bannecrete.jpg

Athènes au bord de l'implosion

L'immigration incontrôlée

On estime que la Grèce compte près d'un million d'immigrés clandestins, dont 150.000 ont traversé la frontière grecque en 2009, 135.000 en 2010 et 130.000 en 2011, à peine 9.310 demandes d'asile furent introduites !

Toujours en 2011, la Grèce a examiné un total de 8,670 demandes d'asile, dont 180 seulement ont été approuvées.

En ce qui concerne les demandes d'asile, par rapport à la population de chaque pays (par million d'habitants), c’est Malte qui détient le record avec 4500 demandes ! Le Luxembourg arrive en seconde position avec 4200 demandes, la Grèce considérée comme pays de transit, seulement 820 ! Ce qui explique le nombre croissant d’illégaux que compte le pays.

Au début de Juin, la Grèce sera évaluées par l'UE, elle saura si elle pourra rester dans les pays participants au traité de Schengen. C'est en Grèce que l'on trouve le plus grand nombre d'immigrants clandestins, par conséquent, le plan du gouvernement, cette fois ne peut échouer. Le gouvernement le sait et il a décidé de prendre le problème à sa racine, en réduisant directement le nombre d'illégaux sur son territoire. 700.OOO immigrants vivent dans le centre d'Athènes au bord de l'implosion. Les problèmes en terme de santé publique et de sécurité y sont énormes.

Le centre d'Athènes bouillonne

Le trafic de drogues est florissant, la vente des contrefaçons explose, on dénombre des centaines de bordels et de maisons closes fonctionnant sans licence. Sur les 600 bordels, que le ministère de la Santé est en mesure de contrôler, sept d'entre eux, détenaient une licence. Tout aussi préoccupant, des centaines d'immigrants clandestins travaillent dans la restauration et ne possèdent bien sûr pas la carte de santé.

Le gouvernement semble avoir pris des mesures drastiques dans le centre-ville d’Athènes, une synergie de contrôle de 24 heures y a été installée. Les arrestations pour possession et trafic de drogue se multiplient. Dans les filets de la police est tombé un citoyen Grec qui louait une maison insalubre à des dizaines d'étrangers, qui occupaient les lieux moyennant un paiement journalier de 5 euros.

Le gouvernement a donné l'ordre de sceller à l'avenir toute maison dans laquelle vivraient massivement des immigrants illégaux et de traduire le propriétaire en justice. Des dizaines d'immigrants qui squattaient dans deux bâtiments du quartier d'Exarchia ont été expulsés, le lendemain il reprenaient possession des lieux. 30 centres de détention verront bientôt le jour dans le Péloponnèse, un centre de détention est prévu en Crète, plus exactement à Armeni (Réthymnon).Ce n'est certes pas la meilleure façon de traiter le problème !


Retour à "Le quotidien grec"


Retour à la page d'Accueil

Flèche de retour en haut de la page