bannecrete.jpg

Le sujet de la semaine du 20 juillet 2015

La raison a fini par l'emporter

La Grèce est encore dans la zone euro, un accord de dernière minute a été trouvé à quelques heures de l'échéance fatale et au bout d'un marathon de dix-sept heures d'âpres négociations, mais peut-on parler d'un accord ou d'une reddition ?

Alexis Tsipras, acculé dans les cordes, s'est vu obligé une série de réformes, qui s'apparentent à des coups douloureux. Dans l'immédiat, trois changements importants lui sont imposés, dont une réforme de la TVA et des retraites.

Les privatisations hier refusées, Tsipras les a acceptées, excepté les sociétés de l'eau et de l'énergie. La plus importante privatisation réalisée à ce jour est la concession accordée à une société allemande, associée à une entreprise grecque, 14 aéroports elles vont gérer en ayant déboursé un milliard, deux cents millions d'euros. Les 14 aéroports sont ceux de Salonique, Corfou, Chania, Céphalonie, Zante, Aktion, Kavala, Rhodes, Kos, Samos, Mytilène, Mykonos, Santorin et Skiathos.

Tout cela est-il honnête ou sérieux ?

On peut se poser la question, lorsque l'on sait que le site de l'ancien aéroport d'Athènes, une surface immense, des hectares au bord de mer, le tout à l'abandon tout comme le site des Jeux olympiques de 2014 d'ailleurs, a été confié à un consortium, formé de fonds chinois et d'Arabie Saoudite pour la somme de 900 millions d'euros, soit au tiers de sa valeur !

En échange, un troisième plan d'aide d'une valeur minimale de 74 milliards est promis à une Grèce humiliée qui a déjà reçu 240 milliards d'euros depuis 2010.Ce sont les irréductibles qui ont imposé leur diktat, l'Eurogroupe et les chefs d'Etat, qui ont accordé bien peu de concessions à Tsipras, ce communiste d'extrême gauche, qui pour des raisons idéologiques, refusait les règles de la zone euro et qui va réussir quelques heures plus tard à faire valider cet accord, en lequel il ne croît pas, par le Parlement de son pays meurtri, et où les banques sont proches de l'asphyxie. Suivra un remaniement ministériel, les radicaux du parti, ceux qui se sont désolidarisés, seront limogés et remplacés, pas moins que 10 ministres et vice-ministres !

La volonté du parti de gauche radicale, était de s'attaquer à la crise humanitaire

Les divisions profondes des chefs d'Etat ont été surmontées, parmi eux, l'Allemagne et son opinion publique de plus en plus anti grecque, la Finlande avec au pouvoir une coalisation soutenue par l'extrême droite, l'Espagne qui critique ouvertement la politique de Tsipras pour contrer Podemos à l'approche des législatives, les pays baltes qui disaient ne plus avoir confiance en Tsipras, à son comportement erratique, ses voltefaces inopinés, à son pays, où les réformes cent fois promises sont toujours attendues. L'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, qui ont fait de gros efforts, n'ont pas apprécié que Tsipras courtise Poutine.... Puis il y a la Slovaquie intransigeante!

La volonté grecque de mener à bien les privatisations est également mise en doute. Existe t-il une volonté de changement, à l'heure où deux millions de grecs sont exclus de la sécurité sociale ?

Des privatisations estimées à 50 milliards, somme destinée aux créanciers et peut-être rassurer le Bundestag d'Angela, qui demande des garanties. Cette somme estimée est irréaliste, ce n'est pas sérieux et chacun le sait ! Aujourd'hui, seuls un peu plus que 3 milliards ont été perçus !

Le peuple subit depuis 2009 des mesures d'austérité de plus en plus difficiles, le pays doit 315 milliards à ses créanciers et un rééchelonnement de la dette paraît être une certitude, elle devra être restructurée pour devenir soutenable. Cette dette publique approche les 180% du PIB ! Actuellement, tout cet argent est dévolu aux banques, elles qui furent recapitalisées en 2013 et l'année suivante et qui ne survivent aujourd'hui que grâce à l'aide d'urgence ELA fournie par la BCE. il ne reste rien pour activer la croissance.

Le peuple se sent floué, trahi, le clientélisme, le népotisme, la corruption ont réduit les institutions en lambeaux, ont gangréné le pays. L'attestation d'un élu, les signatures de complaisance, les enveloppes voyageant sous les tables, parfois une simple déclaration sur l'honneur donnaient droit à des largesses, une embauche dans l'Administration publique hautement politisée. Ce beau pays, ce pays fascinant, il faut le reconstruire, la solidarité familiale doit faire place à la citoyenneté à l'heure où la dette publique a pris des airs de Minotaure.

Le problème fondamental de la Grèce est son administration. Une économie moderne a besoin de services publics solides et efficaces. 54.000 Grecs ont réalisé des transferts bancaires à l'étranger entre 2008 et 2011 pour un montant total de 54 milliards d'euros, d'après les premières estimations, 22 milliards d'euros semblent ne pas pouvoir "être justifiés" ! Espérons que ce gouvernement possède la volonté de moderniser son pays et qu'il réussira. L'attention du premier ministre Alexis Tsipras se tourne maintenant vers la prochaine vote sur les mesures exigées par les prêteurs de la Grèce, qui doit avoir lieu au Parlement mercredi 22 juillet prochain.

la Grèce, conformément aux statistiques d’Eurostat, est devenue l’Etat de l’Union européenne (UE) ayant l’indicateur d’inégalité sociale le plus élevé. Une nouvelle semaine débute, faite d'incertitudes et d'inconnues. Les dégâts sont énormes. Pour Dominique Strauss-Kahn, les dirigeants politiques ont voulu saisir « l'occasion d'une victoire idéologique sur un gouvernement d'extrême gauche, ceci au prix d'une fragmentation de l'Union et ils ont réussi.

Les brèves du 20 juillet 2015

Jamais deux sans trois

Un décret signé par le ministre sortant des Finances suppléant Nadia Valavani, déplace la date limite pour entrer les déclaration d'impôts des sociétés et des particuliers. Les sociétés ont jusqu’au 20 août, les particuliers, jusqu’au 28. Ceci est la deuxième prolongation, le délai initial était limité au 30 Juin !

Les portes mais pas la caisse !

Les banques sont ouvertes depuis ce lundi, mais les transactions demeurent limitées et les retraits en espèces sont toujours limités à 60 euros, mais les clients sont en mesure de retirer la somme sur une base hebdomadaire, soit 420 euros.

Il était temps !

D’un nettoyage, d’un aménagement paysager bénéficie le port commercial de Souda. Le pavement est rénové, un nettoyage et un aménagement paysager sur toute la superficie du port commercial de Souda ont été achevés en mai. Il aura fallu un total de 9 camions pour éliminer les déchets, les objets encombrants ! Il était temps, car c’est ici qu’accostent les navires de croisière !

Deux inconscients notables

Deux apiculteurs, ont été arrêtés, ils seraient les responsables de l’incendie involontaire qui a éclaté dans la région de Kareas, près de Vyronas, dans le nord d'Athènes, et qui s’est propagé au mont Hymette vendredi. Le feu s’est rapidement étendu aux villages voisins et une maison ainsi qu’une taverne , dans Kareas ont été détruits dans l'incendie.

Augmentations inévitables

Les billets de transports en commun, avec le changement du taux de la TVA, qui passe de 13 à 23% seront plus chers. Dès ce lundi, c’est le cas des taxis, une augmentation de plus ou moins 10% est prévisible. Les tarifs du transport urbain seront annoncés bientôt car il faudra émettre de nouveaux billets, cartes, etc…

L'Union fait la force !

Le site d’Elafonissi qui attire des milliers de visiteurs pendant l’été et géré par deux municipalités, à savoir : Kantanos-Kissamos et Selino. Les deux maires, Theodoros Stathakis et Antonis Perrakis, par écrit, ont certifié qu'ils «reconnaissent la nécessité d'une coopération pour l'exploitation et la protection du bord de mer et de la plage. Les changements dans la législation et les énormes sommes versées à l'État (loyer, TVA, amendes), ont fait l'idée germer l’idée, de sorte que les deux municipalités avec l'aide de leurs conseillers juridiques vont trouver un moyen afin que d'ici 2016, la plage d'Elafonisi soit gérée conjointement par les deux municipalités voisines.

De mieux en mieux...

Héraklion est désormais accessible à raison d’un vol par semaine, de Toulouse et deux vols par semaine avec des billets à partir de 58 € TTC en aller simple, pour Athènes. De son côté, Aegean permettra aux voyageurs de bénéficier de connexions vers les 33 destinations grecques les plus connues parmi lesquelles Corfou, Mykonos ou encore Rhodes qui était jusque-là uniquement accessible en vols charters.

Et par mer !

La Crète est accessible depuis Kalamata (Péloponnèse) et ce avec le "Vitsentzos Kornaros" de Sea Lane Lines. Le navire partira à 12h45 après minuit du port de Kalamata pour sa destination finale, Kastelli, Crète, où il accoste à 10,30 heures du matin. La route de la mer Lines Lane, une filiale d’ANEK sera hebdomadaire et coûtera € 29. La cabine groupe coûte 57 euros, la voiture 83

Le sujet de la semaine du 28 juillet

Une sortie de l'euro est-elle inévitable et souhaitable ?

Si sévère a été la récession en Grèce depuis 2008 et si grande sont ses dettes, que certains économistes disent que la Grèce pourrait être mieux servie en sortant de l'euro, elle subirait avec le retour du drachme, une dévaluation proche des 50% !

Les similitudes avec l'Argentine sont là

Le système bancaire est mis à mal, la dette est insoutenable, et la nécessité de restaurer et d'améliorer la compétitivité existe. Seule différence, mais importante, est que la Grèce est moins ouverte, exporte moins que l'Argentine.

Une économie chancelante

L'effondrement de 40% des salaires depuis 2008 a réduit les coûts unitaires du travail, mais n'a pas relancé les exportations. La Grèce possède une économie beaucoup plus fermée, vit principalement du tourisme. Le PIB réel de la Russie a augmenté de 40% dans les cinq ans suivant la dévaluation du rouble en 1998, celui de la Corée du Sud a augmenté de 30% dans les cinq années suivant la chute du won en 1997, et celui de l'Argentine a augmenté de 25%. Des tendances similaires, mais moins prononcées ont été observées au Mexique, en Malaisie et en Thaïlande, suite à leurs dévaluations respectives en 1994, 1997 et 1997.

Aussi, même si la Grèce devait quitter l'euro, elle resterait, selon toute vraisemblance dans l'Union européenne, ce qui signifie qu'elle continuera d'être bénéficiaire de l'aide financière.

L'économie grecque avait montré des signes timides de reprise, mais depuis que Syriza est arrivé au pouvoir en Janvier, le pays a plongé de nouveau dans la récession. La dette va frôler les 200% du PIB, selon le Fonds monétaire international, et de nombreux observateurs disent quelle ne sera jamais remboursée en totalité.

Impossible !! Quelque chose doit céder ..la dette être allégée, le pays doit se moderniser, les réformes s'accélérer .. Qui le veut ?

Pendant ce temps, bien sûr, personne ne nie que le pays est dans une phase cruciale et que le scepticisme parmi les Européens va grandissant, beaucoup croient que la Grèce est incapable de se réformer, la vérité est qu'elle tarde a les faire.

Les brèves de la semaine du 28 juillet 2015

Les préparatifs militaires s'intensifient

Des avions de combat américains atterrissent à l'aéroport de La Canée. Les atterrissages ont commencé le 22 Juillet, ces avions sont destinés a viser les cibles de l'Etat islamique. Les États-Unis ont déployé en Turquie un grand nombre d'avions sans pilote, après l'accord des États-Unis avec l'Iran sur son programme nucléaire la Turquie semble vouloir prendre un rôle plus actif dans la guerre contre l'Etat islamique et …… il faut le dénoncer les kurdes.

Pourquoi se limiter à ces deux îles ?

Après Mykonos, cette fois, c’est à Santorin que les contrôleurs ont frappé ...... Les contrôles sont effectués dans le cadre du plan opérationnel de l'année 2015 afin de lutter contre l'évasion fiscale. Dans ces îles, la TVA d'aujourd'hui est réduite de 30% par rapport au reste du pays. A partir du 1er Octobre, cependant, selon le projet de loi adopté à la Chambre, le statut sur les îles sera harmonisé avec le reste du pays. Le ministère des Finances estime que la hausse de la TVA, en particulier dans le domaine de la restauration à 23% contre 13% aujourd'hui, couplé avec la suppression de la TVA réduite sur les îles, augmentera le risque de pertes plus importantes, que l'incitation à l'évasion sera plus élevé. Donc, les contrôles s’y intensifient.

Que sera la suite ?

Autre dossier qui est dans les mains du ministère public, une liste de 415 médecins qui ont envoyé des sommes supérieures à 100.000 euros dans les banques étrangères après 2009, ces transferts dans la plupart des cas ne peuvent être justifiés par les déclarations de revenus de leurs propriétaires.

Les banques sont toujours fermées

Un adoucissement du contrôle des capitaux, visant à soutenir l'entreprise, prévoit, le décret n ° 1561: ", concernant les restrictions des retraits d'argent et des transferts. Ce nouveau décret est publié dans la Gazette du gouvernement et signé par le ministre des Finances, Tsakalotos. Le nouveau décret autorise le transport de billets de banque en euros ou en devises étrangère, soit 2.000 euros par personne et par voyage à l'étranger. Dans le même temps, les compagnies maritimes peuvent faire des retraits d'espèces et ce jusqu’à cinquante mille 50.000 euros par jour. En ce qui concerne la limite quotidienne des retraits , pour les particulier , elle reste inchangée, soit 60 euros, mais chacun a la possibilité d’effectuer un retrait hebdomadaire de 420 euros en une seule opération. Le gouvernement de la gauche radicale SYRIZA a franchi ainsi une étape importante en allégeant les contrôles de capitaux, permettant des transferts bancaires à l'étranger par les entreprises basées sur le territoire grec.

L'avenir semble sombre

En fait, Grèce ne semble pas disposée à se réformer. Certains politiciens semblent préférer une chute dans l'abîme de la misère et de défaut, plutôt que d’entreprendre des réformes pourtant nécessaires. Ce n’est pas que la Grèce en est incapable, la Grèce ne le veut pas. Certains chez Syriza, ne sont pas désireux de sauver la Grèce en demeurant dans l'euro et la ND et le PASOK sont encore liés à leur clientélisme. Je suis très pessimiste quant à l'avenir de la Grèce.

Partis sur le continent

Plus de 200 migrants ont quitté vendredi soir la Crète du port d'Héraklion, avec les navires gouvernail "Knossos Palace" et "Blue Oraizon", direction Athènes. Ils furent secourus lundi soir en mer à 120 miles au sud-est de la Crète et furent hébergés à Sitia.

C'est difficile !

Création d'une masse salariale unique et la mise en œuvre d'un nouveau plan de mobilité prévoit, entre autres, le programme du gouvernement, qui est déjà sur la table avec les prêteurs. Un bras de fer, entre les prêteurs et le gouvernement est en cours, elle concerne l'évaluation et la dépolitisation de l'administration publique, la mise en œuvre d'une nouvelle vague de la mobilité, et la dépolitisation de l'administration publique. La rationalisation de la masse salariale spéciale concerne elle, 250.000 travailleurs du secteur public.

Le gouvernement a promis d'étendre la protection des résidences principales des contribuables jusqu'à la fin de cette année, tandis qu'un nouveau projet de loi sur le code de procédure civile stipule que les ventes aux enchères de la maison seront fondées sur la valeur marchande des propriétés. Le gouvernement a donc annoncé mardi la protection de facto de la résidence principale jusqu'à la fin de 2015, tout en promettant des mesures décisives pour faire face à la question des arriérés de prêts avant le 1er Janvier.

Selon les données, à ce jour, 61% est l'augmentation des décès dus à des accidents de la route en Crète, par rapport à l'année dernière. 43 personnes ont perdu la vie depuis le début de cette année !

La contrebande et la concurrence déloyale existent. L'OCDE met l'accent sur la production et la distribution en "vrac" du raki et des produits connexes, et conclut que chaque année 17 à 19.000.000 litres de tsikoudia (ou raki) échappent à la taxation. Une perte pour l’Etat de 24 millions d'euros ! Un projet de loi veut limiter et contrôler les petits producteurs qui ne pourront couvrir que leurs propres besoins. Il existe près de 30.000 petits distillateurs dans le pays !

Retour à la page d'Accueil