bannecrete.jpg

Un voisin dérangeant

Les prétentions territoriales de la Turquie font l’objet de discussions dites diplomatiques, mais la tension entre les deux pays, bien que personne ne le dise existe et la crainte d’une Turquie belliqueuse et revendicative existe en Grèce depuis que des énergies fossiles situées en zone maritime au sud-ouest de la Crète attirent bien des convoitises, d’où les discussions actuelles en ce qui concerne la délimitation de la zone économique exclusive (ZEE), entre les deux pays.

Situation géographique complexe, lorsqu’on examine les îles, îlots et même rochers faisant partie du Dodécanèse, un ensemble d’îles cédées par l’Italie à la Grèce après la 2e guerre mondiale au traité de Paris, en 1947. Une petite île grecque, complètement décentrée et isolée des autres, est située à peine à 3 km des côtes de l’Anatolie! Son nom: Kastelorizo.

Que se cache t-il derrière ses contestations?

L’ île de Farmakonisi, petite île de 4 km2 est située à 15 km au large des côtes de la Turquie, elle compte moins de cent habitants, tous grecs. Cette dernière et les ilots de Ro, la Turquie conteste ouvertement leur appartenance grecque, tout en affirmant que ni le traité de Lausanne signé en 1923, ni le traité de Paris en 1947, ne mentionnent ces deux îles, situées en territoire turc, et ce depuis l'époque de Soliman le Magnifique!

Pourquoi ces contestations resurgissent-elles ? Tout simplement parce que, reconnaître Ro, Farmakonis et Kastallorizo comme grecques, réduirait de moitié la zone économique exclusive entre la Crète et Chypre, là où on est susceptible de trouver des gisements de pétrole et de gaz !

Kastelorizo, petite île grecque isolée, à 72 miles à l'est de Rhodes et à seulement 2 kilomètres des côtes turques, n’est nullement une menace pour son puissant voisin, malgré la présence d’une maigre garnison de l’armée grecque. Sur l'île il n'y a ni voitures, ni motos, elles sont interdites Néanmoins sa proximité dérange son puissant voisin.

Pour la partie turque, cette île fait partie de la Méditerranée, non pas de la mer Egée. La loi dite du casus belli, se réfère au Droit maritime international, elle stipule qu’un pays peut étendre son espace maritime de 12 miles nautiques, jusqu’à la ligne médiane lorsque les deux côtes sont proches. La Turquie n’hésite pas à menacer la Grèce, disant que toute extension de ses eaux territoriales constituerait un motif de guerre! Bien qu’Ahmet Davutoglu s’empresse d’ajouter: Notre pays veut trouver une solution permanente fondée sur le principe de l'équité et en tenant compte des droits et des intérêts de nos pays respectifs".

Leurs intérêts communs sont ces gisements d’énergie fossile tant convoités.

Les incidents sont fréquents

Les tensions et les incidents se multiplient depuis que des énergies fossiles ont été décelées au sud-ouest de la Crète et à Chypre. L'optimisme doit néanmoins prévaloir.

Les deux pas auraient accepté de mettre en place une ligne téléphonique d'urgence. Espérons qu’ils s’en serviront à bon escient!


Retour à "Politique extérieure"


Retour à la page d'Accueil