bannecrete.jpg

Le scandale du monastère de Vatopedi

Le saint Synode réunitautour de la table Tous ceux qui s’intéressent à la Grèce, qui l’ont visité, ont déjà entendu parler du mont Athos, république monastique dépendant du patriarche de Constantinople, située dans la péninsule orientale de Χαλκιδική (Chalcidique) presqu'île de la Macédoine, aux trois doigts pointés vers le large.


Une république monastique indépendante

Tout comme le Vatican, un Etat dans l’Etat qui a la liberté de fixer ses propres lois et règles dont celle qui stipule que la gente féminine n’y est admise". Cette règle qui date de 1045, s’applique également aux animaux. Une exception toutefois, la poule dont les œufs sont nécessaires pour obtenir une transparence adéquate des couleurs qui serviront à peindre les saintes icônes.

Auparavant, on n’y accédait que par bateau en partant du port de Daphni, ce qui est encore vrai pour les touristes, mais aujourd’hui une piste d’atterrissage pour hélicoptères y est aménagée, elle accueille les Hauts dignitaires de ce monde.

Le mont Athos, riche de son passé

Le mont Athos, abrite des trésors : icônes, manuscrits, orfèvrerie, habits anciens, tissus de fils d’or et plus de 1600 manuscrits grecs anciens. Parmi eux, une épître de Saint-Paul du IVe siècle, des Bibles du IXe, dont une Bible couverte d’or massif, originaire de la Russie tsariste.

Cette république monastique qui s’étend sur plus ou moins 550km2, compte 20 monastères. Citons : Iviron, Simonopetra, construction de 10 étages, qui semble atteindre le ciel, Dionysiou aux allures de bâtiment militaire, Grigoriou, qui fait songer aux places fortes scrutant la mer, la Russe Pantelimon, la Bulgare à Zographou, les skites roumains de Prodomou et de Lacou et enfin, entre le Pantocratores et l’Eshigmenou, le monastère grec qui défraie la chronique des grands scandales : Vatopedi.

Fondé en 972, il était occupé à l’origine par des moines Arméniens orthodoxes. Il abriterait des reliques religieuses étonnantes : un morceau de la Vraie Croix, la ceinture de Marie, ainsi que le crâne de Saint Jean de Chrysostome.

Exempts de toute taxe

Les moines du mont Athos, sont exempts de toute taxe, voilà plus d’un siècle qu’ils bénéficient d’un statut particulier et malgré la crise économique qui sévit, rien ne semble devoir changer, malgré la réforme fiscale en cours, certes très timide à leur égard.

La réforme se proposait d’imposer les revenus immobiliers de l’Eglise orthodoxe à concurrence de 20%. Les véhémentes protestations semblent avoir fait avorter le projet. Pourtant, cette communauté de moines du mont Athos, est riche, elle sait mieux que quiconque monnayer, promouvoir, vendre, échanger ! Des milliers de bouteilles de vin sont vendus dans le monde et un troc pour le moins troublant a suscité un scandale, relayé par tous les médias du pays en septembre 2008.

Le scandale de Vatopedi

Il concernait un échange de terrain entre le gouvernement et le monastère qui aurait lésé l’Etat grec de près de cent millions d’euros ! Un terrain au bord de mer, échangé pour un terrain, d’une valeur dix fois moindre, situé au bord d’un lac !

Comme d’habitude en Grèce, aucun homme politique ne fut considéré comme coupable. Trois ministres du gouvernement de l'époque furent interrogés avec comme seule conséquence que le gouvernement Karamanlis fut poussé à la démission. En Grèce, les scandales financiers sans coupables abondent car durant des décennies, l'opinion publique grecque a toléré un système politique miné par une fraude généralisée, tant chez les gouvernants, que parmi toutes les couches sociales de la société.

Les dessous de l'enquête

La crise sans précédent de la dette et les mesures d'austérité draconiennes mises en place, celles à venir, ont modifié les comportements et c’est ainsi que l’Higoumène Ephraïm, celui même qui était au centre de l’échange suspicieuse des terres, fut placé en détention provisoire par le ministre de la Justice en décembre dernier. Il est accusé de blanchiment d’argent, de détournement de fonds. L’enquête en cours a découvert des sociétés off-shore et il s’est avéré que derrière eux, on trouve trouve le monastère de Vatopedi !

Après s'être pourvoyé en appel, Ephraïm espérait être libéré après avoir versé une caution de 200.000 euros, mais c’est surtout grâce aux injonctions du procureur, faites à la juge Irène Kalou qui mène l’enquête, que cette libération aurait pu être rendue possible. Ephraïm, arrêté avant la fête de la Nativité est donc à la prison de Korydallos depuis le 27 décembre. Depuis le 10 janvier, il se dit, qu'il participe aux services de la chapelle

Une justice divisée

La Justice grecque est divisée sur la nécessité de sa détention provisoire et les pressions furent nombreuses. L’intervention rapide et brève du Patriarche de Moscou ne passa pas inaperçue et chacun se rappela la visite que Vladimir Poutine en personne fit à la communauté monastique.
Que dire de la visite officielle de l’Higoumène Ephraïm à Moscou, où il fut accueilli avec tous les honneurs ? Il se dit en coulisses, qu’Ephraïm offrit à son retour à l'archevêque Jérôme d'Athènes une somme considérable, que certains chiffrent en ….. centaines de milliers d’euros !

Est-ce la fin des mauvaises habitudes ?

Il reste à espérer et à croire en la Justice de ce pays, en la souhaitant indépendante et insensible aux pressions politiques mais d’aucuns se demandent pourquoi Ephraïm est la seule personne actuellement inquiétée, la seule personne écrouée et cela, treize années après les faits ! Cette détention peut-elle se justifier ? Est-elle abusive ? Certains le proclament, d'autres la critiquent.

La courageuse juge, Irini Kalou, veut assainir les écuries mais ses supérieurs hiérarchiques semblent vouloir en décider autrement. Explorer en profondeur ce scandale pourrait conduire à de nombreuses découvertes car il est clair qu’Ephraïm n’a pas conduit cette transaction suspecte seul et que de nombreuses personnalités sont impliquées dans cette transaction dont les racines sont profondes et certes enrobées de mystère. La société grecque, victime aujourd’hui de toutes les rigueurs, a le droit d’exiger une attitude correcte de sa Justice, elle a droit à la vérité. Aux dernières nouvelles, le plus haut dignitaire de l'Eglise, l'Archevêque Ieronymos d'Athènes va rendre visite à Ephraïm que le Saint Synode, après deux jours de discussions, a décidé de supporter. Le Synode critique le fait qu'Ephraïm fut détenu à Noël, en ajoutant que les saintes conventions du Mont Athos ont été violés......, j'ajouterai la loi le fut-elle ?

Retour à "Religion"

Retour à la page d'Accueil