bannecrete.jpg

Le sujet de la semaine du 9 mars 2015

Il vaut mieux le savoir

Passer ses vacances dans les îles, quoi de plus agréable ? Néanmoins, au vu de ce qui suit, contracter avant le départ une assurance tous risques et de rapatriement, s’avère être une sage mesure !

La situation à Andros

La radiologie ne fonctionne pas depuis deux mois, car l’embauche d’un technicien nécessite la permission de l’organisme de contrôle. Moins grave : le laboratoire de microbiologie fonctionne péniblement avec une seule personne.

La situation à Skiathos

Les responsables se plaignent de travailler avec un tiers du personnel nécessaire. Le principal problème identifié par le directeur du centre de santé est le manque d’un chauffeur d’'ambulance à un poste et d’un technicien en radiologie.

La situation à Samos

Le problème principal de l'île est le manque d'ambulances, actuellement, seulement 'une des deux ambulances fonctionne. L'hôpital manque aussi d’un gastro-entérologue, d’un endocrinologue et d’un psychiatre, mais la bonne nouvelle c’est que depuis le 5 Mars un nouveau tomodensitomètre est en fonction.

La situation à Lesbos

Existent de sérieuses lacunes dans les postes clés 'il ya un manque de matériel et le personnel infirmier. Nous n’avons même pas de l'alcool, de la gaze et des sutures. En outre, nous ambulances ne peuvent pas couvrir toute l'île. Ne fonctionnent pas, des spécialités de base tels que l'endocrinologie, la gastroentérologie et l'oncologue. Ils ont apporté un scanner IRM, qui est obsolète et le monde est obligé d'aller au privé.

La situation à Kos

Une ambulance pour toute l'île. Les problèmes de structures de santé dans l'île d'Hippocrate sont importants. Le nouveau centre de santé est moderne mais ne fonctionne pas en raison du manque de personnel médical, il ya seulement une ambulance fonctionnelle, ce qui n’est pas suffisant pour répondre aux besoins d'une telle île.

La situation à Tinos

La peur d'être laissé sans un opérateur en radiologue est quasi permanente, l’île est déjà resté six mois sans radiologiste ! Actuellement, si un accident survient l’après midi, l’évacuation vers une autre île est la seule solution !

La situation à Mykonos.

Bien que Mykonos soit une île qui reçoit un volume considérable de visiteurs, le système de santé a de graves lacunes dans les postes clés, comme en cardiologue, pas de technicien existant pour tirer des radiographies, et …. aucun chirurgien.

La situation à Santorin

La situation à Santorin pourrait être meilleur, tout continue de fonctionner de façon marginale. Des chauffeurs d’ambulance manquent, le nombre d’ infirmières représente la moitié des besoins et sera bientôt à la retraite le laborantin en microbiologie. L’hôpital récemment avait demandé un anesthésiste et un chirurgien, deux radiologues y ont été envoyés !

La situation à Chios

Le fonctionnement de l'hôpital est satisfaisant, mais situation préoccupante, il n’y a qu'un seul pédiatre pour une île comptant 55 000 habitants. La plus grande partie de la journée il ya seulement une ambulance. Si deux incidents arrivent dans le même temps, …… problème ! Problème évident qui peut coûter des vies.

Les brèves de la semaine du 9 mars 2015

En avril, ils seront payés

IKA, la Caisse nationale de la sécurité sociale et des soins médicaux rassure, la pension des retraités sera honorée en avril, sans devoir emprunter. IKA posséderait 150 millions en dépôt à terme à la Banque nationale de Grèce.

La Crète a tremblé

Deux tremblements de terre ont eu lieu au sud de la Crète, ce vendredi matin, non loin de la rive. Le premier avait une magnitude de 3,3 sur l'échelle de Richter. L'épicentre a été localisé 31 km au sud-est de Chora Sfakia. Le deuxième tremblement de terre survenu à 6h05 du matin et avait une magnitude de 3,5 sur l'échelle de Richter. L'épicentre était situé à 38 km au sud de Tympaki.

Un changement de cap radical

Des propositions de réforme, le ministre des Finances Yanis Varoufakis doit présenter à l'Eurogroupe ce lundi 9 mars, en espérant que cela aidera a libérer une partie des 7,2 milliards restants du plan de sauvetage. Varoufakis veut s’attaquer en priorité à la crise humanitaire, à la réforme administrative, instaurer un nouveau régime pour régler les dettes en souffrance, dues à l'Etat, et la mise en place d'un nouvel organisme pour des inspections fiscales ciblées. Le gouvernement grec espère que les ministres des Finances de la zone euro jugeront les propositions suffisantes pour ouvrir la voie à la libération de fonds en Mars. Varoufakis est également susceptible d'être prêt à discuter avec ses homologues des privatisations que le gouvernement est disposé à réaliser. Le ministre des Finances a déclaré dans une interview sur la chaîne Star TV, qu'il était en faveur de l'investissement privé au port du Pirée et dans le réseau ferroviaire grec, mais pas question de vendre eau ou d'électricité. Un projet de loi prévoit de fournir aux ménages dans vivant dans une "extrême pauvreté", l'électricité gratuite pendant un an. 150 000 familles seraient concernées. Le projet de loi prévoit également une subvention de loyer variant entre 70 et 220 euros par mois pour un maximum de 30 000 ménages. En outre, des coupons alimentaires seront fournis à un maximum de 170.000 familles. Le coût total de ces interventions est estimé à 200 millions d'euros.

C'était promis

Un projet de loi prévoit la réintégration de l'ancien radiodiffuseur d'État ERT, qui a été brutalement fermé en Juin 2013. Tous ceux intéressés à retrouver leur emploi seront réengagés. Le gouvernement précédent avait budgétisé le recrutement de 15.000 fonctionnaires cette année, donc ces réembauches ne vont pas grever le budget.

C'était prévisible

"Le plus grand défi pour le nouveau gouvernement en ce moment n’est pas l'opposition plutôt docile au parlement, mais l'opposition au sein même du parti. Certaines promesses faites ne pourront être tenues, financièrement le pays est exsangue. Varoufakis évoqué l'Odyssée d'Homère, disant que l'ancien Premier ministre George Papandreou en 2010 a accepté des réductions de salaire et des pensions en échange de ce qui allait devenir 240 milliards de prêts des partenaires de la zone euro et du Fonds monétaire international. «Parfois, comme Ulysse, vous devez vous attacher à un mât pour arriver là où vous voulez aller en évitant les sirènes et nous avons l'intention de le faire", dit-il.

Les transports en commun

Le téléphone mobile pour les athéniens, peut dorénavant acheter des titres de transport, billets électroniques pour tous les moyens de transport urbain dans la capitale. Avec la billetterie mobile, les usagers où qu'ils se trouvent, peuvent acheter leurs billets à partir du téléphone mobile ou la tablette, sans avoir à attendre dans les files ou de devoir chercher un point de vente. Tout appareil avec le système d'exploitation Androïde ou Ios est compatible.

L'électorat lucide et confiant

Les sondages d’opinion montrent un net soutien à Tsipras. 64% croient que le pays est en bonne voie, un soutien important et le plus élevé depuis au moins 20 ans selon le sondeur. Alexis Tsipras, a réitéré son intention d'annuler les politiques d'austérité décidées par le gouvernement actuel. Il a précisé, cependant, qu’il va négocier la question de la dette avec les prêteurs sans prendre des mesures unilatérales, déclarant que l'Europe doit réduire ou supprimer une grande partie de la dette grecque. Il a ajouté que les prêts du FMI doivent être remboursés, mais qu’il plaidera pour obtenir un recul des échéances. Bien que le sentiment principal en Grèce est l'espoir, à Bruxelles le mot « confiance » étant galvaudé. Les ministres des Finances de la zone euro avaient à peine approuvé les grandes lignes du plan grec pour apaiser les créanciers, que le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi et le directeur général du FMI, Christine Lagarde mettaient la pression. Pour certains Grecs, ce genre de pression signifie que le gouvernement sera obligé de mettre en place des mesures auxquelles il était opposé. L'Odyssée ne est pas encore terminé.

La télévision

La télévision analogiques fonctionne à travers toute la Crète. Cela signifie que tous les insulaires qui ont téléviseurs prenant en charge la transmission de signal numérique MPEG 4 devront acheter des décodeurs pour être en mesure de regarder la télévision. Certains villages dans les zones vallonnées et montagneuses risquent de ne pas pouvoir capter le nouveau signal. Les municipalités concernées sont tenues d’installer des émetteurs secondaires. Une dépense pour ces municipalité de 10.000 euros, pouvant atteindre la somme de 15.000 €.

Le sujet de la semaine du 16 mars 2015

Les dirigeants de la Grèce, ne sont plus jugés comme crédibles

Fin de la semaine dernière, Yanis Varoufakis s’est retrouvé très seul, se faisant éconduire par la totalité des dirigeants de la zone euro. Il a donc tenté un dernier coup auprès du président de la Commission, Jean-Claude Junker, lui annonçant que si l’Eurogroupe n’acceptait pas d’entamer une négociation pour obtenir une annulation de la dette, qu’il serait obligé soit d’organiser des élections générales, soit un référendum pour réviser la position de la Grèce dans la zone euro.

En gros , il a laissé entendre qu’ il ferait voter les Grecs sur leur maintien ou le départ du pays de la zone euro ! Mise au courant de cette menace, Angela Merkel a demandé à Juncker de fermer ce dossier qui n’avait plus aucune importance. Elle a vivement reproché au président d’avoir reçu le ministre grec pour écouter ces objectifs complètement irréalisables. Cette affaire est la dernière goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Pour la première fois, tout le monde affirme que sur le plan économique un départ de la Grèce n’aura aucun effet, qu’il n’y a plus aucun risque de contagion. Le divorce peut donc être prononcé, mais le problème est politique, car les dirigeants grecs ont été élus sur la base de promesses irréalisables. C’est très banal, mais ils sont incapables de revenir dans la réalité, de se soumettre aux règles de fonctionnement de la zone euro et ils sont incapables de l’expliquer à leur peuple. Ce problème est loin d’être résolu. Cela étant, l’Europe va sortir renforcée de cette épreuve.

Le Premier ministre Alexis Tsipras, face à lui-même, va devoir choisir entre l'euro et le drachme, car au sein de son parti SYRIZA, la grogne s’installe. Les privatisations, les lois du travail plus souples, les coupes dans les retraites et d'autres mesures nécessaires pour un accord avec la zone euro ne seront pas approuvées par certains de ses députés.

Néanmoins, les «patrons» de la zone euro ont décidé que les règles sont les règles et que si l'accord préliminaire, n’est pas mis en œuvre rapidement, que les liquidité du pays resteront à zéro. La troïka et les protocoles, sont de retour, discrètement, par la porte arrière, la troïka portant dorénavant, le nom "d’institutions" et le mémorandum, "programme de financement" !

Les réunions avec la troïka se dérouleront principalement à Bruxelles, certaines initiatives gouvernementales grecques seront acceptées, mais le strict respect des accords préliminaires sera exigé. Il n’y a pas que Berlin qui insiste sur ce point, les gouvernements du sud de l'Europe, la BCE et le FMI, insistent également. Des gens comme président de la Commission Jean-Claude Juncker, qui ont passé beaucoup de temps en soutenant la Grèce, finiront par abandonner, car la Grèce a érodé leur confiance par des fuites, des commentaires irresponsables et un manque incroyable de professionnalisme.

Tsipras a été convaincu que la zone euro et la BCE ne permettrons pas la faillite de la Grèce et que les choses vont changer politiquement en Europe durant l’automne. Le problème est que l'automne se termine et qu’un défaut de la Grèce n’est plus une grande menace pour l’économie européenne.

Athènes est accusé de perdre du temps, et est prié de présenter des propositions appropriées, il n'y a plus de temps à perdre. Les discussions entre le gouvernement grec et les institutions vont commencer mercredi à Bruxelles ... en parallèle, les équipes techniques des institutions seront accueillis à Athènes." Le nouveau Premier ministre Alexis Tsipras, un tantinet démagogue, avait précédemment promis que les «institutions» - anciennement connu sous le très détesté "troïka" de l'Union européenne, Banque centrale européenne et le FMI - ne devraient plus revenir à Athènes. Athènes avait initialement résisté aux tentatives par les prêteurs d'envoyer des fonctionnaires en Grèce pour recueillir des informations mais a cédé après qu'il est devenu clair qu'il n'y avait aucun espoir de progresser sans leur présence à Athènes.

Le rassemblement sera appelé le Groupe Bruxelles, ou BG pour faire court, ce qui reflète la volonté du gouvernement grec de mettre fin à des références à la troïka. L'euro a plongé, les craintes ont augmenté sur l'avenir de la Grèce et les principaux marchés boursiers européens ont chuté. L'épineuse question d'un troisième plan de sauvetage susceptibles de se attaquer à des dettes qui se élèvent à environ 175 pour cent de la production économique annuelle de la Grèce ne semble pas figurer dans les pourparlers à Bruxelles.

Les brèves de la semaine du 9 mars 2015

Ils doivent apprendre

De toute évidence, les gens de la SYRIZA croient qu'ils détiennent un monopole sur tout ce qui leur paraït juste, équitable et progressif Leur noyau dur a toujours eu le privilège de jouer à la politique loin des tentations et des difficultés du pouvoir. Ils ne s’attendaient pas à gouverner, ni ont appris l'art difficile de la négociation et des compromis. Ils ne connaissent que les revendications maximalistes. L Premier ministre Alexis Tsipras préfère de marcher avec les factions de son parti qui sapent les négociations plutôt que de les affronter et de travailler, côtoyer, d'autres pays européens qui pourraient aider la Grèce à assouplir l'austérité subie. Le résultat est que, notre pays est maintenant seul.

Une idée farfelue

Les reçus que vous recevez lors de tout achat pourront bientôt entrer dans le panier de la «loterie nationale» ! Cette nouveauté selon les autorités fiscales et le plan de l'équipe économique, récompensera les contribuables cohérents. L'objectif du gouvernement est de motiver les gens à exiger un reçu à chaque achat. Ce projet du ministère des Finances, prévoit que chaque contribuable pourra envoyer un SMS, le numéro de chaque reçu, qu’enverra le contribuable, participera au tirage au sort comme un "billet de loterie".

Athènes s'inquiète

Le maire d'Athènes Giorgos Kaminins, se dit préoccupé par le sort de centaines de migrants libérés des centres de détention. Un certain nombre de bâtiments qui pourraient être utilisés pour loger les migrants libérés ont été recencés, mais le fait est que nous avons besoin des fonds qui ne existent tout simplement pas", a déclaré le maire. Il a également exprimé ses préoccupations concernant la mise en œuvre de la politique du nouveau gouvernement, qui a décidé de fermer les centres de détention et d'accélérer les procédures d'expulsion et d'asile,

La pluie ne cesse de tomber

Les pluies quasi incessantes qui sont tombées en Crète, on provoqué des glissement de terrain sur la route nationale, à proximité de la jonction avec Kolimbari. La route vers Deres a connu le même sort, à Rapaniana, un l'eau couvrait la route et un autre glissement de terrain, était annoncé à proximité du petit pont de Minothiana La gestion des eaux usées à Platanias, fut confrontée à problèmes majeurs, en raison de fortes pluies et des glissements de terrain. Le nouveau réseau de gazoducs dans le village de Spilia a été emporté par le débit de l’eau. Des glissements de terrain se sont produits aussi à Drakona et le tout nouveau pont de Skoutelonas a été détruit.

Quelle belle initiative !

L’heure est aux économies et c’est ainsi que Sans barrières et sans plate-forme surélevée pour les officiels, se déroulera le défilé militaire le 25 Mars, a annoncé le ministre de la Défense nationale Panos Kammenos.

Le premier nous est arrivé !

Dans le port de Souda, un bateau de croisière est arrivé de Hambourg. A son bord 329 passagers et 167 membres d'équipage. Sa prochaine destination est Rhodes. Cette année, 70 bateaux de croisière, soit environ 90. 000 passagers sont attendus à Souda.

On entretient les bonnes relations !

Le gouvernement grec envisage de saisir le centre culturel allemand d'Athènes pour indemniser les familles des victimes du village de Distomo, exécutées par les nazis. Le gouvernement d'Alexis Tsipras continue de brandir au nez de ses créanciers la question des dettes de guerre allemandes. le gouvernement d'Alexis Tsipras est prêt à prendre une décision radicale: saisir des avoirs allemands sur le territoire grec. Première victime potentielle: l'Institut Goethe à Athènes. Le gouvernement grec s'abrite derrière une décision de la Cour suprême en 2000 condamnant l'Allemagne à payer 28,6 millions d'euros à la famille d'une victime. À l'époque, déjà, il fut question de saisir l'Institut Goethe, l'École allemande d'Athènes ou l'Institut archéologique. Projets aussitôt abandonnés l'affaire était complexe sur le plan juridique. La question des dettes de guerre est censée avoir été tranchée: la Grèce a reconnu les traités internationaux qui ont mis un terme au sujet. Mais le gouvernement d'Alexis Tsipras a décidé de rouvrir la commission parlementaire sur les crimes de la Seconde Guerre mondiale pour soulever la question des dédommagements individuels. Il y a peu de chances qu'Angela Merkel cède aux pressions d'Athènes. Les juristes allemands qui ont rédigé le traité sur la réunification en 1990 ont veillé à écarter toute possibilité de recours contre l'Allemagne.

C'est bon à savoir !

Attention ! Il se dit que les radars à Apokoronas fonctionnent, les premières amendes, en raison de photos prises sur la route nationale de La Canée à Réthymnon arrivent !

Retour haut de page

Le sujet de la semaine du 23 mars 2015

Tsipras menace et réclame des indemnités

"Si la Grèce explose, l'Espagne et l'Italie seront les prochains, menace Tsipras. Il a également déclaré que la Grèce n’avait pas besoin d'un troisième plan de sauvetage, réclamant une réduction de la dette, tout comme celle dont avait bénéficié l’Allemagne en 1953 lors de la conférence de Londres !

Berlin est accusé de s’ingérer dans les affaires intérieures grecques, tout en donnant l'impression que le gouvernement allemand veux pousser la Grèce hors de la zone euro ! Cette guerre des mots n’a pas empêché la Grèce a renouveler sa demande, réclamant une indemnisation pour l'occupation brutale des nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Ce sujet controversé, mérite que l'on s'y attarde .....

Un peu d'histoire

A l’époque du mur de Berlin, les allemands argumentaient que cette question concernait les deux Allemagnes. Les Grecs ont accepté alors de négocier le remboursement de l'emprunt le jour où la RDA et la RFA signeront un traité de paix. Lors de la Conférence de Londres sur les dettes allemandes (1953), les deux pays se sont engagés sur un montant de réparations de 115 millions de deutschemarks. Ce qui au regard des nombreuses destructions matérielles et d'un bilan de près de 250.000 morts grecs et de 50.000 déportés juifs, n'est rien. Les estimations actuelles, réalistes ou extravagantes, vont de 50 milliards à 332 milliards d'euros ! Or, en 1989, le processus de réunification des deux Allemagnes déboucha sur un Traité entre les deux Allemagnes et les quatre Alliés, puis sur le Traité de réunification. Mais en aucun cas sur un traité de paix ! A l'époque, le gouvernement Kohl avait pris soin que le terme "traité de paix" n'apparaisse nulle part. Le tout avec l'aval des Américains, des Français, des Britanniques et des Russes.

Une maladresse selon certains

Le Premier ministre Alexis Tsipras, tentant de convaincre ses principaux créanciers, a donc proposé une réunion d'urgence en marge du sommet de l'Union européenne, elle a eu lieu vendredi en présence de la chancelière Angela Merkel, du président François Hollande, du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Une erreur selon certains, pour qui mieux valait poursuivre la recherche d’un accord collectif.

Le ministre belge Charles Michel a d’ailleurs vertement protesté, rappelant que la Belgique a contribué à hauteur de 7 milliards d'euros au sauvetage de la Grèce.

Comment vont s'achever les négociations ?

Le gouvernement est en proie à l'amateurisme et au fanatisme, des membres de son parti. La tension avec l'Allemagne, est un cauchemar auto-entretenu au sein de ses membres. Il est presque impossible de deviner comment Tsipras va achever les négociations, mais il va bientôt devoir choisir entre déplaire à son parti ou de déplaire aux créanciers. Pour Merkel la situation est simple, le gouvernement grec a la possibilité de remplacer les réformes du 10 Décembre avec d'autres réformes si celles-ci ... ont le même effet," at-elle déclaré, ajoutant que l'Irlande avait fait quelque chose de semblable.

La carotte et le bâton

En Grèce, il existe une crise humanitaire et la nécessité de trouver des fonds, a souligné, le Président du Parlement européen, Martin Schulz, tout en annonçant que la Commission européenne mettait deux milliards d’euros à la disposition de la Grèce pour l'année 2015. Cette manne financière provient de fonds européens non utilisés et sera investie en faveur de la croissance. Cet argent en principe, servira à financer les secteurs de l’économie créateurs de croissance et d’emplois, également pour la cohésion sociale particulièrement en faveur des victimes du chômage des jeunes. La Grèce selon Eurostat, est dans le pire position parmi les "28" en termes de risque de pauvreté et la pauvreté des enfants a augmenté à 28,8% et la pauvreté en général à 23,1%.

Le pays est à court d'argent

Le défi pour Tsipras est difficile. Tout d'abord, en dépit de ses assurances que la Grèce va remplir toutes ses obligations, l'Etat est à court d'argent. La Grèce a besoin d'environ 1,5 milliards d'euros pour répondre à ses obligations pour Mars et 2 milliards d'euros pour Avril. Des sources ont indiqué que les fonctionnaires ont trouvé un moyen de couvrir les obligations pour cette semaine. Une gamme d'options sont envisageables, parmi celles-ci pour le paiement des salaires et des pensions, existe la possibilité d'exploiter les réserves de fonds de pension, des organismes publics et des services publics.

Où le gouvernement grec espère t-il aboutir ? Veut-il une rupture avec Berlin et les autres créanciers ? La Grèce serait-elle prête à jouer la carte de la Russie ? Une visite chez Poutine est programmée et chacun sait que les membres de SYRIZA ont des racines politiques avec le marxisme et le Parti communiste de Grèce. En outre, il existe des liens forts et la sympathie entre la Russie et la Grèce, en raison de leur allégeance à l'Eglise orthodoxe. A t-il raison de soulever la question des réparations de la Seconde Guerre mondiale maintenant ? La Grèce serait-elle prête à jouer la carte de la Russie ? Une visite chez Poutine est programmée et chacun sait que les membres de SYRIZA ont des racines politiques avec le marxisme et le Parti communiste de Grèce. En outre, il existe des liens forts et la sympathie entre la Russie et la Grèce, en raison de leur allégeance à l'Eglise orthodoxe.
Le gouvernement grec sait que dans une quinzaine de jours que l'Etat va manquer d'argent et que ses engagements ne seront pas respectés. Il a peur des conséquences politiques et sociales et intentionnellement crée un climat d'hostilité en incriminant Berlin.
Mais Tsipras a été prévenu, la Grèce ne pourra pas rester dans la zone euro à n'importe quel prix.

Les brèves de la semaine du 23 mars 2015

Une activité à risque

Seize personnes ont été arrêtées, elles étaient impliquées dans un trafic humain qui lui auraient rapporté 8.000.000 d’euros ! Le trafic concernait des migrants syriens, venant de Turquie vers les îles grecques de Kos et de Rhodes, au prix de 9.000 euros par tête ! Plus de 220.000 migrants sont entrés en Europe en 2014, comparativement à 60.000 en 2013 !

Serot-ils moins nombreux ?

Les dernières projections, suite aux réunions des hôteliers grecs avec des voyagistes, laissent penser que le nombre de touristes russes cette année ne dépassera pas 900.000. Lorsque les arrivées des dernières années ont atteint les 1,2 millions. Pourtant le taux du rouble par rapport à l'euro (1 euro pour 65 roubles, au lieu de 85 en Décembre) devrait laisser place à l'optimisme.

Des vols en augmentations

Lufthansa a partir du 30 mai et jusqu’au 24 Octobre, reliera Héraklion à Munich à raison de 23 vols par semaine. Également, la connexion Athènes - Francfort sera assurée avec j25 vols par semaine.

Ils sont nombreux !

Des avis électroniques, des rappels, à 1.000.000 débiteurs, le gouvernement a commencé à envoyer ce jeudi. Ils sont adressées principalement à ceux qui ont des dettes envers l’'Etat depuis plusieurs mois.

Sans programme T.V.

Des vastes zones de l'arrière-pays de la Crète (dans les villages de la municipalité de Kantanos, Platanias Sfakia, Agios Vassili, Kissamos, Sitia et autres, ne reçoivent pas le signal numérique de la T.V, l'infrastructure existante n’étant pas suffisante, les habitants de ces quartiers n’ont pas accès à la télévision.

Des mesures sociales annoncées

Il propose de rétablir l'électricité pour les ménages ne pouvant payer leurs factures et de leur fournir jusqu'à 300 kw/h d'électricité gratuite jusqu'à la fin de l'année. Mesures pour les personnes ayant perdu leur emploi. Près de 30 000 foyers vont aussi recevoir une aide au logement, de 70 à 220 euros, et 300.000 personnes une aide alimentaire. Le projet comprend également des mesures pour des personnes qui ont perdu leur emploi ces derniers mois et qui sont privées de couverture sociale. La promesse électorale du gouvernement d'augmenter le salaire minimum mensuel à 751 euros ne sera pas remplie avant la deuxième moitié de 2016.

Désormais sous surveillance

Le gouvernement grec a nommé une nouvelle équipe à la tête de l’agence chargée des privatisations. Cette agence va jouer un rôle primordial dans la mise en place des nouveaux plans du gouvernement Tsipras pour limiter les cessions d’actifs publics dans l’avenir. Le gouvernement Tsipras est notamment opposé à la vente de quelques actifs publics importants. Il a aussi promis de revoir le processus de certaines opérations de privatisation.

Une mort tragique

L'ensemble de la Crète ne peut pas croire les nouvelles de la mort tragique de Giakoumaki Vangelis, qui a décidé de mettre fin à sa vie, anéanti, détruit psychologiquement par les attaques ignobles incessantes et acceptées ou tues par d'autres élèves de l'école de Ioannina, où il étudiait. Parents, amis, et des milliers de gens, ont accompagné l'étudiant de 20 ans dans sa dernière demeure. Vangelis Giakoumakis ne se est pas suicidé. Il a été condamné à mort par la cruauté impitoyable de ses camarades et par la complicité de ceux qui ont échoué à le protéger et à intervenir.

Un sujet qui fait l'unanimité en Grèce

La décision unanime du Parlement grec de réclamer des dommages pour les atrocités des forces d'occupation allemandes dans la période 1941-1944 et le remboursement du prêt d'occupation forcée a été accepté au Conseil d’ Héraklion. Le conseil municipal préconise la création d'une commission chargée d'auditer la dette et de promouvoir la coopération internationale du Parlement avec le Parlement européen, les parlements d'autres pays et d'autres organisations internationales sur les questions de la dette.

Le sujet de la semaine du 30 mars 2015

Le gouvernement tourne en rond depuis deux mois

Un proche avenir nous dira si la Grèce a la possibilité de rester dans la zone euro. Les deux derniers mois sont, triste constat, comme «perdus», Alexis Tsipras, courageux, candide ou naïf, était quasi convaincu de recevoir un "chèque en blanc" de ses partenaires européens. La chancelière allemande a mis les pendules à l’heure, affirmant que la Grèce ne recevra aucune aide que si les conditions fixées par le protocole soient respectées. Mario Draghi a également souligné que la zone euro ne peut pas travailler éternellement avec des prêteurs et des emprunteurs permanents, que chaque pays doit se tenir sur ses deux pieds.

Plus de deux mois se sont écoulés depuis les élections et le gouvernement doit cesser de tourner en rond, nous avons eu notre dose de réunions et de visites rhétorique dans les capitales européennes, mais chaque nouvelle mesure proposée a été salué par un rugissement de désaccord.

Il lorgne vers Moscou

Alexis Tsipras doit décider ce qu'il va faire et qui il aura à ses côtés. Il ne peut continuer à éviter l’affrontement avec les dissidents existants au sein de son parti et ce au détriment de l'économie et l’avenir du pays. Le Premier ministre grec courtise Moscou, y demandera t-il une assistance financière ? Dans ce contexte, le ministre de la Défense grec n’a pas exclu la possibilité d'une demande de soutien financier aux pays situés en dehors de l'UE ! Une des priorités énoncées par le nouveau gouvernement de la Grèce est le refus de nombreuses privatisations, précisant toutefois que les processus de privatisation en cours, seront achevés. Ceci permet à la Russie de participer aux appels d'offres pour l'achat de "TRAINOSE» et d’un terminal du port de Salonique. Le pipeline de gaz russe qui sera relié au nœud du flux turc en Thrace orientale, passera en Grèce et apportera d'énormes avantages économiques et politiques au pays.

En ce qui concerne l'examen d'une éventuelle aide économique de la Russie en Grèce, on parle d’un premier paquet de 10 milliards. La Russie est prête également à procéder à la levée de l'embargo des produits agricoles grecs.

La Grèce doit absolument conclure un accord la semaine prochaine avec ses créanciers pour obtenir une nouvelle tranche de prêts, faute de quoi elle risque de ne plus pouvoir rembourser ses créanciers internationaux.

Lafazani, le ministre grec de l'énergie, évoque un conflit avec l'Europe allemande ! Il sera reçu ce lundi à Moscou par son homologue russe Alexandre Novak et par le patron du géant gazier Gazprom. Une partie de poker en somme se joue !

Les brèves de la semaine du 30 mars 2015

Un voyage plus long que prévu

227 passagers qui voyageaient à bord du ferry "Vitsentzos Cornaro", ont vécu une mésaventure, dont ils se souviendront longtemps. La tempête faisait rage, le vent violent, soufflait à du 7-8 Beaufort et le ferry lors de son entrée dans le port de Kasos, mercredi à 21h30 mercredi soir, jour de la fête nationale, dévia de sa trajectoire et échoua dans les basses profondeurs dans une zone sableuse près de la digue pendant le processus d’amarrage. La tempête empêcha toute tentative pour tenter de dégager le navire. Les vents forts empêchèrent toute approche le lendemain. Le venredi, un remorqueur parvint enfin à atteindre le ferry et finalement, le «Vitsentzos Cornaro" fut dégagé tard dans la soirée, mettant fin à deux jours d’attente. Le navire, parti du Pirée allait à Milos - Thira - Anafi - Héraklion - Sitia - Kasos - Karpathos - Diafani - Rhodes et Halki.

Pas tous égaux

Un dernier sondage effectué nous apprend que 44,8% des retraités, soit 1.189.396 personnes ont des pensions inférieures au seuil de pauvreté de 665 euros. Les prêteurs, la coalition sortante et la troïka ont dénoncé la moyenne élevée des retraites existante en Grèce, celle des handicapés, les retraites prises avant l’âge de 62 ans. 25% des retraités sont âgés de plus de 81 ans, 32% ont entre 71 et 80 ans, 38% entre 51 à 70 ans. Les retraités âgés de 56 à 65 ans reçoivent des montants de pension plus élevés. Ces derniers font partie de l’ancien système, ont bénéficié de ses largesses. Il est vrai que certains fonctionnaires prennent une retraite après 25 années de carrière ! Une caste particulièrement privilégiée est celle de l’armée.

Parmi tant d'autes

Le nouveau gouvernement étudie et va proposer un nouveau barème de l'impôt. Le projet est prêt à imposer de nouvelles taxes sur les boissons et probablement les cigarettes, tout en augmentant la TVA dans les îles de la mer Egée, qui bénéficient d’un taux réduit. Le revenu foncier qui rapporte à l’Etat 3,4 milliards d’euros subsistera encore, car il sera extrêmement difficile pour le gouvernement de trouver un substitut acceptable. Il sera maintenu en 2015, mais avec des exemptions ou des réductions pour les ménages les plus pauvres.

Cela ne va pas s'améliorer bientôt

Les heures perdues dans l'Instruction et les lacunes pédagogiques dans les écoles sont nombreuses, tant dans l'enseignement primaire que secondaire. Les lacunes chroniques affectent particulièrement la programmation éducative dans l'école publique. Ces lacunes éducatives se sont encore accentués au cours des dernières années avec la réduction du budget et des embauches pour remplacer les enseignants partant à la retraite. Nous savons, malheureusement qu’il n’y aura pas de recrutement d'enseignants permanents durant les prochaines années, en raison de la politique choisie par les dirigeants précédents pour réduire le secteur public.

Une découverte macabre

Les restes d'un squelette humain ont été trouvés sur la Pigianos Kambos dans la municipalité de Réthymnon par un homme qui se promenait sur la plage. Des agents de l'Administration portuaire locale ont été informés, ils n’ont découvert la partie supérieure du squelette. L'examen médico-légal indiquera le sexe du squelette et les causes de décès.

Certains doivent trembler

En visite à Athènes, le secrétaire d'Etat suisse aux questions financières internationales, Jacques de Watteville, s'est mis d'accord avec les responsables grecs chargés de la lutte contre la corruption. Il est question de reprendre la coopération bilatérale sur les sujets de l'imposition et des contrôles des dépôts bancaires des Grecs en Suisse et de renforcer les mécanismes des transferts des données entre les deux pays. Le dernier chiffre disponible de la Banque nationale qui date de 2013 et évoque le montant de 6,6 milliards de francs suisses, mais ce chiffre brut ne dit rien du pourcentage taxable. Une nouvelle rencontre aura lieu "après les fêtes de Pâques", soit fin avril, selon une source gouvernementale grecque.

Pour quel résultat ?

Il a été décidé que 32 personnes, dont d'anciens politiciens, hommes d'affaires, des soldats, des banquiers et des marchands d'armes, devraient subir un procès dans le cadre de pots de vin qui auraient été versés, lors de la vente de quatre sous-marins de l'Allemagne à la marine grecque. Il est allégué que plus de 60 millions d'euros en pots de vin pour approuver l'achat des sous-marins du consortium HDW / Ferrostaal ont été versés ! L’enquête a révélé que l'argent a été transmis via deux sociétés offshores.

La dernière en date

La Cour vient de condamner l'ancien ministre des Finances George Papaconstantinou à un an d'emprisonnement avec sursis de trois ans pour avoir modifié la liste Lagarde. Ce procès Papakonstantinou "... aura coûté à l’Etat plusieurs millions d'euros" et la peine infligée par les cinq membres de la Cour, parait à certains bien légère.

Qu'on se le dise !

Le 30 Juin est la date limite pour rentrer la déclaration d'impôt conformément à la circulaire qui vient d’être émise.

Retour vers la page d'Accueil

Flèche de retour