bannecrete.jpg

Les brèves de la semaine du 3 novembre 2010

Bateaux de croisière et marina à Souda

Ce lundi 25 octobre, le premier navire de croisière est entré dans le port de Souda. Il s’agit d’un bâtiment long de 165 mètres, transportant 700 personnes et 400 membres du personnel pour les satisfaire. L’année prochaine s’annonce fructueuse, le premier bateau de croisière amarrera à Souda le 2 avril et les arrivées seront quotidiennes jusqu’à la fin du mois d’octobre. Chaque bâtiment lèvera l’ancre le lendemain, le temps de permettre une visite fugace de la vieille ville de Chania, avant la prochaine escale à Bodrûm en Turquie. Des travaux devront être réalisés d’urgence : l’extension des quais et une profondeur accrue seront nécessaires afin de pouvoir accueillir des bâtiments beaucoup plus imposants. Dans un deuxième temps, la construction et l’aménagement d’une marina pour les bateaux de plaisance est prévue.

La césarienne est à la mode

Selon une étude de l'Université d'Athènes, les césariennes sont pratiquées de plus en plus souvent et ce pour plus de la moitié des naissances dans le pays ! Une mode qui permettrait à l’obstétricien d’exiger ou de recevoir une enveloppe, un matabiche de 800 à 1.000 euros ! Cette fâcheuse mode du bakchich est pratiquée de la Grèce à la Roumanie depuis des générations. Une campagne d’affichage nationale dans les hôpitaux publics et les administrations tente d’éradiquer cette mauvaise habitude.

Le Marathon d'Athènes

Ce dimanche 31 octobre a eu lieu le 28ème marathon d’Athènes. Son vainqueur a établi un nouveau record en couvrant la distance en 2h12m40s. Cette édition s’est couru 2.500 ans après la célèbre bataille de Marathon, qui vit les hoplites grecs arrêter les forces Perses du roi Darius, évitant ainsi à Athènes une bataille à l’issue incertaine. Cette victoire mit fin à la première guerre médique. L’archonte Miltiade, commandant de l’armée grecque envoya un messager, soldat dénommé Philippidès, à Athènes pour y annoncer la bonne nouvelle. Ce dernier, à bout de forces, épuisé, succomba à l’arrivée. Les premiers Jeux de l’ère moderne ressuscitèrent cet événement en organisant en 1896 le premier marathon. Un modeste berger de 23 ans en fut le prodigieux triomphateur. Depuis lors le marathon d’Athènes est une épreuve qui attire les professionnels et les masses populaires du monde entier.Cette année, plus de 20.000 participants étaient au départ, représentant pas moins de 88 pays.

Cannabis et haschich remplacent la tomate

Dans la région de Kastelli, près de Rethymnon, 250 plants de cannabis et 80kg de haschich ont été découverts. La police spéciale effectuait en même temps une descente à Rodovani, près de Prasse et stupeur, y trouvèrent une plantation de 700 plants et 330kg de haschich emballés dans des sacs. Dans les deux cas des tirs ont été échangés. Deux hommes furent arrêtés à Rethymnon, tandis qu’à Rodovani les auteurs ont pu fuir.

Les brèves de la semaine du 10 novembre 2010

Les élections municipales

Le premier tour des élections municipales a eu lieu dimanche dernier avec ses particularités. Le Premier Monsieur Papandreou a brandi la menace d’élections anticipées si le peuple désavouait sa politique sociale, le programme d’austérité mis en place pour redresser l’économie du pays. Risque calculé ou inconscience ?
Certaines municipalités n’ont qu’un seul candidat, ce dernier n’a pas besoin de faire campagne pour être élu. Indépendamment des résultats des élections locales, ce serait une faute grave de laisser la Grèce sans gouvernement et d’entamer une nouvelle campagne pour des élections générales. Il n'y a plus de temps à perdre !
Le peuple responsable et adulte, malgré les sacrifices demandés, les baisses de salaire endurées, la hausse des prix et du chômage et les retraites grignotées, a tranché. La majorité en place n’est pas désavouée, le message adressé aux politiciens est clair : « Cessez de perdre du temps, de gaspiller votre énergie, poursuivez les réformes nécessaires et sauvez l’économie du pays ».  Il n’y aura pas d’élections anticipées. Pas moins de 221 municipalités et 11 régions sont à pourvoir au deuxième tour, qui aura lieu dimanche prochain.

Fraudes et corruption ont la cote.

Mécanisme de fraude démonté à Sfakia-Mylopotamos

Depuis des années, des animaux virtuels, des terres virtuelles, ont permis à certains de bénéficier de subventions indues importantes et de toucher des fonds compensatoires pour les années 2008 et 2009. Plainte a été déposée par l’Etat, mais la Grèce va devoir rembourser plus de trois cent millions d'euros de dépenses irrégulières dans le cadre de la Politique agricole commune de l'Union Européenne. Carences et manque de contrôles lui sont reprochés. Les critiques concernent le système d'identification et les dépenses liées aux aides. La fraude de Sfakia avoisinerait les deux millions d’euros.

Des employés indélicats

Neuf employés de l'Office National du Tourisme Grec sont accusés d’avoir fait perdre à leur employeur quelque 5,5 millions d'euros entre 2006 et 2009. Dans la seule année 2006, plus de 22.900 bons subventionnés offrant une réduction, au lieu des 2.000 prévus par décisions officielles furent distribués. Cela représente une perte financière de 1.750.000 euros. Ces bons de réduction ont-ils été distribués ou tout simplement présentés, encaissés et partagés entre les corrompus ? La Justice devra trancher. Encore un scandale qui démontre les dysfonctionnements des organismes de contrôle, la mauvaise gestion des responsables de l’Administration et une corruption omniprésente difficile à éradiquer.

Les obligations fiscales ?

97.813 sociétés n'ont pas déposé les déclarations périodiques de TVA pour l'année en cours ! Mauvaise gestion ? Laxisme ? Problème financier ? L’avenir nous l’apprendra. Les institutions fonctionnent mal, les fonctionnaires sont mal formés et peu productifs. Comment expliquer autrement un tel constat alors que trois trimestres se soient écoulés ?

Des médecins qui fraudent mieux qu'ils ne soignent

Une honte, alors que certains survivent avec une pension misérable de 327 euro ! La brigade de la criminalité financière a commencé à démêler l'écheveau de la fraude fiscale et de la corruption dans le monde de la Santé Publique Les comptes bancaires en Grèce et à l'étranger de certains médecins révèlent des dépôts douteux, situés entre 1 et 10 millions d’euros ! Il s’agit dans la plupart des cas de contribuables qui ont déclaré un revenu net annuel de 10.000 à 20.000 euros.
Les hôpitaux publics, les médecins, les relations entre les entreprises privées et les hôpitaux sont sous haute surveillance. Malgré des situations comptables inachevées il s’avère que la surfacturation de forme triangulaire, la publication de fausses références, et des analyses médicales fictives ont causé un dommage incalculable au gouvernement. La fraude et la corruption dans certains cas impliquent également des fonctionnaires.

Retour en haut

Le sujet de la semaine du 17 novembre 2010

Un vote responsable, un exemple de citoyenneté pour tous

Le deuxième tour des élections régionales a eu lieu dimanche dernier,
14 novembre. Elles ne laissent pas le monde indifférent, car la situation économique désastreuse du pays concerne toute l'Europe.

Le parti socialiste au pouvoir a remporté un scrutin à l’issue incertaine et riche en suspense.

Les Grecs qui se sont rendus aux urnes représentent à peine 54% de la totalité des électeurs, un record d’abstentions, de mécontents, peut-être, qui désapprouvent les mesures d’austérité adoptées, pourtant si nécessaires.

Le vert domine

Le parti socialiste (PASOK) a reporté huit régions sur treize. Athènes, pour la première fois depuis plus de 25 ans a basculé dans le giron du parti socialiste. A Salonique, le résultat final se fit attendre car les deux candidats étaient au coude à coude. Là aussi, le parti socialiste (PASOK) à fini par émerger. Par contre, Le Pirée revêt la couleur bleue de la Nouvelle Démocratie.


A l'extérieur, Angela proteste

Angela Merkel a reproché à son prédécesseur, le chancelier social-démocrate Gerhard Schroeder d'avoir agi à la légère en autorisant l'entrée de la Grèce dans la zone euro en 2000, malgré tous les signaux d'alerte perceptibles.

Le Premier ministre grec riposte

Le Premier ministre grec, de son côté, a reproché à l'Allemagne sa position envers les économies faibles, accusant la chancelière d'être responsable des taux d'intérêt élevés que l'Irlande, le Portugal et la Grèce doivent supporter. La faillite d'un de ces pays signifierait l'éclatement de la zone euro.

La politique d'austérité n'est pas désavouée

Le Premier ministre Papandreou n’a pas été désavoué. Ce vote responsable et courageux du peuple grec, malgré le taux d’abstentions record est un exemple de citoyenneté qui confirme le choix du premier tour et qui permettra la poursuite des réformes.

D'autres mesures semblent inévitables

D’autres mesures pénibles sont d’ores et déjà prévues et chacun est prêt à les assumer. Les plus optimistes annoncent trois années d’efforts. Un haut responsable de la Banque Centrale Européenne vient de déclarer que la Grèce devra prendre des mesures supplémentaires d'austérité pour atteindre ses objectifs financiers en 2010 et 2011. Il met en exergue la réduction des salaires et des prix, seule façon selon lui, de sortir du cercle vicieux de l’endettement national.

Des  mesures d'austérité supplémentaires dans le budget de 2011 semblent inévitables. La Troïka est depuis lundi dernier à Athènes, le gouvernement grec placé sous la tutelle de la Commission, négocie avec ses créanciers européens un étalement du remboursement du prêt accordé en mai, se veut rassurant en assurant que tout risque de défaut de paiement est à exclure. La libération de la troisième tranche du prêt à la fin décembre semble acquise, ce qui semble l'être un peu moins, c'est l'avenir de la solidarité et de la monnaie européenne.

L'Autriche hausse le ton

L’Autriche, par l’intermédiaire de son ministre des Finances, se veut sceptique quand à l’octroi de la troisième tranche du prêt. La participation de l'Autriche dans les montants de la troisième tranche est de 190 millions d'euros. Selon ce dernier, la Grèce n’a pas respecté entièrement les exigences programmées. La mission de la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI sont arrivés en Grèce le lundi 14 novembre, ils y seront occupés toute la semaine, il est donc prématuré de faire des déclarations, a répondu le porte-parole d’Oli Rehn.

Retour en haut

Les brèves de la semaine du 17 novembre 2010

Les casseurs des stades

Lorsque je me rendais en temps que supporter encouragé le club local. J’arborais une longue écharpe et un bonnet tricotés aux couleurs de mon équipe préférée. Les temps ont drôlement changé et voici la panoplie trouvée dans un sac à dos d’un fan de l’Olympiakos d’Athènes : 2 cagoules, 2 coups de poing américains, trois fusées, 3 matraques métalliques coulissantes et 2 bâtons de base-ball. Pas de gros pétards, ils étaient déjà envoyés à Sarkozy et à Merkel !

Le temps de la diète

Les banques comme partout ailleurs, resserrent le crédit. Actuellement en Grèce les achats à crédit ont diminué de 30%. Le montant total des dettes bancaires en cours est évalué à un milliard d’euros et 20% des cartes en circulation sont jugées douteuses et bloquées.

Une fin d'année difficile

Le plus grand organisme de sécurité sociale du pays devra emprunter plus de 1 milliard d'euros pour pouvoir payer les pensions et les prestations à la fin de cette année et au début de 2011 en raison d'un énorme déficit de ses finances, causée par la montée du chômage qui atteindra 15% à la fin de l’année et l'incapacité d'un nombre croissant d'entreprises et de particuliers de  payer leurs cotisations sociales.

Le sujet de la semaine du 24 novembre 2010

La crise grecque touche les plus démunis

Le programme social des municipalités « Aide à domicile » qui fourni des soins à domicile à plus de 110.000 personnes âgées dans tout le pays est menacé faute d’un financement qui se terminera à la fin du mois de décembre 2010. Aucune solution n’a encore été trouvée pour son maintien. Les organismes, les municipalités courent pour trouver les ressources qui permettraient sa survie.

L’aide à domicile fonctionne avec 5.000 personnes reparties en structures. Chaque groupe est composé d’un travailleur social, d’une infirmière et de deux aides familiales. Un médecin dispense des soins généraux et des conseils si nécessaire. En 2010, l'association sociale « Aide à domicile" fut financé difficilement par des fonds publics et les municipalités et si elle a pu poursuivre son activité, ce n'est que grâce au dévouement de ses employés.

Le salaire de milliers de ses employés et travailleurs n’a plus été payé depuis des mois et le gouvernement tente d’incorporer le budget nécessaire dans d’autres programmes de financement!

Un séisme social à éviter

La situation catastrophique actuelle, inquiète les travailleurs de l’association, certains arrivent en fin de contrat, d’autres craignent d’être licenciés. Le gouvernement conservateur de la législation précédente est ouvertement accusé pour ses erreurs et sa mauvaise gestion mais la situation actuelle est une tragédie pour les démunis, les isolés, toutes ces personnes du troisième âge actuellement visitées, soutenues, aidées et soignées.
Chacun en est conscient.

Dérision du quotidien

A Héraklion, sur la place de la Liberté, onze pavillons thématiques y seront dressés ce jeudi 25 novembre et ce pour quatre jours. Le but: apprendre davantage sur l'Europe sociale !

Dans ma municipalité

Ce programme social d’Aide à domicile, débuta dans la municipalité d’Armeni en 2003. L'écriteau placé sur la façade du local de l'association fait savoir que l'Aide à domicile fut financée à ses débuts, de 2003 à 2006, par la Commission Européenne à raison de 75% et par la municipalité à raison de 25%. Le but social de ce programme est de venir en aide aux personnes âgées, aux invalides, à toute personne dont l’état nécessite une attention particulière et qui vit seule. La priorité est offerte à ceux dont les revenus sont faibles car l’aide fournie par l’association est entièrement gratuite.

Il a été démontré que ce programme social devrait être élargi, qu’il génère des coûts de fonctionnement mais également énormément d’économies car un malade à domicile coûte beaucoup moins que celui qui est hospitalisé.

Outre l’aide médicale, l’aide domestique est importante : nettoyage, emplettes, préparation des repas, assument les travailleurs sociaux. Quant à la vie sociale, l’association tente de la préserver en facilitant les déplacements de chacun vers un événement culturel, religieux ou autre, lorsqu'il se déroule dans le village.L'association d'Armeni possède une modeste voiture pour les déplacement urgents.

L’ampleur du séisme social causé par la disparition de cette aide serait immense et chacun tente de se persuader qu’une solution finale sera et devra être trouvée.

Retour en haut

Les brèves de la semaine du 25 novembre 2010

Un anniversaire entré dans l'Histoire

Ce 17 novembre, la Grèce commémorait le 37e anniversaire du soulèvement estudiantin de la Polytechnique d’Athènes qui précipita l'effondrement de la dictature militaire et de sept années de répression. Des milliers de personnes ont défilé dans les rues du centre d’Athènes pour ensuite se disloquer l’Ambassade américaine. Des incidents mineurs, causés par des groupes de jeunes anarchistes ont nécessité l’intervention des forces de l’ordre. Rien de comparable toutefois avec les violences passées. Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la capitale y sont sûrement pour quelque chose.

Une gratification importante

Le prix du "meilleur musée du monde" vient d’être octroyé au musée de l’Acropole par l'Union des journalistes. Un représentant du gouvernement grec, lors de la remise du prix à Londres, a remercié les organisateurs et les participants au vote en soulignant que cet événement ouvrait la porte pour le retour des marbres du Parthénon dans leur patrie.

Protégeons nos enfants

Un amendement législatif, concernant la tabagie, a été déposé au Parlement. Il envisage d’assouplir les mesures existantes en permettant la cigarette dans les bars et les cafés après 21 heures. Cette tolérance ne concerne pas les restaurants, vous ne risquez pas d’y être incommodés. Une sévérité accrue punira tout conducteur de voiture et ses passagers qui fumeraient en la présence de mineurs âgés de moins de douze ans. L’amende sera de 1.500 euros par personne prise en défaut.

La première mosquée officielle d'Athènes

L’année prochaine va commencer la construction de la grande mosquée du Botanique à Athènes, où vivent des milliers de musulmans. Le coût initial de 15 millions d’euros sera revu à la baisse, vu la situation économique du pays. L’iman sera choisi en fonction des dispositions en vigueur en Grèce qui concernent la nomination des chefs religieux non orthodoxes.

La chasse est ouverte

L'inefficacité ou l’immobilisme des employés du fisc et du mécanisme de contrôle au cours des trois dernières années semblent avoir permis à des milliers d'entrepreneurs de dissimuler des honoraires aux services fiscaux, qui avoisineraient les 75 millions d’euros. Plus de onze milles cas de fraude fiscale ont été détectés, après le recoupement croisé avec les déclarations de particuliers pour les années 2008 à 2010. Bien sûr, amendes et redressements fiscaux sont prévus.

Le sujet de la semaine du 30 novembre 2010

La vie est faite de départs

Je m’en souviens, le 12 mars de l’an 2000 j’étais au volant de ma vieille Peugeot 106. Dans le coffre, pas grand chose, un ordi, quelque livres, un jeu d'échecs et accroché à l'arrière, mon vélo qui me tient compagnie depuis si longtemps.

Depuis lors, plus de dix années ont passé. Dix années tressées de joies, de petits bonheurs et de grands moments, mais les proches, la famille sont toujours dans nos cœurs. Petits et grands nous espèrent, guettent notre proche venue. Nous serons bientôt auprès d'eux.

J’ai osé dire bientôt ?

Bateaux et ferrys sont cloués au port depuis le mercredi 24 novembre. Depuis lors, la Crète et les îles sont coupées du continent et les producteurs agricoles naviguent en plein désespoir ! Des parts importants du marché pour eux, sont bien sûr perdus et pire, les contrats avec les chaînes des supermarchés grecques et étrangères prévoient des pénalités lorsque les clauses d’approvisionnement ne sont pas respectées. Plus de 6.000 tonnes de produits agricoles destinés à l'exportation vers l'Europe centrale sont pris au piège en Crète

Des centaines de personnes sont bloquées en Crète, parmi elles, des étudiants, des travailleurs, qui tentent de rejoindre Athènes en avion. La demande étant supérieure à l’offre, les billets sont difficiles à obtenir.

Les jours passent et la tension monte.

Il y a un nœud

Dès l’annonce faite, le vendredi 26 novembre, de la poursuite de la grève, les agriculteurs ont bloqué la route menant à l’aéroport d’Héraklion, promettant d’y revenir le lendemain.
Les syndicats de la marine revendiquent la garantie de l’emploi, l’application stricte des 10 mois de travail garantis et la création d'un fonds indépendant d'assurance-chômage. Dans le pays, les rangs des chômeurs s’allongent. Plus d’un million cinq cent mille Grecs seront sans emploi en 2011 !

Nous, comme beaucoup d’autres, croisions les doigts car nous devrions embarquer le mardi 30 novembre au soir avec voiture et bagages. Le ferry « Elyros » partira t-il de Souda mardi soir ?

Notre départ vers Athènes sera-t-il retardé ?

Le dimanche, cela s’annonçait plutôt mal, car les grévistes venaient de permettre aux transporteurs de primeurs d’embarquer et de rejoindre le port du Pirée. C’est ainsi que le dimanche 28 dans l’après-midi, que quatre ferrys venant de la Crète entraient dans le port du Pirée. La poursuite de la grève, jusqu’au mardi, 6 heures du matin fut annoncée, une nouvelle réunion syndicale pour décider de la poursuite éventuelle de la grève eut lieu le lundi 29 octobre dans l’après-midi.

Amis et famille nous attendent

Décembre s'annonce, chez vous, les frimas de l’hiver approchent, les lampions, les guirlandes du grand sapin également. Chez vous, la neige fut déjà présente et chacun se met à rêver d’un Noël blanc. Ici, chez moi en Crète, c'est l'été indien mais les amis d’ailleurs nous sont précieux, cela justifie et explique notre proche départ de la Crète que nous retrouverons bientôt.

Pour cette raison, le « sujet de la semaine » risque de ne pas être publié la semaine prochaine et je m’en excuse déjà auprès de mes fidèles visiteurs.

La patience est de mise !

De plus, le couperet est tombé, une nouvelle poursuite de 48 heures de la grève, jusqu’au jeudi 2 décembre au matin vient d'être votée. Ainsi en a décidé l’Union Panhellénique des Marins par 11 voix contre 4. Le gouvernement parle de réquisitionner, nous on attend que le feu veuille bien passer au vert !

Poussé par la troïka, le gouvernement socialiste de Georges Papandreou a l'obligation de s’attaquer aux réformes structurelles, aux gaspillages, aux dépenses militaires, aux déficits des entreprises publiques en diminuant le nombre de fonctionnaires et en accélérant les privatisations.

Les syndicats protestent, ils ont annoncé une nouvelle grève générale de 24 heures pour le 15 décembre prochain. Six ont déjà paralysé le pays ! Aujourd'hui, 30 novembre, la fédération nationale des journalistes et des médias décroche à son tour pour 24 heures ! Le pouvoir des syndicats grecs est démesuré et les Grecs allergiques à toute réforme, refusent, souvent sans même les connaître, obstinément tout changement, sciant la branche sur laquelle ils sont assis. Les pertes subies par les agriculteurs crétois sont très importantes et dans de nombreuses îles, médicaments et vivres manquent. !

La réquisition politique est décrétée !

Ce lundi après-midi, veille de notre départ, le gouvernement a décrété la réquisition politique. Cette mobilisation civile correspond à l'interdiction de poursuivre la grève. Le gouvernement avait recouru en juillet dernier à la réquisition politique lors de la grève des transporteurs routiers. Nous partirons ce soir mais le départ prévu à 21 heures sera fortement retardé.

Retour en haut

Les brèves de la semaine du 30 novembre 2010

Les destinations de vacances primées en 2010

Helexpo a primé pour 2010 les destinations suivantes : Samos, la Crète, Lefkada et Santorini.

Vingt mois d'attente

La Grèce vient de nouveau d’être rappelée à l’ordre par la Commission pour accélérer la fermeture de ses décharges illégales. Un grand effort a été fait mais présentement plus de 300 de ces décharges et de ces sites d’enfouissement seraient encore en fonctionnement. La Grèce condamnée en 2005 pour enfreindre la législation relative aux déchets avait plus de trois années, jusqu’à fin décembre 2008, pour fermer et restaurer ses sites. Le premier avertissement, avant sanction, date d’avril 2009 et aujourd’hui, une procédure d'infraction est entamée.

Le scandale de Vatopedi

Trois anciens ministres conservateurs, impliqués dans le scandale du monastère de Vatopedi, après une enquête parlementaire risquent d’être traduits en justice. Ils vont été inculpés par le Conseil de la magistrature après les résultats du scrutin secret qui a eu lieu le 17 novembre dernier au Parlement. Le scandale consiste en un échange de biens entre l’État grec et le monastère de Vatopedi. Cette opération aurait lésé l’État grec de millions d’euros. Les anciens ministres, qui ont servi sous le gouvernement précédent de la Nouvelle Démocratie, ont nié toute malversation et ont accusé le PASOK de lancer l'enquête à des fins politiques.

Un trésor y serait caché

Des géophysiciens américains, norvégiens et français affirment qu’en mer, au sud de la Crète, existe un véritable trésor. Au large du Golfe de Messara, au sud de l’île de Gavdos, somnolent 19 milliards de barils de pétrole. 10% des recettes brutes versées à la Grèce par des compagnies étrangères qui exploiteraient ces gisements représentent le pactole de 140 milliards de dollars et des milliers d’emplois.

Retour vers la page d'Accueil

Flèche de retour