442.
L'argent collecté grâce au droit d'entrée dans la gorge de Samaria, va enfin permettre d’y recruter un médecin et une infirmière. Une couverture médicale permanante dans la gorge, sera assurée durant cet été. Les mois de juillet et d’août devraient recevoir davantage de visiteurs.

Mangeons crétois !

La presse locale nous informe que Quatre sociétés grecques ont importé de la France, plus de 700kg de viande de bœuf contaminée par des micro-organismes pathogènes. Elle proviendrait du groupe des Abattoirs Bigard et possédait les codes d’autorisation requis. Ce sont les autorités belges qui ont détecté l’agent 0157-H7 et qui ont prévenu par le système d’alerte prioritaire les organismes de contrôle grecs. La saisie et le retrait immédiat de cette viande ont été décrétés.

Ces attaques sont-elles justifiables ?

Une nouvelle fois la note de la Grèce est dégradée par Fitch. Une descente aux enfers, à "CCC", une note qui signifie que pour l'agence d'évaluation, le pays présente un risque de non-remboursement.
La caisse de sécurité sociale grecque I.K.A. gère en 2011, la plus difficile période de son histoire. Plus de 300.000 dossiers concernent d’importants retards dans les paiements des charges patronales et des cotisations sociales, dues par les entreprises et les particuliers. Ces derniers, sont aujourd’hui menacés du pire. Les facilités de remboursement, les arrangements à l’amiable, accordés par le passé, expirent et la tolérance zéro devrait être appliquée. La menace de saisie sur les revenus et des biens est imminente pour tous ceux qui vivent avec un sentiment d’impunité.

Le recyclage est à la traîne

La Grèce enterre jusqu'à 82% de ses ordures et déchets. Ce sont des tonnes qui finissent dans les décharges et les sites d'enfouissement, au détriment du recyclage, de la fabrication de compost. Une gestion saine des déchets y est quasi inexistante et l’Union européenne s’impatiente. Les Grecs sont peu concernés par le problème et surtout très mal informés. Le déficit d’informations est une triste réalité. Malgré les promesses, peu de progrès ont été réalisés. Le délai a expiré le 12 Décembre 2010 et une nouvelle fois, la Commission européenne assigne la Grèce devant la Cour européenne.

Aptera est fier de son théâtre

Le feu vert est allumé pour l’octroi d’une rallonge de 500.000 euros pour que la restauration du théâtre antique d’Aptera puisse se poursuivre. Des terres voisines doivent être expropriées. Le théâtre d »Aptera fut à son apogée durant la période hellénistique et pouvait accueillir près de 3.000 personnes. Ce théâtre est l’un des rares survivants existant en Crète et l’étude en cours, implique sa restauration complète.

La fin de l'arbitraire à Almyrida

Du côté de Gouves, Chersonissos, Malia, etc, les constructions arbitraires et illégales des plages, attirent une clientèle nombreuse où n'existe aucune sécurité, car ces zones sont souvent sans sauveteur.
Par contre, ce lundi, la plage d’Almyrida a été nettoyée. Des dizaines de parasols et de lits de plage illégaux , ne possédant aucune autorisation, ont été enlevés par le personnel de la Mairie de Vrisses. La fin de l’arbitraire et du non-respect de la législation est désormais annoncée dans le district d’Apokoronou.

Une nouvelle excursion, depuis le 12 juillet est née

Depuis le 12 juillet dernier, existe la possibilité de visiter l'îlot de Souda qui est placé sous la surveillance de la base militaire navale toute proche. Deux fois par semaine, chaque mardi et jeudi, des traversées vers l’ilot sont programmées. S’y trouve une Fortezza, forteresse vénitienne construite en 1571. Lorsque les Turcs conquirent la Crète en 1669, ils ne se sont pas directement occupés de ce petit fort et l'îlot de Souda devint un refuge pour les rebelles crétois, jusqu'en 1715, lorsque il tomba aux mains des Turcs.
Les excursions vers l’îlot sont programmées comme suit : Départ de Souda à 10:30 au bord du : «Black Pearl».
Depuis Rethymnon à 09:15 au bord du "Barberousse".
Depuis Almyrida, au bord du "Hector".

Ne touche pas à ma Terre !

Les pénuries d'eau dans de nombreuses îles des Cyclades et Dodécanèse, est un problème ancien. Des projets, des programmes qui comprennent la construction de barrages, l'enrichissement des réserves d'eau souterraine et l'exploitation d'usines de dessalement y ont vu le jour. Dans la plupart des cas, ces projets n’aboutissent pas à cause de l'intervention ou de l’opposition des acteurs locaux.

Le sujet de la semaine du 25 juillet 2011

Une libéralisation mal acceptée

Architectes, pharmaciens, avocats, notaires, transporteurs et taxis sont concernés par la nouvelle règlementation qui libéralise leur profession et chaque corporation proteste, manifeste son mécontentement.

La grève des taxis en pleine saison touristique

Tout a débuté au début de la semaine dernière, lorsque les chauffeurs de taxis sont descendus en grève pour protester contre la libéralisation des licences d’exploitation. Certains occupent les péages de la route nationale, ouvrent les barrières, permettant aux automobilistes de passer sans payer.

Chaos dans les aéroports

L’accès aux grands aéroports du pays. Athènes, Salonique, Heraklion, Chania étaient entravés. Le centre d’Athènes était bloqué, quasi à l’arrêt, et les ports du Pirée et de Patras subissaient le même sort. Au centre d’Athènes, les grévistes tentèrent d’atteindre la Place du Syndagma.

Pierres et bouteilles furent lancés vers la police anti-émeute qui gardait l'entrée du ministère. La police a répondu avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

Pris en otage

Les chauffeurs de taxi ont porté un coup sérieux à l'image du pays. Des centaines de touristes, parmi eux des enfants en bas âge, trainant leurs bagages, furent obligés de marcher des centaines de mètres pour rejoindre les comptoirs d'embarquement. Les rares bus transportant des touristes qui ont tenté de forcer les barrages et de rejoindre l'aéroport ont été attaqués avec des jets de pierres Des bateaux de croisière ont évité le Pirée, un s’est dirigé vers la côte turque. un autre vers Nauplie, un troisième, vers le port de Chania en Crète.

Désabusés et frustrés

Ces milliers de passagers frustrés, ont été empêchés de visiter l’Acropole et son musée comme programmés. En une seule journée, Athènes a perdu 16.000 touristes ! Les vacances sont devenues un vrai calvaire pour des milliers de visiteurs.

La Canée, plus humaine

En Crète, du moins à Chania, la protestation était moins virulente, l’aéroport ne fut occupé qu’un court moment et la situation était moins chaotique qu’à Athènes et Heraklion. Un bateau de croisière à ancré au port de Souda et des chauffeurs de taxis offraient des courses gratuites à des touristes troublés.

Ils reprennent leurs troupes en main

La grève semble se poursuivre ce lundi 25 juillet. L'Association du Tourisme de Grèce, s'est adressée au Procureur d'Athènes, afin que cessent les actions illégales. A Chania et à Héraklion, l'aéroport fonctionne normalement depuis vendredi dernier, les bus y accèdent sans problème. Les chauffeurs de Chania par contre, bloquent depuis plusieurs jours l'entrée du bâtiment des services financiers du Ministère.

Une assemblée générale est prévue ce lundi pour décider des actions futures, tout en demandant aux contestataires de ne pas rendre leur action impopulaire auprès de la population et des autres secteurs de l'industrie et de l'économie du pays.

Les brèves de la semaine du 25 juillet 2011

Les bases militaires en alerte

L’attentat d’Oslo en Norvège a des répercussions en Crète et en Grèce. Toutes les mesures de sécurité y sont renforcées et spécialement dans les bases aériennes, où sont présents des avions F-16 norvégiens.

La fin du chaos

Dorénavant, plus rien à craindre en ce qui concerne la grève des taxis. Les aéroports ne seront plus bloqués, les péages des routes nationales ne seront plus occupés. La grève se fera plus discrète, dans le but d’éviter tout conflit avec d’autres groupements professionnels disent les responsables syndicaux, débordés par leurs troupes. La vérité est tout autre. Le Procureur de la Cour suprême a donné l’ordre à la police d’enlever les plaques de toute voiture qui bloquerait les routes, les ports et aéroports. Des poursuites accélérées, par le Tribunal de première instance, envers les contrevenants sont prévus. Plus de 600 numéros ont été transmis au procureur d’Athènes.

Des milliers d'hectares en fumée

L’absence de cadastre et d’une politique forestière appropriée ont eu comme conséquence désastreuse que près de 300.000 hectares de superficies boisées sont partis en fumée, rien qu’en Crète ! L’étude concerne une période de 25 années, allant de 1983 à 2005. Cette étude nous apprend que 50% des incendies criminelles n’ont pas été élucidées. 14 millions d’hectares, par des incendies successifs, ont brûlé durant ces années en Grèce. Cela représente plus d’un hectare par habitant !

Ils n'avaient pas gagné au Lotto !

La police a découvert un atelier de contrefaçon de billets à Galatsi, au nord d'Athènes. Plus d’un millions d'euros de faux billets ont été découverts ! Deux Africains, l’un originaire du Rwanda, l’autre du Cameroun ont été arrêtés.

Le Crétois est honnête

Cinq enfants d’Anogia, près de Rethymnon ont trouvé un portefeuille appartenant à un touriste italien. Il contenait argent, cartes de banque, pièces d’identité et des documents divers. Parmi eux, l’adresse de l’hôtel et c’est ainsi que l’objet perdu, put être remis à son heureux propriétaire. Le mien, oublié à l'aubette y fut retrouvé le lendemain et Jean, ami distrait, actuellement en vacances, s'est vu remettre son appareil photo de grande valeur à deux reprises !

Ils étaient vingt et cent

Les résultats provisoires du recensement de la population, effectué en mai dernier, nous apprennent que 10.787.690 habitants ont été recensés en Grèce. La Crète manquerait-elle de lits ? Le nombre de lits dans les hôpitaux de l’Etat, s’élève à 2335. Soit un lit pour 300 habitants.

Les robinets se ferment

Alors que tous les financiers et spéculateurs de la planète tirent à boulets rouge sur la Grèce et sa dette nationale, le test de stress effectué par l’Autorité bancaire européenne démontre que le système bancaire du pays semblerait en meilleure santé que le système bancaire espagnole qui compte cinq banques en-dessous des 5% et de la limite du test. La Grèce, le Portugal et l’Irlande sont dans des situations préoccupantes, l’Espagne et l’Italie sont loin d’être au mieux de leur forme ! En Crète, le grand manque de liquidités crée des problèmes de viabilité à de nombreuses entreprises, dont les banques coupent les crédits. Certaines pratiques bancaires sont accusées d’être déloyales, ainsi, certaines agences n’hésiteraient pas à modifier unilatéralement les clauses des contrats en cours.

Pauvres tortues !

Le samedi 16 juillet dernier, une Beach party avait lieu sur la plage de Kommo. L’endroit est répertorié par Natura 2000, ses dunes sont espaces protégées et cette décision absurde met en danger les nids de la tortue de mer Caretta caretta. Les bénévoles de la Société pour la protection des tortues marines "Archelon" , eux qui surveillent les nids, les protègent , tentent d’éviter leur destruction sont catastrophés. Les écologistes s’interrogent, pourquoi ne pas organiser cet événement sur la plage de Malia, toute proche ? Pourquoi ce non-respect quasi permanant de l’environnement ? La destruction des zones de nidification de la tortue de mer est une infraction pénale et la baie de Mesara est une des trois plus importantes aires de nidification, de ponte, donc de reproduction. Une honte !

Retour à la page d'Accueil

Pour me contacter par émail

Flèche de retour