bannecrete.jpg

Fanatisme, intolérance et démocratie

Les mines orthodoxes sont réunis en Synode Le fanatisme religieux, l'intolérance, les manifestations violentes de certaines communautés musulmanes en réponse à un film, à un court-métrage, à une caricature, jugés blasphématoires , chacun les réprouve, tout en affirmant que la loi sur le blasphème devrait être abrogé et chacun dénonce l'obscurantisme et l'intolérance, des temps modernes, alors que la satire vit le jour dans l'Athènes antique.

Ce fanatisme religieux présent sur nos écrans de télévision, émanant de certains pays musulmans est inquiétant! Lorsqu’il se manifeste chez nous, lorsque nos institutions se font complices, cela devient inacceptable! Certes, nos villes sont calmes, nous n’y voyons pas des milliers de personnes, exprimant leur colère envers un quelconque blasphème.

Chez nous, le phénomène est plus discret.

Un monastère du mont Athos Un Grec a créé une page sur Facebook, l’intitulant: Le vieux pasticcio (Γέροντα Παστίτσιου), faisant allusion aux moines du Mont Athos, au moine Paisos, au scandale du Vatopedi, etc. Rien de bien méchant, des articles satiriques, humoristiques. Il a été arrêté, accusé de blasphème religieux!

Notre victime s’est confondue en d’interminables excuses, Assurant ne pas vouloir nuire ou offenser l’Eglise orthodoxe, promettant de désactiver sa page. le métropolitain de Salonique s’est porté à son secours, étant en complet désaccord avec son arrestation.

Au lieu de gaspiller temps et argent pour une page satirique, il vaudrait mieux les consacrer aux vrais délits et aux nombreux abus présents sur Internet, comme la pornographie juvénile, les transactions illégales, la fraude.

Mais ce n’est pas tout!

La cour d'appel de Salonique a confirmé, le 6 avril 2011, l'ordre d'expulsion des membres de la communauté monastique d'Esphigménou, au Mont Athos (Grèce du Nord), qui depuis de longues années refusent de reconnaître l'autorité du patriarche œcuménique Bartholomée, l'évêque canonique du Mont Athos, et aujourd’hui la police est prête à intervenir dans Esphigménoun, d'expulser les moines du monastère, elle attend l’ordre du Procureur!

Les intégristes de l'Orthodoxie

Ces moines, dits zélotes, du monastère d’Esphigménou, sont comparés à nos intégristes de l’Eglise Catholique Romaine, selon le patriarche Bartholomée, ils se sont placés en situation de schisme, perdent le droit d’occuper le monastère et devraient donc quitter le mont Athos. Ces derniers se défendent, disent respecter les saints canons, le Nouveau Testament, affirmant: Qu'il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes”. Ils s’opposent au calendrier reformé, c’est-à-dire, le julien révisé qui a adapté les dates de ses fêtes religieuses, sauf Pâque, au calendrier grégorien, en usage en Occident depuis le XVIème siècle.

Retranchés depuis plus de dix ans

C’est ainsi que 100 moines contestataires, sont retranchés dans leurs murs depuis une décision d’expulsion prise en 2002! Ils ont déjà résisté à un assaut de la police en 2004 et refusent catégoriquement l’autorité du patriarche Bartholomée Ier.

Les nombreuses querelles du Moyen-Age

Au mont Athos, au Moyen-âge et même aux temps modernes, les querelles entre monastères abondent. Esphigménou avec les monastères bulgares. Le monastère de Zographou avec celui de Karalakella, également avec celui de Kastamonités pour la possession d'un terrain. Lavra s'est disputé pour quelques champs, le petit couvent du Pyrgos de Basile, a revendiqué la possession d'un moulin! D'autres exemples abondent.

La séparation entre l’Eglise et l’Etat devrait devenir réalité.

La Grèce étant un pays démocratique, tout le monde y a le droit de s’exprimer librement, chacun y a le droit de soulever des objections, par contre, l’Etat devrait avoir l’obligation de ne pas s’immiscer dans les querelles religieuses, existent d'autres tâches, beaucoup plus urgentes et préoccupantes!

Retour à "Religion"

Retour à la page d'Accueil