bannecrete.jpg

Un accord historique

La Grèce, l'Italie et l’Albanie ont signé un accord historique, qui permettra de fournir du gaz naturel à l’Union européenne, via l’Azerbaïdjan. Le projet du gazoduc devrait attirer 1,5 milliards d'euros d'investissements en Grèce et mener à la création de centaines d'emplois. L'accord a été signé mercredi. Sont parties prenantes du projet la société norvégienne “Statoil ASA”, l’Allemande “EON Ruhrgas AG” et une Suisse, la “EGLAG. Jusqu'à 20 milliards de mètres cubes de gaz seront transportés annuellement, à partir de la frontière turque vers le sud de l'Italie, traversant la Grèce, l'Albanie et la mer Adriatique.

La politique s'en mêle

L’autre problème qui surgit est géopolitique. Les Etats-Unis et l’UE exigent que le gouvernement grec n’ouvre pas davantage le marché gazier européen au pays de Poutine. Le but évident, est de diversifier les sources d’approvisionnement, afin de ne pas être dépendant de la puissante Russie.

La Russie fournit actuellement, environ 25% de la demande du gaz de l'Europe, elle finance de nouvelles filières d'importation depuis la mer Caspienne via l'Azerbaïdjan et la Turquie, elle fournit la grande majorité du gaz que consomme la Grèce, en vertu d'un contrat qui expire en 2016. La société russe Gazprom couvre 90% des besoins de la Grèce, et cette société participe à l’appel d’offres qui concerne les sociétés gazières grecques. Parmi les candidats, on trouve une autre compagnie russe: Sintez et trois autres soumissionnaires, dont ...... une entreprise publique de l'Azerbaïdjan.

De nouvelles sources

Les tensions sont vives, car à l’Est de la Méditerranée, aux portes de l’Europe, des nouvelles sources d’alimentation voient le jour ou sont à l’étude, les recherches s’amplifient. Des gisements importants ont été trouvés dans les eaux israéliennes, chypriotes, libanaises. En zone maritime grecque, au Sud-ouest de la Crète et au large du Péloponnèse également.

La Russie défend ses intérêts

La Russie approche la Croatie et la Serbie, tente d'y renforcer les relations, un groupe de travail s'est constitué pour présenter le projet de construction du gazoduc South Stream qui va passer en Croatie, transporter 2,7 milliards de mètres cubes de gaz naturel chaque année. L'accord est entré en vigueur, il a été signé par Gazprom et l'opérateur du réseau de transport de gaz en Croatie, Plinacro.
Pas facile de privatiser lorsque la politique s'en mêle!

Retour à la page d'Accueil

Flèche de retour en haut de la page