bannecrete.jpg

Le sujet de la semaine du 6 octobre 2010

Une grève de trois semaines vient de s’achever.

Le 22 septembre à la Chambre passait un projet de loi qui libéralisait le secteur du transport, les camionneurs en grève depuis une dizaine de jours, avaient durci leur action en bloquant tôt le matin, la route nationale d'Athènes à deux endroits.

Le projet de loi, malgré la pression, fut adopté par 83 oui et 16 contre. Les camionneurs attendaient devant le parlement, les forces de l'ordre en interdisaient l'accès. La nervosité était palpable, certains tentèrent de rompre les barrages.

Chaos et confrontations

Sur la route nationale reliant Patras à Salonique des barrages érigés aux premières heures de la matinée, provoquent un chaos monstre. L’après-midi le vote d'un article du projet de loi prévoyant la libéralisation de licences d'exploitation des transporteurs routiers fut beaucoup plus serré, il passa de justesse avec 53 voix pour et 46 contre.

Les actions de protestations contre les réformes se poursuivirent jusqu’à la fin septembre, les camionneurs jouant au chat et à la souris avec les forces de l'ordre, roulant à allure réduite, érigeant ça et là des barrages.

La réforme est-elle comprise ?

La réforme, en libéralisant l'octroi des nouvelles licences d’exploitation va réduire considérablement les coûts du fret. Les autres pays européens ont libéralisé le secteur du transport routier depuis des décennies mais comment ne pas comprendre le courroux de celui qui a déboursé parfois des dizaines de milliers d'euros pour obtenir ses licences qui demain seront accessibles à tous ?

Le ministre des Transports Dimitri Reppas, a tenté de convaincre les grévistes, promettant que la valeur déboursée pour l’octroi de chaque licence pourra être récupérée, en la déduisant intégralement du chiffre d’affaire brut sur une période allant de 3 à 7 ans. Mais la grève se poursuivra, des affrontements auront lieu au port du Pirée où des transporteurs se désolidarisant du mouvement, tenteront de charger des conteneurs.

Un pays paralysé

Au fil des jours, des milliers de ces conteneurs s’empilaient sur les quais des ports du Pirée et de Salonique. Au seuil de la troisième semaine de grève, les magasins étaient quasiment vides, particulièrement dans les îles. Certains chauffeurs se dirent disposés à reprendre le travail durant une semaine, le temps de permettre le réapprovisionnement du marché. La ligne syndicale dure s’y opposa, les tensions entre grévistes s’accrurent.

Les premières violences

Un convoi de 25 camions, aux portes d’Athènes, escorté par la police, essuya des tirs. Deux camions reçurent des impacts de balles mais personne heureusement ne fut atteint. Un camion bulgare fut forcé de s'arrêter, son chauffeur molesté.

Les dommages provoqués par les exportations avortés sont estimées à quelque 48 millions d'euros par jour ! Le séisme économique est important et sur le terrain, on risque le pire, le gouvernement se doit de réagir rapidement.

Le gouvernement réagit

Le 31 septembre, un projet de loi fut présenté au Parlement, il prévoit la suspension ou la révocation définitive du permis d'exploitation des propriétaires de camions qui refuseront de respecter l’ordre de mobilisation civile comme celle qui fut émise contre eux durant l'été lorsqu’ils lancèrent une grève similaire. De lourdes peines de prison sont également prévues.

Le lendemain la grande majorité des chauffeurs étaient au volant, d’autres obstinément, gardaient pour quelques heures encore, leur véhicule au bord des routes mais la grève se terminait.

Une page se tourne

Les grèves sont fréquentes. Les syndicats sont fortement politisés et parviennent facilement à mobiliser leurs membres car par le passé, les gouvernements qui se sont succédé avaient la fâcheuse habitude de céder aux exigences les plus irréalistes pour retrouver une paix sociale. Actuellement, le pays sous haute surveillance n’a pas beaucoup de marges de manœuvre, il a surtout l’obligation de respecter les exigences et les directives de la Commission européenne.

La Grèce ne peut plus se permettre par facilité, de céder à la fronde de groupes minoritaires et extrémistes, qui refusent tout dialogue et tout compromis. Cette permissivité existait hier, elle était quasi permanente La fermeté, les réformes et les sacrifices imposés au peuple, sont les seuls remèdes plausibles, capables de guérir le malade.

La majorité des Grecs, à l’heure d’une Belgique moribonde, semble avec fatalisme, le comprendre. Les fonctionnaires de l’État, les enfants choyés du système, non. Ils seront en grève le 7 octobre prochain. Leur privilèges exorbitants, acquis par le passé, se sont fortement amenuisés. Quoi de plus normal ?

Existe-t-il en Europe un autre pays où les fonctionnaires touchent un treizième mois à Pâques, un quatorzième à la Noël ? Un autre pays où certains fonctionnaires avaient la possibilité de prendre leur retraite à 53 ans ? Dorénavant ce sera soixante-cinq pour les hommes, soixante pour les femmes à partir de 2017 ! Pour les agents, recrutés avant le 31 décembre 1982, il est fixé à 55 ans pour les hommes et à 53 ans pour les femmes.

Les militaires  bénéficient du même régime de faveur. Trente-cinq années de service suffisent aujourd'hui pour profiter d'une retraite imméritée à 55 ans ! Elle passera elle aussi à 65 ans et nécessitera 40 années de travail.

Retour en haut


Les brèves de la semaine du 6 octobre 2010

Un essaim de touristes en fin de saison

Alors que la saison estivale bientôt se terminera, pas moins de six navires de croisière transportant sept milles touristes ont accosté au port d’Héraklion le 29 septembre dernier !

Tu as vu l'oiseau ?

Ce dimanche 3 octobre, la Société grecque d'ornithologie organisait au lac d’Agia une journée d’observation des oiseaux migrateurs en partance vers le continent africain. le matériel indispensable : jumelles et téléscopes étaient partagés et prêtés aux visiteurs, en les informant grâce à la présence d'experts ornithologues bénévoles. La Fête des oiseaux est un événement annuel qui a lieu dans quelque 30 pays européens et qui est coordonné par la Fédération mondiale de Bird Life International.

Un arbre futuriste

L’arbre solaire à Héraklion L’arbre solaire, un arbre futuriste qui fonctionne avec des panneaux solaires a été présenté à Héraklion. Des fruits à puce s’illuminent la nuit, grâce à l'énergie solaire, accumulée la journée par les panneaux photovoltaïques. Sa hauteur maximale est de 5 mètres 50.

L'île de Robinson

Durant l’été qui s’achève, l’île de Gavdos, toute proche , située à quarante kilomètres de la côte crétoise et de Chora Sfakion, (Sfakia) fut presque coupée de toute connexion avec la Crète durant près de trois semaines, suite aux directives européennes interdisant, pour des raisons de sécurité, aux navires "Samaria" et "Daskalogiannis, de transporter plus de 12 personnes à chaque traversée !

Les brèves de la semaine du 13 octobre 2010

Une réforme qui dérange

Des changements drastiques sont annoncés dans les programmes scolaires du réseau secondaire, Selon le plan envisagé par le ministère de l'Éducation, le programme sera mis en œuvre à partir de 2012.  Des responsables de l’Église orthodoxe grecque viennent de déclarer que la crise morale et spirituelle actuelle, incombe en grande partie aux livres et aux programmes scolaires, qui détruisent les fondements de la société hellénique.
L'adoption et le contenu des manuels scolaires sont de la seule responsabilité de l'État, a dit clairement hier, le ministre de l'Éducation, Anna Diamantopoulou, en réponse aux interventions de la hiérarchie de l'église qui sollicitait d’examiner le contenu des livres d’Histoire et de Religion de l’enseignement primaire et secondaire et de remettre ses conclusions au Saint-Synode.

Une autre se profile à l'horizon

Suite aux dispositions de la loi sur la réforme administrative, connue sous le nom "Callicratès, les Grecs vont devoir s’habituer à la nouvelle terminologie qui se rapporte aux nouvelles structures. Le nôme de Chania comprendra sept « unités municipales » (Prasse - Eleftherios Venizelos - Therisos - Keramia- Nea Kydonia - Souda - Chania), ce à partir du premier janvier 2011. Les villages de plus de deux milles habitants seront dénommés « communautés locales ».Les villages de moins de deux milles personnes seront des « collectivités locales ». Encore une histoire à la grecque !

Retour en haut

Les brèves de la semaine du 20 octobre 2010

La récolte sera bonne

La récolte des olives en Crète n’est plus lointaine et elle promet d’être meilleure que celle de l’an dernier. La production espérée de l’huile d’olive est de 30.000 tonnes, soit une hausse de trois tonnes.

Le café au prix de l'eau !

La boisson la plus populaire des Grecs, le café frappé, certains magasins à Chania le proposent, aujourd’hui, à 1 euro !

Athènes ne reconnaît pas le Kosovo

Le Premier ministre Georges Papandréou a déclaré et confirmé, mardi soir dans une interview à la station de radio B59 de Belgrade que la Grèce ne reconnaissait pas l’indépendance autoproclamée du Kosovo. Il s'est également adressé aux participants de la conférence "La Serbie sur la route de l'Europe" qui marquait le 10e anniversaire de la révolte populaire qui a conduit à la chute du régime Milosevic

Les brèves de la semaine 27 octobre 2010

Petits cadeaux ne peuvent satisfaire

Le gouvernement grec, confronté à la crise d’austérité, aura un geste envers les pensionnés en cette fin d’année. Un cadeau éstimé à cent millions d’euros. Prés de 500.000 pensionnés de plus de soixante ans vont profiter de ce cadeau de Noël, qui variera entre 100 et 300 euros selon le montant de la pension perçue et en fonction de la situation familiale. Cette largesse ne semble pas avoir satisfait les pensionnés qui poursuivent les manifestations de protestation.

Enfin une gestion saine !

Les hôpitaux publics grecs sont dans l’incapacité de fournir un bilan précis de leur situation comptable actuel Le dernier bilan paru remonte à ….2005 ! Un décret présidentiel fin 2004, obligeait chaque hôpital à tenir une comptabilité régulière qui classe les entrées et les sorties dans des colonnes distinctes, cela n’a jamais été respecté ! On nous dit que la comptabilité sera tenue de façon correcte et réglementaire à partir du premier janvier 2011, qu’il sera possible de contrôler chaque mouvement. Le personnel responsable aurait reçu une formation comptable suffisante. Il faudra gérer les stocks, la pharmacie, la gestion de l’hôpital, etc. La course contre le temps est lancée pour mettre à jour les bilans de 2006 à 2010 !

Plus vrai que vrai !

L'afflux des produits contrefaits en Europe à partir des ports grecs est très important. Selon un rapport de la Commission européenne, la Grèce en 2009 avec près de 22 millions de produits saisis, occupe la première place parmi les États membres de l'UE à la place suivante on trouve les Pays-Bas, avec près de 18 millions d'articles saisis, l'Italie avec 13 millions. Lorsqu’on sait que 65% de ces articles saisis proviennent de la Chine, on comprend mieux l’intérêt de ce pays envers le port du Pirée et ses projets d’investissements.

Le vert gagne du terrain

Six parcs photovoltaïques supplémentaires vont être installés en Crète, dans les préfectures de La Canée et de Lassithi. Ces nouvelles installations devraient produire au total chaque année au moins 730.000 kWh d'électricité, en évitant ainsi la libération d'au moins 540 tonnes de dioxyde de carbone par an.

Retour vers la page d'Accueil

Flèche de retour