bannecrete.jpg

Entre l’Orient et l’Occident.

Les colonies de l'Asie Mineure et de l'Anatolie

Un Crétois a l'aspect rude et tellement serviableLe Crétois, affable et toujours serviable, ne peut se départir d’un zeste d’insolence, de morgue, qui préservent, croit-il, sa dignité. Le fez et la fustanelle ont disparus du paysage crétois, non pas les moustaches fières et insoumises et les barbes broussailleuses qui sont des attributs de l’héritage ottoman.
Fresque représentant Alexandre le Grand Dès 1863, Corfou, Kephalonia et d’autres régions furent rattachées à la Grèce. La Crète ne le fut qu'en 1913. Les grandes puissances et nations dites amies, ont toujours essayé de diriger la politique extérieure de la Grèce, ils la désirent pro-européenne. Mais l’Histoire de la Grèce, son passé, défient tous leurs desseins. Alexandre le Grand est allé vers l’Orient, non vers l’Occident.

L'hellénisme, valeur indestructible

Les popes de l'Eglise orthodoxe ont transmis l'hellénisme des siècles durant Des siècles durant, des colonies grecques vont prospérer sur la côte de l’Asie Mineure, à l’intérieur de l’Anatolie. Ils s’y sont enracinés, ils les ont abandonné la mort dans l’âme. Mais ces Grecs conservaient et respectaient les fondements de l’hellénisme, que même des siècles d’occupation étrangère ne purent faire oublier. Les papas- (popes) en furent les transmetteurs et même aujourd’hui, le cœur d’un grec, même ailleurs, ne s’expatrie jamais.

Les Grecs, hier esclaves, sont aujourd’hui des hommes libres, ils habitent un pays qui a grandi pas à pas pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Une Grèce moderne est née mais fondamentalement, elle a si peu changé.

La religion en Grèce

Croix et komboloi se côtoient Au temps des Ottomans, les églises furent détruites ou transformées en mosquées. De nombreuses fresques ont disparu, détruits par les Musulmans ou par les iconoclastes, recouverts de plâtre ou blanchis à la chaux par des villageois ignorants. Durant des siècles, l'image fut interdite, pourtant, ni l’occupation ottomane, ni Léon III n’auront pu empêcher sa résurgence. Les églises ont remplacé l'ancien temple de Delphes et son Oracle, le Dieu du paradis, tous ceux de l’Olympe.
Chez moi en Crète, le komboloi côtoie la Croix et la cigarette et la religion demeure encore aujourd'hui un mélange de croyances, de superstitions anciennes et de traditions lointaines. La fête de la Résurrection, est fêtée à rasades de raki et de vin. L’agneau pascal est embroché comme aux temps anciens de l’Aïd el-Kebir, de l’occupation turc, lorsque seuls l’eau pure et le thé étaient permis.

La vendetta en Crète

Un code de brutes qui remonte jusqu'à l’époque ottomane survit, ici en Crète. Elle a décimé des familles entières. Il s’agit de la vendetta, qui, décrète qu’un crime ne peut être lavé que dans le sang

Le respect de la nature

Des détritus sur le bord d'un chemin La nature crétoise est belle mais le Grec ne la respecte guère. Elle lui appartient, comme ce figuier sur le chemin, bientôt débarrassé de ses fruits, cette fleur cueillie ou cet arbre décapité. Une zone boisée devient terrain à bâtir après avoir été incendiée. Un arbre qui dérange est coupé comme au temps du Moyen-âge, lorsque Vénitiens, Génois et Ottomans déboisaient sans vergogne le pays.

Le passé et les mauvais Chrétiens

L’époque des Croisades, le sac de Constantinople, demeurent gravés dans les mémoires et dans les livres scolaires. Les abus des Chrétiens de l’Occident ne sont pas oubliés. La Grèce a subi la dictature des Colonels, elle accepte bon gré, mal gré la présence de bases américaines sur son territoire, elle est dans l’Europe et l’Europe l’aide à redresser aujourd'hui son économie. Et pourtant ! L’esprit grec est écartelé entre L’Orient et l’Occident. Le quotidien en atteste.

L'héritage orientale dans la cuisine grecque

En Grèce, on boit le café bouilli, on y danse le tsifteteli, danse d’origine orientale que les grecs de Smyrne ont ramené dans leurs valises lors de leur expulsion d’Asie Mineure. Les pâtisseries grecques proposent des kadaïfs et des baklavas, les enfants raffolent du halva et les adultes des loukoums. A la taverne, le döner kebab turc est devenu le gyros grec. Les dolmades, feuilles de vigne farcies de riz et de viande hachée, s’appellent dolmas en Turquie. En Crète, elles sont dépourvues de viande. La fava, purée de pois chiches, est servie en Turquie sous le nom de hoummos. Le boureki (Couches de pommes de terre, courgettes et myzithra) est également l’héritière de la cuisine ottomane, seule différence, comme les dolmades, elle est servie végétarienne en Crète.

La dernière en date !

Le théâtre de l'ombre et son héros Karagôz Tout le monde est d’accord pour dire que le théâtre d’ombres et son petit héros Karagôz sont d’origine turque. Le personnage serait arrivé en Grèce, via des nationaux venus de Constantinople vers 1845, ils l’ont appelé Karaghiosis. Le personnage s’est hellénisé peu à peu et aujourd’hui, il est connu et apprécié par petits et grands dans toute la Grèce.

La Turquie avait introduit un dossier à l’Organisation des Nations Unis pour que le théâtre de l’ombre et son personnage Karagôz soient reconnus comme étant des patrimoines culturels nationaux. La Grèce a réagi en signalant qu’une pratique similaire existait chez elle.
Orientale oui, mais orthodoxe !

Hellénisme et Orthodoxie

La Grèce protège fermement son identité et l’hellénisme. L’Eglise orthodoxe exerce son influence dans le domaine politique, éducatif et sociale. Une petite concession fut faite en 2007 pour apaiser le courroux de la Commission européenne. Mosquées, églises catholiques, synagogues sont tolérées et rares. La première mosquée officielle, s’est ouverte dans la banlieue d’Athènes durant l’été 2007 et plus une seule depuis lors. L’Orthodoxie est religion d’État, elle est hautement protégée.

En politique extérieure, les dissensions existantes entre Athènes et Skopje bloquent le dossier depuis des années. La solidarité entre la Serbie et la Grèce, deux frères orthodoxes fut appliquée rapidement, lorsqu’il s’agissait de méconnaître l’indépendance autoproclamée du Kosovo.
Orientale, oui ! Mais Orthodoxe !


Retour à "Le quotidien grec"


Retour à la page d'Accueil