bannecrete.jpg

Pas loin d'Heraklion

Tant de choses à voir !

A 65km de Héraklion, à flanc de la montagne d’Asterousia, descendant vers le sud, à proximité du site de Phaestos, poursuivant vers le village de Sivas, se trouve le monastère d’Odigitria, situé à une altitude de 250 mètres. Une inscription date l’édifice, nous apprend que l'édifice date de 1568.

Les gorges d'Agiofarago

Localisation des lieux décrits Pas loin de celui-ci, se trouve l’entrée des gorges d’Agiofarago. Un trek d’une demi-heure sur un parcours facile, vous conduit vers la mer. La gorge est considérée comme sacrée (Agio) depuis l’an 61, l’année de la venue de l’apôtre Paul et de l’échouage, selon la légende, de son bateau à proximité de là. Les grottes, les cavités sont nombreuses et les bords escarpés de la gorge ont des formes et revêtent des couleurs qui étonnent. C’est dans ces cavités que des ascètes ont vécu depuis le 7ème siècle dans le recueillement, la solitude, endurant une privation extrême. Autrefois, ces grottes étaient habitées par des ermites qui vivaient de fruits et de légumes produits dans la gorge. Chaque année, ils se réunissaient dans l'une des cavernes (que l'on peut visiter aujourd'hui), appelée "goumenospilio" La gorge se termine sur une plage de sable et de petits cailloux.

L’endroit, ses eaux cristallines, semblent être protégés par les rochers qui s'élèvent et les entourent. Au milieu de l'été, l’endroit est bondé et est peut-être à éviter durant les mois de juillet et d’août.

La crique de Vathi

Pas loin, se trouve Vathi et sa plage de galets, enserrée dans une baie qui la protège des vents soufflant dans la région. Vathi n'est pas facile d'accès, un chemin de terre de 9 kilomètres qui débute à côté du monastère vous y conduit. Il est également possible de s’y rendre en bateau à partir d’Aghia Galini, Kokkinos Pyrgos et Matala. Vathi se trouve dans une petite crique très resserée qui vous donne l'impression d'être devant un lac.
L’endroit est loin d’offrir toutes les commodités, seulement quelques bâtiments de résidents. Hébergement, nourriture et boissons se trouvent loin de la plage. Son seul mérite, c’est qu’il est adapté pour ceux qui cherchent un endroit calme, isolé, où on peut se baigner, profiter de l'eau limpide et du soleil brillant sans la grande foule autour de soi.

La plage de Kommos

Kommos est une autre plage à l'allure séduisante, bordée de dunes et de genévriers. C’est également un des endroits où la tortue caouanne (Caretta caretta) vient ou venait y pondre ses œufs, car l’endroit est bondé durant la période estivale. Un bunker construit par les allemands, nous rappelle le second conflit mondial et la bataille de Crète.
Kommos est cataloguée comme une des plus belles plages de sable fin de la Crète. les ruines du port minoen furent découvertes dans les années 70. Du fait de la présence de ce site archéologique pas entièrement exploré, les constructions sont interdites dans le secteur. Kommos était, selon les archéologues, le port de Phaistos, auquel il devait être relié par une route pavée. La zone est aujourd’hui protégée (Natura 2000). Pourtant pas loin, sur les hauteurs, quelques tavernes invitent à profiter du coucher de soleil. Une partie de cette longue plage permettrait le naturisme.

Matala

Autre endroit connue et populaire qui fut l’antre des hippies des années 60 et 70 : Matala. L’endroit attire énormément de monde en été. Clientèle jeune et festive qui de bar en bar s’abreuve de mauvais alcool. Les scènes de beuveries sont quasi quotidiennes durant l’été et les accidents parfois dramatiques ne sont pas rares. Les grottes de Matala sont aujourd’hui clôturées et protégées et la côte présente un environnement pas toujours esthétique, un environnement qui laisse à désirer. La sortie des gorges de Tripiti est considérée par certains, comme un endroit idéal pour y garer toute l’année leurs camping-cars.

Lentas et Levin

Quelques kilomètres à l'ouest de Tripita se trouvent les gorges de Lentas et le site archéologique de Levin, qui abrite les restes d'un temple dédié à Esculape, l'ancien dieu de la guérison. Aujourd’hui, pas loin, car modernité oblige, un Spa thérapeutique.

Gortyne

Autre lieu : les ruines de Gortyne, ville qui connut une grande prospérité à l’époque romaine et devint le chef-lieu de la province romaine de Crète et de Cyrénaïque. La plupart des ruines sont romaines. Il ne subsiste plus que les trois absides de la basilique Saint-Titus (VIème siècle ap. J.-C.). Titus, compagnon de l'apôtre Paul, devint évêque de Crête. Son corps était autrefois conservé dans la cathédrale de Gortyne. Les Sarrasins ayant ruiné cette ville en 824, on ne retrouva qu'une partie des reliques du saint qui furent transportées à Venise et déposées dans la basilique Saint Marc.

Monts, grottes, plages, la fertile plaine de Messara, les nombreux villages isolés que compte la région sont autant de lieux à visiter, ils sont les garants de vacances réussies.

Retour à la page "Tourisme"

Retour à la page Accueil