bannecrete.jpg

Le temps du raki nouveau

L'alambic de Manoli Décembre approche et l’on doit se rendre compte, malgré les douces températures, que l’été est terminé, que l'automne va s'achever.
Dans les villages des régions montagneuses de la Grèce, le soir, les foyers s’allument, les châtaignes grillent au coin du feu. Le raisin est pressé, les fûts sont remplis et le temps du tsikoudia ou raki nouveau est arrivé.


Chacun l'attend patiemment.

Le raki, c’est une histoire, un imbroglio de plusieurs siècles. Dans l'ouest de la Grèce, le raki est dépourvu d'anis, il en est de même en Crète. En Crète, il se dénomme tsikoudia, plus rarement raki. A l’est de la Grèce, en Macédoine centrale, en Chalcidique, on l’appelle tsipouro et il est anisé, son goût est proche du raki servi en Turquie, qui lui ne ressemble donc pas du tout au raki servi en Crète. J’ai dit raki ? Excusez-moi, j’aurais du dire tsikoudia ! Quel imbroglio !

Tsipouro, raki ou tsikoudia ?


Les déchets sont régulièrement changés La Théssalie est considérée comme la région du tsipouro, la boisson de cette région bénéficie du label « Appellation d’Origine Contrôlée ».

Dans toute cette région du continent grec, le tsipouro est servi avec ou sans anis, au choix du client. Dans les deux cas, vous commanderez un tsipouro et jamais un raki !


Que se passe t-il en Crète ?

Vers la fin du mois d'octobre, s’allument les alambics (kazanis) chaque village possède son four, ses responsables, qui sont les détenteurs de l'alambic et de la licence et qui leur donne le droit de distiller le précieux alcool. Les raisins furent pressés, il y a trois à quatre semaine. Les résidus, peaux de raisins et tiges, ont séjourné dans des fûts exposés au soleil. Ils sont destinés à l’alambic.

Le savoir-faire de Manoli

La teneur en alcool est régulièrement mesurée Celui de Manoli est une œuvre d’art, un produit artisanal en pure cuivre frappé, vieux de ses cent cinquante ans. Manoli sait comment procéder, comment distiller, comment doser. L’eau-de-vie de la première distillation est très fort, mais la teneur en alcool devra avoisiner en finalité les 18 degrés. Le bois est coupé, les bûches sont préparées, le four est allumé. Les résidus sont régulièrement remplacés, le teneur en alcool contrôlé.

Le tsikoudia nouveau est arrivé !

Le tsikoudia nouveau, cela s'arrose La production du tsikoudia nouveau, donne l'occasion de faire la fête. On se réunit autour de la table, près de l'alambic. Le tsikoudia accompagne la viande rôtie, le vin sera aujourd'hui délaissé car le tsikoudia est à l'honneur. L'alambic sera soigneusement nettoyé, la production du jour emportée.


Sous les platanes

Dès novembre, lors des réunions sous le grand platane du village les petits verres de tsikoudia, accompagnés d’un grand verre d’eau, remplacent vin et bière. Chacun offre sa tournée et si vous faites partie du groupe, mieux vaut ne pas refuser le breuvage versé car cela serait considéré comme un fameux affront ! Néanmoins, prenez soin de bien gérer votre consommation ! Dès que vous le jugerez utile, laissez votre verre quasiment plein, la tournée prochaine le remplira mais ce faisant, vous serez sage, car il est fort le traître !


Retour à "Le quotidien grec"


Retour à la page d'Accueil