bannecrete.jpg

Le site d'Aptera

Les citernes impressionnantes d'Aptera, 
datant de l'époque romaine Sur les hauteurs de Megala Chorafia, aujourd'hui rebaptisée Aptera,
à cinq km de mon village, se trouve le site de l'ancienne Aptera qui fut au VIIème avant notre ère une cité importante.
Située à 200m du niveau de la mer, Aptera domine toute la baie de Souda.

Habité dès le néolithique

le lieu de par sa situation est un endroit stratégique important. Aptera était protégée par des remparts qui rappellent les murailles cyclopéennes de Mycènes et dont les fondations visibles aujourd’hui encore s’étendent sur une longueur de 4km. Les habitants de la plaine y trouvaient refuge lors des nombreux conflits que la région subissait.

1800 ans av. J.C, à la fin de l’époque minoenne, les guerres entre cités voisines sont fréquentes. Kydon et Aptera furent des alliés qui eurent comme adversaires Lapa (Argiropouli ) et Rethymnon.

Le site profitait de l’existence de deux ports: Kalami ( Kalives ) et Minoa ( Marathi) situés chacun sur un versant de la baie de Souda.

Puis ce fut le déclin, 300 années sombres, lors de l’invasion de l’île par les Doriens ou Achéens.

Les troupes Romaines s'y installent

Les troupes Romaines lorsqu’elles débarquèrent en 63av. J.C. y rencontrèrent peu de résistance. Des bains et d'énormes citernes voûtées à trois compartiments pour constituer des réserves d'eau ou pour servir de greniers à grains verront le jour. Aujourd'hui, outre ces imposantes citernes, on découvre sur le site les restes d'un théâtre, des bains et les ruines d'une villa romaine aux colonnes du type dorique.

Les constructions de l'époque ottomane

A front de mer un fort construit par les Turcs est en phase de rénovation. En contrebas de celui-ci se trouve la forteresse d'Itzedin construite en 1872 par le Pacha Abdul Aziz.

Les années 70

A l’époque de la dictature des années 70 l’endroit était une sinistre prison. Aujourd’hui le fort est reconverti en centre administratif de l’armée grecque.
Le site d'Aptera fut fouillé pour la première fois en 1942 par l’occupant Allemand. En 1958 furent mises à jour des constructions et des tombes, ainsi que les fondations et les ruines de ce qui fut le monastère de Saint Jean le Théologien, complètement rebâti et restauré aujourd'hui.
En 1986 et de 1992 à 1995 des travaux de préservation furent entrepris sur le site qui couvre plusieurs dizaines d’hectares et dont une large part est inaccessible au public. Il y a encore bien des choses à découvrir car les fouilles entreprises jusqu'à ce jour ont été sommaires. Les vestiges les plus importants que l'on puisse voir aujourd'hui sont, outre les citernes et ce qui est décrit plus haut, des tombes de la période Géométrique et Romaine, les murs de fortifications, une partie du bouleutérion Romain et le théâtre.

Le lieu possède sa légende

Elle nous parle de la victoire des Muses sur les Sirènes, lors d’un concours de chant. Les Sirènes de tristesse perdirent leur ailes, se jetèrent dans la mer et y périrent par noyade.. D’où les petites taches blanches qui miroitent parmi les vagues, au soleil.

Les travaux de nettoyage, les excavations ont repris depuis 1999. Des travaux intenses, durant l'été 2008, permettent de visiter le site d'un théâtre certainement construit durant la période hellénistique.

Retour à la page "Tourisme"

Retour à la page Accueil