bannecrete.jpg

Dès la sortie de Stylos, le passé est à vos pieds

Les témoins du passé sont à vos pieds

une pierre, témoin du passé Dès la sortie du village de Stylos. Deux kilomètre après la sortie du village, sur la route qui mène à Megalla Chorafia, une chambre funéraire fut excavée en 1961. Il s'agit d'une tombe d'une haute personnalité locale. Un long passage (dromos), de plus de vingt mètres, conduit vers une chambre voûtée en pierre, de forme circulaire.

Les marches descendent vers les bains La tombe et la chambre furent découvertes pillées. La tombe date de l'époque post-minoenne (environ 1390-1190 avant J.-C. Les archéologues eurent néanmoins la chance de découvrir lors des fouilles sur le site, 12 tasses de la période hellénistique. Le site se trouve dans une oliveraie clôturée et fermée par une porte cadenassée. Difficile donc de visiter !


Le site d'Aptera

Une pièce de monnaie de la cité La route poursuit son ascension vers le site d’Aptera qui domine toute la baie à une hauteur de 200 mètres d’altitude. Aptera, durant la période géométrique (8ème av. J.C.), était une cité importante, une des plus importantes cités de la Crète et y joua un rôle souvent décisif dans la vie politique et militaire de l’île.

Aptera frappait sa propre monnaie Pausanias, dans ses écrits, mentionne la présence d’archers venus d’Aptera dans les troupes spartiates, lors de la deuxième guerre de Messénie (Région située au sud-ouest de la péninsule du Péloponnèse).

Une cité de mercenaires et de pirates

Au 4ème av. J.C. Aptera est mentionnée comme étant une cité de mercenaires et de pirates. Ces derniers dominent la mer Egée, s'aventurent en mer de Lybie. Ils découvriront l’argent, métal précieux, qui sera bientôt importé d’Égypte et de Libye.

Aptera frappera bientôt sa propre monnaie, des pièces d’argent et de bronze sont parvenus jusqu’à nous. La plupart représentent sur leur face principale la déesse Artémis, d’autres Apollon, Zeus ou Héra.

De nombreux conflits

Nombreux seront les mercenaires de la cité qui participeront à la guerre de l’an 268 av. J.C. destinée à chasser les garnisons macédoniennes qui occupent l'Attique et le Pirée. Sparte, coalisée à l'Élide, l'Achaïe, l'Arcadie sera écrasée en 265 avant J.-C. par Antigonos Ier Gonatas.

Pièces de la cité d'Aptera Les conflits armés sont fréquents et même en Crète, les guerres entre cités voisines sont coutumières et souvent destructrices. Littos est détruite par Knossos en 220 av. J.C. Aptera, Kydonia et Eteutherna sont assiégées et devront se soumettre à Gortyne, désormais la force dominante de la Crète.

La période romaine

Les ruines d'une construction romaine En 67 av. J.C, Rome occupe toute la Crète. Il s’en suivra une longue période de paix qui perdurera jusqu’à la fin du IIème siècle. Puis surviendra un lent déclin, attisé par un tremblement de terre dévastateur en l’an 364. La cité sera rayée de la carte par un deuxième séisme au VIIème siècle et par le pillage des Sarrasins

La forteresse turque d'Aptera Le site d’Aptera sera abandonné. S’y construira au XIIème siècle le monastère de saint Jean le Théologien qui fonctionnera jusqu'en 1961. Le site servira par épisodes de base d’observation militaire.

Les Turcs y construisirent une forteresse en 1866 qui est actuellement en rénovation et les forces d’occupation allemandes occupèrent le site durant la deuxième guerre mondiale. Ils excavèrent un peu le site et mirent à jour les fondations d’un temple à deux chambres, attribué à Artémis. Les fouilles ont repris récemment.

Les travaux de l'été 2008

Le site d’Aptera connut une effervescence inhabituelle lorsque des travaux intenses reprirent durant l’été 2008. Le site d’un théâtre construit dans un creux, une cavité naturelle durant la période hellénistique et transformé durant la période romaine, est excavé, nettoyé, aménagé afin de le rendre accessible aux touristes. Il était beaucoup plus grand que nous pouvons le voir aujourd’hui. Les sièges, taillés dans des blocs de calcaire et les gradins supérieurs ont été démantelés.

La partie du théâtre dénommée « l’orchestre » est recouverte de terre. A son centre, on peut encore apercevoir la base de l’alter ou thymelé, une partie essentielle du théâtre grec, l’autel où les Grecs offraient leurs sacrifices à Dionysos. En ces temps anciens un théâtre était également un centre de rencontre pour les causeries politiques et les réunions religieuses.

Les Romains vont agrandir et transformer le théâtre, l’alter sera enlevé, toute la superficie de l’orchestre sera recouverte d’un plancher en bois.  Le canal de drainage qui permettait l’évacuation des eaux pluviales a été lui préservé.

Les citernes

Les bâtisses les plus impressionnantes du site d’Aptera, demeurent les trois immenses citernes construites durant l’occupation romaine. Elles pouvaient contenir un total de près 10.000m3 d’eau, elles pourvoyaient aux besoins domestiques de la cité et alimentaient les bains situés en contrebas.

Un œil attentif décèlera parmi les pierres, des vestiges du passé comme ce chapiteau de colonne érodé par les siècles ou la base d’un pilier de l’heroon qui est le mémorial d’un héros de la cité, celui-ci est dédié à Praxiohos, fils de Filetaros.Inscription dédié à un héros de la cité

La visite du site est entièrement gratuite, elle s’effectuera obligatoirement le matin car le site ferme à 14 heures. Il n’y a pas de guide disponible sur place mais en aurez-vous encore besoin ?

Retour à la page "Tourisme"

Retour à la page Accueil