bannecrete.jpg

Le sujet de la semaine du 6 octobre 2015

Les priorités de Tsipras

Le Premier ministre Alexis Tsipras a exposé ses priorités politiques au Parlement lundi soir, quelques heures après que le ministre des Finances Euclid Tsakalotos ait rencontré ses pairs de la zone euro au Luxembourg pour discuter d'une série de mesures préalables que les autorités grecques doivent passer, pour décrocher le financement de sauvetage.

 Pour Tsipras, les principaux objectifs de son gouvernement sont de restaurer la stabilité économique, assurer un retour à la croissance, obtenir l'allégement de la dette et de "refonder" le secteur public, tout en sévissant contre l'évasion fiscale.

"Ce Parlement va sécuriser la sortie du pays de la crise lors du mandat de quatre ans octroyé, a déclaré Tsipras, affirmant que le débat sur Grexit a cessé.

Le nouveau gouvernement a trois priorités, a t-il dit: une réduction de la dette, une recapitalisation des banques, et la création d'un environnement nécessaire pour attirer des investissements étrangers.

«À la fin de la période de quatre ans, nous aurons établi les bases d'une nouvelle Grèce", nous allons rétablir une justice sociale, a t-il déclaré.

 Dans l'immédiat, la Grèce doit mettre en œuvre, une série de mesures, non seulement pour obtenir des prêts, mais pour ouvrir la voie pour des négociations sur un allégement de dette, a t-il dit. Ceux-ci comprennent l'extension de la durée des prêts, Des taux d'intérêt réduits et une période de grâce prolongée pour le remboursement.

Une lourde tâche attend le gouvernement, pas moins de 49 actions préalables, devront être adoptées au Parlement, elles comprennent, l'ouverture des professions fermées, la libéralisation du secteur de l'énergie, l’avancement des privatisations et l'intensification de la répression de l'évasion fiscale. Autres mesures impopulaires, comprennent un taux d'intérêt plus élevé, pour les contribuables, sur le remboursement des dettes fiscales et une taxe sur les loyers que les propriétaires ne parviennent pas à recueillir.

Le plan, qui a été soumis au Parlement juste avant le discours de Tsipras à la Chambre par des fonctionnaires du ministère des Finances, prévoit une récession de 1,3% l'an prochain, après une contraction attendue de 2,3%, cette année. L’excédent primaire, l'année prochaine serait à peine de 0,5% du PIB et la dette atteindra des sommets délirants, … à 198% du PIB en 2016 ! Néanmoins, Tsipras, dans son discours au Parlement, a déclaré qu'il espérait que la Grèce pourra solliciter les marchés dans moins de 24 mois !

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras semble être conscient de la gravité de la situation et de la nécessité d'achever l'examen en cours et la recapitalisation des banques du pays aussi rapidement que possible. Cependant, deux questions majeures demeurent. Le premier concerne la capacité de Tsipras pour arrêter la guerre qui a été menée par plusieurs ministres et législateurs contre les privatisations et autres mesures importantes.

La deuxième question est de savoir si le gouvernement actuel a l'expérience et le savoir-faire pour réellement faire passer un tel plan complexe et exigeant dans un si court laps de temps.

Les brèves de la semaine du 6 octobre 2015

Il va falloir y mettre de l'ordre

Un projet de loi ambitieux fut préparé par le gouvernement précédent au printemps de 2014, cependant, il ne fut jamais adopté par la Chambre. Ce projet de loi autorisait l'acquisition des terres publiques occupées illégalement et qui sont évaluées à plus de 30 000. Elles sont la propriété de l'Etat et furent ignorées et délaissées pendant des décennies ! Leur valeur avoisinerait d’après les estimations dévoilées 1,5 milliards d’euros Ceci concerne des maisons familiales, des immeubles, des bureaux bâtis sur des terres appartenant à l’Etat, parfois sur des terres agricoles ! Puis, il y a les plages ! Pas loin de nous, celle de Platanias dans la municipalité de Réthymnon. 1470 mètres de plage et diverses sortes d'abus, des tavernes, sites de camping, des aires de stationnement, même des aires de jeux municipaux ! Impossible d’ignorer ce problème ! Des villages entiers ont été construits sur une propriété de l'Etat et leurs propriétaires n’ont pas de titres et ne peuvent pas s'engager dans aucune transaction. Le projet de loi stipule que le propriétaire de la propriété avec ou sans titres sera en droit de demander le rachat aux services immobiliers compétentes. La demande devra être introduite dans un délai d'un an à partir de la promulgation de la loi. Si sur ces terres ont été érigé des constructions illégales en aucune façon, elles ne seront légitimées. Un délai spécifique sera notifié à l'intrus, qui devra payer une amende ou démolir les bâtiments concernés. Pour les zones hors-plan, où n’existe pas de cadastre, c’est la valeur objective de la propriété au moment de la soumission, qui fixera le prix, en particulier dans les zones urbaines…… La triste vérité est que l’Etat ne peut inventorier avec précision son patrimoine ! Auparavant, les estimations étaient de 80.000 terres, plus tard, elles furent chiffrées entre 71 000 à 72 000, dans toute la Grèce. Parmi celles-ci, 35% , soit environ 25.000 propriétés sont occupées ou bâties illégalement.

Un embargo se précise en Grèce

Le scandale VW, qui fausse le teneur des émissions des polluants, implique 9.119 voitures de la marque allemande en Grèce.

Des écrans sans image

Dans certaines régions de la Crète, les récepteurs de télévision, durant plusieurs heures ne captaient aucun signal, en cause, un problème technique de Digea, la société distributrice du numérique.

Un aspect pervers de la crise

Parmi les nombreux problèmes provoqués par la crise de la dette grecque, on note un plus grand nombre de chiens errants. Les Associations de protection animale avancent le chiffre d'un million de chiens errants en Grèce, abandonnés par leur propriétaire.

Des nouveaux venus en Crète

Par contre, la région montagneuse de Milopotamos en Crète est pleine de sangliers! On cite le chiffre de 200 sangliers autour Kouloukonas ! Personne ne sait comment ces animaux sont arrivés, mais on croit que quelqu'un a mis en liberté, quelques couples, qui se sont reproduits et qui aujourd’hui, en nombre, causent des dégâts à l’écosystème.

Athènes est submergée

Des centaines de migrants et de réfugiés dorment autour de la place Victoire, dans le centre d'Athènes. Plus de 100.000 réfugiés et migrants sont entrés en Grèce en Août ! Comment gérer et faire face à cette tourmente et ses drames ? La Grèce, sans aide, ne le peut !

Il était grand temps !

Le chien de garde de l'Administration publique du pays, Leandros Rakintzis, et le ministre de la Réforme administrative Christoforos Vernardakis, ont annoncé une réforme législative qui prévoit la suspension des fonctionnaires accusés de délits. L'amendement, devrait être soumis au Parlement à la mi-octobre. Ce nouveau projet de loi précise que les fonctionnaires qui ont été inculpés sur un éventail d'infractions divers, tel que fraude, détournement de fonds, etc, seront obligés de prendre un congé forcé jusqu'à la résolution de leur cas. Dans le cas d’un acquittement, ils seront en mesure de retourner à leurs emplois.

Deux mois après que les dirigeants européens soient restés debout toute la nuit, pour tenter de maintenir la Grèce dans la zone euro, ils sont de retour à Bruxelles. La Grèce se trouve être le premier port d'escale de l'UE pour les personnes fuyant la guerre et les conflits civils en provenance de pays tels que la Syrie. De la côte turque à l'une des îles grecques, qui parsèment la mer Egée, la distance est courte et combien périlleuse ! La Grèce, qui partage également une frontière terrestre avec la Turquie, a vu près de 400.000 migrants arriver par la mer en 2015, ….. 43 500 dans l'ensemble de l'année 2014 ! La Grèce confirme son incapacité à gérer la venue de ces dizaines de milliers de réfugiés. Les Autorités grecques sont inondées par les quelque 3.000 arrivées par jour, dont la plupart sont autorisés à se diriger vers le nord à travers les Balkans, vers Allemagne et la Scandinavie. La Grèce est critiquée, mais si vous voulez Schengen alors vous avez à faire un Frontex efficace et aussi accepter un coût partagé pour l'ensemble de l'espace Schengen, avec suffisamment de ressources pour aider l’Italie et la Grèce à sécuriser leurs frontières quand nécessaire. Cela ne semble pas être le cas. Mais il se dit qu'une opération importante est préparée par Frontex, pas moins de 600 gardes-frontières, vont être envoyés en Grèce.

Dès samedi matin jusqu'à l'aube, plus de 8.500 réfugiés sont arrivés samedi sur l’île de Lesbos. La situation y est chaotique. Des fonctionnaires autrichiens devront inspecter les centres d'accueil, d’inscription et d'accueil et verront et les endroits où sont installé les centres d'identification et d'enregistrement, dits «hot-spots». Ces centres font partie d'une série de mesures opérationnelles de la Commission européenne. Dans le cadre de la visite sera discuté les besoins de la Grèce en argent et en personnel pour le fonctionnement des cinq centres «hot spots» (Lesbos, Chios, Samos, Leros, Kos). Dans des déclarations à la fin de semaine, Werner Faymann a souligné que l'Europe ne peut pas se permettre de laisser la Grèce seule, traiter ce flux de réfugiés. «Ceux qui ont le droit d'asile, devrait acquérir et être répartis équitablement dans l'UE, tandis que les personnes qui ne disposent pas de ce droit, devraient être renvoyés", a déclaré le chancelier autrichien.

Retour à la page d'Accueil

Flèche de retour en haut de la page